LACS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lacs

Les lacs sont des dépressions de l'écorce terrestre remplies d'eau. Ils sont de taille très variable et sont répartis sur toute la surface du globe. On en trouve à toutes les altitudes, aussi bien en haute montagne (le lac Titicaca au Pérou est situé à 3 812 m au-dessus de la mer) qu'au niveau de la mer ou même en dessous (le niveau de la mer Morte est à — 394 m d'altitude). Le plus profond est le lac Baïkal, qui, avec ses 1 637 m de profondeur, n'en est pas moins situé à 457 m d'altitude, occupant une dépression tectonique (ancien rift). De nombreux lacs de Norvège remplissent d'anciens fjords dont le fond est au-dessous du niveau de la mer. Quant au plus grand, certains, considérant la définition et la situation actuelles des lacs, le verront dans la Caspienne, d'autres dans le lac Supérieur.

Plus de quarante lacs naturels dans le monde ont une superficie supérieure à 4 000 km2 et une quarantaine ont une profondeur qui dépasse trois cents mètres (tabl. 2 et 3). Dans les régions où un même phénomène géologique a provoqué l'apparition d'un grand nombre de cuvettes remplissables, on parle de familles de lacs : ainsi la Scandinavie compte des dizaines de milliers de lacs dus à des phénomènes glaciaires ; de même le Michigan ; la Rift Valley en Afrique comporte une chaîne de lacs, cette fois d'origine tectonique (lacs Malawi, Tanganyika, Mobutu et Turkana...) ; le lac Baïkal est de cette famille.

Lacs naturels les plus profonds

Tableau : Lacs naturels les plus profonds

Les principaux lacs naturels du monde ayant une profondeur supérieure à 300 m (d'après P. Gâstescu). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Lacs naturels les plus grands

Tableau : Lacs naturels les plus grands

Les principaux lacs naturels du monde ayant une surface supérieure à 4 000 km2 (d'après P. Gâstescu). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La durée de vie des lacs est variable. Les plus anciens sont d'origine tectonique (lac Tanganyika, lac de Prespa) et peuvent exister depuis le Cénozoïque. La plupart ont un régime hydrologique positif et sont comblés peu à peu par les sédiments apportés par leurs affluents. Leur vie est de l'ordre de la dizaine, voire de la centaine de millénaires. Le Léman, à la vitesse à laquelle il se comble, peut exister encore quelque quarante millénaires si d'autres phénomènes géologiques ne viennent accélérer ou ralentir sa disparition. Il y a dix mille ans, le lac Tchad était cent fois plus grand qu'actuellement et sa durée de vie est essentiellement fonction de la pérennité des apports du Chari qui lui fournit ses besoins en eau.

Étude hydrologique

D'une façon générale peuvent être différenciées à court terme des actions dominantes (variations de niveaux, intensité des courants de surface et de subsurface) et des actions secondaires, ou très lentes ou très rapides, mais ayant pratiquement toujours une certaine périodicité (dénivellations périodiques, clapotis, courants de fond). À long terme, les actions dominantes sont d'ordre physique, biologique et climatique.

Variations de niveau

Les précipitations jouent un rôle à la fois direct et indirect : direct par la dilution des eaux de surface et les apports chimiques dus à l'eau de pluie ; indirect par la variation du débit des affluents. Ces deux rôles se conjuguent pour entraîner des différences de niveau appréciables et qui frappent les riverains et utilisateurs des lacs. Dans le Léman, elles étaient de trois mètres avant la régularisation à Genève du débit du Rhône. Les installations portuaires doivent souvent être aménagées en conséquence et ce n'est pas une des moindres préoccupations des ingénieurs.

Ondes et courants

Le vent, par son action à la surface des eaux, provoque des courants, brasse les couches superficielles qui, par friction, entraînent les eaux profondes en un mouvement plus lent, certes, mais durable, dont le résultat est un échange de substances nutritives ; un certain équilibre s'instaure entre les différents étages discernables dans la masse d'eau – la zonation thermique. Par sa force, le vent apporte également de l'énergie au lac, énergie immédiatement utilisée pour produire des dénivellations apériodiques qui rompent l'horizontalité des eaux de surface et les « montent sous le vent ». Quand celui-ci s'arrête, le retour à l'équilibre s'effectue par des balancements successifs ou seiches, sorte de marées rapides qui ont été découvertes dans le lac Léman par Fatio de Duillier (1730).

Les variations locales du champ de pression atmosphérique sont au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Lacs artificiels les plus grands

Lacs artificiels les plus grands
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lacs naturels les plus profonds

Lacs naturels les plus profonds
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lacs naturels les plus grands

Lacs naturels les plus grands
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Seiches dans le Léman

Seiches dans le Léman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., Station biologique des Eyzies, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  LACS  » est également traité dans :

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Au commencement, l’eau et la boue »  : […] Le bassin de Mexico, situé à plus de 2 000 mètres d’altitude, est ceinturé par de hautes chaînes de montagnes volcaniques, ponctuées de sommets qui dominent le paysage, tels le Popocatépetl (5 452 m) et l’Iztaccíhuatl (5 230 m), amoureux maudits de la « légende des volcans » de l’époque préhispanique. De ces montagnes ruissellent de nombreux cours d’eau et rivières qui alimentaient, au rythme des […] Lire la suite

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 058 mots
  •  • 2 médias

Le lac Baïkal , situé au sud de la région géographique de Sibérie orientale, est l'un des plus vastes lacs du monde : il se place au septième rang pour sa surface (31 500 km 2 ), au deuxième pour le volume des eaux (23 000 km 3 ), qui est égal à celui de la mer Baltique. Le lac, qui s'étend, du sud-ouest au nord-est, sur 634 km de longueur, avec une largeur moyenne de 48 km, variant de 25 à 79,5 […] Lire la suite

BALATON LAC

  • Écrit par 
  • Gyorgy ENYEDI
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Avec 600 kilomètres carrés de superficie, le Balaton est le plus grand lac de l'Europe centrale. Ce lac hongrois s'allonge dans un fossé tectonique au pied de la dorsale de Transdanubie sur 77 kilomètres de longueur ; sa largeur maximale est de 14 kilomètres. La profondeur du lac est faible, 3 ou 4 mètres en moyenne, le maximum étant de 11 mètres. En été, l'eau se réchauffe vite (26  0 C à 28  0 […] Lire la suite

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 725 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Primauté du Nord dans la géographie canadienne »  : […] S'il est une question qu'il faut bien se garder de poser, c'est de savoir où commence le Nord au Canada... Au poète québécois Pierre Morency, qui écrit à propos de sa province : « Le Nord n'est pas dans la boussole, il est ici », répond en écho le géographe Louis-Edmond Hamelin, qui pense que « le Nord est un état mental ». En fait, qu'elle soit idéalisée ou trop pessimiste, la vision que l'on a […] Lire la suite

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • François LETOURNEUX
  •  • 2 034 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’enracinement du Conservatoire du littoral »  : […] Nouvel intervenant dans un marché foncier jusqu’alors livré aux seules pressions d’aménagement et de construction, le Conservatoire du littoral réalise ses premières acquisitions en privilégiant des opérations emblématiques (espaces naturels remarquables et particulièrement menacés), réparties sur toutes les côtes de France, en métropole et dans les départements d’outre-mer, afin de marquer son te […] Lire la suite

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 881 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les réactions dans les écosystèmes continentaux »  : […] Le phosphore disponible pour les êtres vivants est entièrement contenu dans la couche superficielle de la lithosphère et provient de l'érosion des roches continentales. Il est transporté sous forme particulaire ou dissoute par les rivières jusqu'à l'océan, mais, durant ce trajet, la fraction dissoute peut interagir avec les systèmes biologiques ou minéraux. Les lacs constituent un important réser […] Lire la suite

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 6 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Écologie de la biodiversité et environnement »  : […] La relation entre la diversité biologique (biodiversité) et le fonctionnement des écosystèmes est une des questions les plus actuelles de l'écologie. En effet, outre les enjeux intellectuels de compréhension et de simulation de la dynamique des écosystèmes, sont apparus depuis la fin des années 1980 des enjeux environnementaux cruciaux. Il est aujourd'hui incontestable que la Terre est confrontée […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Europe alpino-méditerranéenne »  : […] La quatrième zone de relief européen s'étend au sud des Pyrénées, à l'est et au sud-est des arcs alpins et carpatiques ; elle englobe également les monts du Caucase. Dans cette région, les plaines ne sont que l'exception, toujours étroitement encadrées et délimitées par de puissants bourrelets montagneux. Les chaînes, au contraire, sont élevées avec des sommets hardis et majestueux ; les neiges é […] Lire la suite

EYRE, lac

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 463 mots

Plus grand lac salé d'Australie méridionale, entre les monts Flinders et Musgrave, d'une superficie totale de 9 300 kilomètres carrés, le lac Eyre est situé dans le sud-ouest du Grand Bassin artésien, vaste cuvette d'environ 1 140 000 kilomètres carrés, qui abrite d'autres lacs salés plus ou moins temporaires et de moindre superficie. Alimenté uniquement par des rivières temporaires, le lac, en […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Contraintes et atouts d'un pays nordique »  : […] La Finlande, qui s'étend entre 59 0  48′ 30″ et 70 0  5′ 30″ de latitude Nord, couvre 338 127 kilomètres carrés. Les paysages finlandais sont très largement marqués par les lacs qui occupent 33 474 kilomètres carrés et par le couvert forestier largement représenté (57 p. 100 de la surface totale), qui correspond à la forêt de conifères ou forêt boréale. Dans l'ensemble, sauf au nord - nord-est, le […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 novembre - 1er décembre 2012 République démocratique du Congo. Offensive de la rébellion du M23 sur Goma

Le 24, l'adoption par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, à laquelle appartient la République démocratique du Congo, d'une déclaration demandant « d'écouter, d'évaluer et de résoudre les revendications légitimes du M23 », en contrepartie de son retrait de Goma, illustre l'isolement régional du président congolais Joseph Kabila qui réclamait avant tout le départ des rebelles. […] Lire la suite

26-27 mars 2009 France – Afrique. Visite officielle du président Nicolas Sarkozy en Afrique

et ses voisins des Grands Lacs. Mais le centre des débats reste l'approvisionnement de la France en uranium. Un accord sur la recherche et l'exploitation future de gisements d'uranium est signé à Kinshasa entre le groupe nucléaire français Areva et le gouvernement congolais. Le 27, Nicolas Sarkozy arrive à Niamey, capitale du Niger, le principal pays producteur d'uranium en Afrique. […] Lire la suite

31 mars 2005 Rwanda. Reddition des rebelles hutu

Leur présence a contribué au climat d'insécurité et de violence régnant dans la région des Grands Lacs.  […] Lire la suite

30-31 janvier 2005 Afrique. Décision d'envoi d'une force interafricaine en République démocratique du Congo

et qui constituent la principale source d'instabilité de la région des Grands Lacs.  […] Lire la suite

27-28 novembre 1998 France – Afrique. Promesse de cessez-le-feu en république démocratique du Congo lors du sommet franco-africain

), d'une « conférence régionale sur la paix, la sécurité et la stabilité » dans la région des Grands Lacs. En marge des travaux du sommet se déroulent, sous la pression de Kofi Annan, des discussions entre les chefs d'État impliqués dans le conflit en république démocratique du Congo (R.D.C.). Le 28, les présidents de la R.D.C., de l'Ouganda, du Rwanda et du Zimbabwe s'engagent à signer un accord de cessez-le-feu lors de prochaines négociations que doit organiser l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DUSSART, « LACS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lacs/