OLSON CHARLES (1910-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Worcester (Massachusetts), le poète Charles Olson demeure associé pour nous au célèbre Black Mountain College, institution privée inaugurée dans les années 1930 et dont il fut le directeur. Mais Olson, auteur d'un essai sur Melville (Call me Ishmael, 1947), est d'abord celui qui, dans son manifeste « projectiviste » (1951), introduisit la notion de souffle en poésie. Non pas qu'elle en fût vraiment absente au cours des âges ni ne fût déjà présente dans les poèmes fondateurs de Walt Whitman, mais le souffle dont il s'agit ici est défini comme subtilement inhérent à la syllabe. Il est cette quantité syllabique initiale que l'oreille du poète doit repérer avec le plus de finesse et de consistance possibles. La théorie projectiviste va essayer d'asseoir différemment la légitimité du vers libre, appelé par Olson « non projectif » ou encore « vers fermé ». Seule une conception « ouverte » de ce vers, dans laquelle le poète réussira à concilier simultanément « les acquisitions de son oreille et les pressions de son souffle », sera désormais retenue comme valable. Dans le meilleur des cas, cette attention sans défaillance mène la composition poétique vers un équilibre idéalement aristotélicien de la forme et du contenu. Syllabe mentale, vers pneumatique font la qualité cinétique du poème qui veut que l'on passe d'une perception à l'autre sans solution de continuité. La marche de Walt Whitman laisse place ici à une progression plus intellectuelle, moins sollicitée et informée par les sens que par le discours.

En radicalisant la tendance du vers américain inaugurée par William Carlos Williams, qui, le premier, faisait du poème une mécanique à progresser dans l'espace, Charles Olson va plus loin qu'un simple ajustement de la technique poétique au monde moderne : il fait sienne la philosophie du changement. Le poème The Kingfishers (Les Martins-pêcheurs) est à cet égard un poème-déclaration qui ne laisse aucune ambiguïté. Comme ces mécaniques ailées, fragiles mais cruellem [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OLSON CHARLES (1910-1970)  » est également traité dans :

BLACK MOUNTAIN COLLEGE

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 107 mots

Les dernières années de l'institution, après le départ d'Albers et sous l'autorité du poète Charles Olson, furent celles d'un déclin productif. En dépit des problèmes financiers qui devaient entraîner la fermeture de l'établissement, la Black Mountain Review, publiée par Olson avec la complicité de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/black-mountain-college/#i_90605

CREELEY ROBERT (1926-2005)

  • Écrit par 
  • Jacques DARRAS
  •  • 484 mots

Pur produit du mouvement littéraire « projectiviste » parti du Black Mountain College dans les années cinquante, Robert Creeley — né à Arlington, dans le Massachusetts — en fut à bien des égards l'instigateur : en effet, on sait désormais que l'impulsion critique et théorique donnée à Olson par ce jeune poète, de seize ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-creeley/#i_90605

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les Black Mountain »  : […] ; dans la brève phase finale de son existence (1953-1956), le Black Mountain College fut confié au poète Charles Olson (1910-1970) ; peu doué pour l'administration (le collège ne survécut pas à son règne), Olson sut en revanche créer une atmosphère intense de recherche et de confrontation, qui dépassait d'ailleurs largement le seul domaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_90605

Pour citer l’article

Jacques DARRAS, « OLSON CHARLES - (1910-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-olson/