LACS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lacs artificiels les plus grands

Lacs artificiels les plus grands
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lacs naturels les plus profonds

Lacs naturels les plus profonds
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Lacs naturels les plus grands

Lacs naturels les plus grands
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Seiches dans le Léman

Seiches dans le Léman
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Autres collections d'eaux dormantes

De la flaque d'eau de surface (ou souterraine) aux grands lacs, tous les intermédiaires existent ; le moindre fossé humide toute l'année, le moindre bassin en eau, le plus petit étang abritent des biocénoses plus ou moins caractéristiques et réagissant aux fluctuations des facteurs externes de manière similaire à celles qui peuplent des portions de grands lacs ; de la même façon, les lagunes, malgré leurs liens avec la mer, ont une individualité d'eaux continentales.

Étangs et marais

Par définition, un étang est un réservoir d'eau vidangeable et fait de main d'homme. Quand il n'est plus exploité, ni vidangé, il évolue vers un état d'équilibre qui l'apparente à un lac. En raison de ses caractères propres, et notamment de sa faible profondeur (en général 1 à 2 m), des facteurs y jouent un rôle moins important que dans un lac et d'autres voient leur action grossie. Ainsi, la stratification thermique y est moins nette, moins durable par suite d'une prise aux vents différente, et d'une profondeur moyenne moindre. La faible profondeur rend actifs jusqu'à la surface les phénomènes qui modèlent le fond. L'existence des étangs, liée à celle de l'homme, est également conditionnée par la présence de fonds imperméables, le plus souvent argileux ou marneux recouverts parfois de sables généralement siliceux. La flore phanérogamique y trouve le moyen de se développer en ceintures caractérisées, depuis les colonies de Carex (laîches) du bord de l'eau jusqu'aux nénuphars, en passant par les roseaux (Phragmites), joncs et scirpes, potamots et autres plantes fixées.

La turbidité des eaux y est souvent forte par suite de la remise en suspension des matériaux du fond, plus ou moins floculés, dès que le vent provoque la turbulence des eaux. Le développement considérable à certaines époques d'espèces phytoplanctoniques a le même effet. Les processus physico-chimiques sont accélérés : la faible profondeur permet un transfert plus rapide des produits de décomposition bactérienne dans la zone euphotique trophogène. Enfin, les étangs sont le plus souvent uti [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages


Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., Station biologique des Eyzies, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  LACS  » est également traité dans :

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 264 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Au commencement, l’eau et la boue »  : […] Le bassin de Mexico, situé à plus de 2 000 mètres d’altitude, est ceinturé par de hautes chaînes de montagnes volcaniques, ponctuées de sommets qui dominent le paysage, tels le Popocatépetl (5 452 m) et l’Iztaccíhuatl (5 230 m), amoureux maudits de la « légende des volcans » de l’époque préhispanique. De ces montagnes ruissellent de nombreux cours d’eau et rivières qui alimentaient, au rythme des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques/#i_23188

BAÏKAL LAC

  • Écrit par 
  • Laure ARJAKOVSKY, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 4 056 mots
  •  • 2 médias

Le lac Baïkal , situé au sud de la région géographique de Sibérie orientale, est l'un des plus vastes lacs du monde : il se place au septième rang pour sa surface (31 500 km 2 ), au deuxième pour le volume des eaux (23 000 km 3 ), qui est égal à celui de la mer Baltique. Le lac, qui s'étend, du sud-ouest au nord-est, sur 634 km de longueur, avec une largeur moyenne de 48 km, variant de 25 à 79,5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-baikal/#i_23188

BALATON LAC

  • Écrit par 
  • Gyorgy ENYEDI
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Avec 600 kilomètres carrés de superficie, le Balaton est le plus grand lac de l'Europe centrale. Ce lac hongrois s'allonge dans un fossé tectonique au pied de la dorsale de Transdanubie sur 77 kilomètres de longueur ; sa largeur maximale est de 14 kilomètres. La profondeur du lac est faible, 3 ou 4 mètres en moyenne, le maximum étant de 11 mètres. En été, l'eau se réchauffe vite (26  0 C à 28  0 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-balaton/#i_23188

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 731 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Primauté du Nord dans la géographie canadienne »  : […] S'il est une question qu'il faut bien se garder de poser, c'est de savoir où commence le Nord au Canada... Au poète québécois Pierre Morency, qui écrit à propos de sa province : « Le Nord n'est pas dans la boussole, il est ici », répond en écho le géographe Louis-Edmond Hamelin, qui pense que « le Nord est un état mental ». En fait, qu'elle soit idéalisée ou trop pessimiste, la vision que l'on a d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_23188

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • François LETOURNEUX
  •  • 2 032 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’enracinement du Conservatoire du littoral »  : […] Nouvel intervenant dans un marché foncier jusqu’alors livré aux seules pressions d’aménagement et de construction, le Conservatoire du littoral réalise ses premières acquisitions en privilégiant des opérations emblématiques (espaces naturels remarquables et particulièrement menacés), réparties sur toutes les côtes de France, en métropole et dans les départements d’outre-mer, afin de marquer son te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conservatoire-du-littoral/#i_23188

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les réactions dans les écosystèmes continentaux »  : […] Le phosphore disponible pour les êtres vivants est entièrement contenu dans la couche superficielle de la lithosphère et provient de l'érosion des roches continentales. Il est transporté sous forme particulaire ou dissoute par les rivières jusqu'à l'océan, mais, durant ce trajet, la fraction dissoute peut interagir avec les systèmes biologiques ou minéraux. Les lacs constituent un important réser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycles-biogeochimiques/#i_23188

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Écologie de la biodiversité et environnement »  : […] La relation entre la diversité biologique (biodiversité) et le fonctionnement des écosystèmes est une des questions les plus actuelles de l'écologie aujourd'hui. En effet, outre les enjeux intellectuels de compréhension et de simulation de la dynamique des écosystèmes, sont apparus depuis la fin des années 1980 des enjeux environnementaux cruciaux. Il est aujourd'hui incontestable que la Terre es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes/#i_23188

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 532 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Europe alpino-méditerranéenne »  : […] La quatrième zone de relief européen s'étend au sud des Pyrénées, à l'est et au sud-est des arcs alpins et carpatiques ; elle englobe également les monts du Caucase. Dans cette région, les plaines ne sont que l'exception, toujours étroitement encadrées et délimitées par de puissants bourrelets montagneux. Les chaînes, au contraire, sont élevées avec des sommets hardis et majestueux ; les neiges é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geographie/#i_23188

EYRE, lac

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 463 mots

Plus grand lac salé d'Australie méridionale, entre les monts Flinders et Musgrave, d'une superficie totale de 9 300 kilomètres carrés, le lac Eyre est situé dans le sud-ouest du Grand Bassin artésien, vaste cuvette d'environ 1 140 000 kilomètres carrés, qui abrite d'autres lacs salés plus ou moins temporaires et de moindre superficie. Alimenté uniquement par des rivières temporaires, le lac, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eyre-lac/#i_23188

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Contraintes et atouts d'un pays nordique »  : […] La Finlande, qui s'étend entre 59 0  48′ 30″ et 70 0  5′ 30″ de latitude Nord, couvre 338 127 kilomètres carrés. Les paysages finlandais sont très largement marqués par les lacs qui occupent 33 474 kilomètres carrés et par le couvert forestier largement représenté (57 p. 100 de la surface totale), qui correspond à la forêt de conifères ou forêt boréale. Dans l'ensemble, sauf au nord - nord-est, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finlande/#i_23188

GARDE LAC DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 349 mots
  •  • 1 média

Le lac de Garde est le plus grand lac d'Italie, avec une superficie de 370 kilomètres carrés. Il borde la Lombardie au sud-ouest et à l'ouest, la Vénétie à l'est et au sud-est, et le Trentin-Haut-Adige au nord. Dans la région alpine, seuls le lac Léman et celui de Constance sont plus étendus. Situé à 65 mètres d'altitude, il mesure 52 kilomètres de longueur et entre 3 et 18 kilomètres de largeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-de-garde/#i_23188

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Glace de rivière et de lac »  : […] Dans un lac qui se refroidit, la surfusion cesse à partir des bords et de cristaux de neige tombant à la surface. Une fois la surface couverte d'une pellicule de glace, les cristaux croissent vers le bas. Ceux qui ont leur axe optique vertical étouffent progressivement leurs voisins. Il se forme ainsi une belle glace sans bulles et à gros cristaux columnaires, allongés dans le sens vertical. Des v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_23188

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 12 998 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Effets morphologiques »  : […] C'est lorsqu'un glacier avance sur un terrain meuble (sédiments, ancienne moraine en nappe ou roche fracturée par les alternances de gel et dégel) qu'il a la plus grande action géomorphologique. Le bourrelet qu'il peut pousser devant lui, à la façon d'un bulldozer, est rarement important, mais des débris rocheux s'incorporent aux couches basales (probablement grâce au processus de fonte et regel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glaciers/#i_23188

GRAND LAC SALÉ

  • Écrit par 
  • Jacques SOPPELSA
  •  • 164 mots
  •  • 1 média

Au contact de la sierra Nevada et des grands plateaux du centre des montagnes Rocheuses (Columbia, Grand Bassin, Colorado) se multiplient, élément original de diversification des paysages, les formes de cuvettes intérieures. La plus importante, véritable playa de plus de 220 kilomètres de longueur, développée au nord du Grand Bassin (Nevada), est occupée aujourd'hui, dans son secteur occidental, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-lac-sale/#i_23188

GRANDS LACS AFRICAINS

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 1 986 mots
  •  • 3 médias

Les gigantesques effondrements qui ont donné naissance aux fosses tectoniques de l' Afrique orientale sont à l'origine de la formation des grands lacs africains . La fosse orientale, passant, à l'est du lac Victoria, dans une zone climatique à saison sèche marquée, englobe quelques lacs et lagunes aux eaux saumâtres ou salées. Au contraire, la fosse occidentale, nommée aussi Grande Fosse de l'Est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grands-lacs-africains/#i_23188

GRANDS LACS AMÉRICAINS

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 2 800 mots
  •  • 4 médias

Les Grands Lacs américains, situés à la frontière entre les États-Unis et le Canada, au centre de la partie orientale de l'Amérique du Nord, constituent une véritable anomalie physique ; ils couvrent 245 000 kilomètres carrés, c'est-à-dire une surface presque égale à la moitié de celle de la France. On compte cinq grands lacs ( Supérieur, Huron, Michigan, Érié, Ontario), qui communiquent entre e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grands-lacs-americains/#i_23188

ISSYK-KOUL LAC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 676 mots

L'Issyk-Koul, ou Issyk-Köl, est un lac sans émissaire du nord-est du Kirghizstan. Situé dans le nord de la chaîne du Tianshan, c'est l'un des plus grands lacs de haute montagne du monde, réputé pour ses paysages exceptionnels et son intérêt scientifique unique. Il s'inscrit au pied du vaste bassin d'Issyk, bordé au nord par les monts Koungueï-Alataou et au sud par les monts Terskeï-Alataou. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-issyk-koul/#i_23188

LADOGA LAC

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 372 mots

Situé au nord-est de Saint-Pétersbourg, le lac Ladoga est le plus vaste des lacs européens : son plan d'eau couvre 17 700 kilomètres carrés — 18 400 kilomètres carrés s'il est tenu compte de la superficie des six cent soixante îles de plus d'un hectare qui le parsèment — et renferme 908 kilomètres cubes d'eau, ce qui représente trente et une fois la superficie du lac Léman et vingt-quatre fois son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-ladoga/#i_23188

LÉMAN LAC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 338 mots
  •  • 2 médias

Plus grand lac alpin d'Europe, le lac Léman s'étend entre le sud-ouest de la Suisse et le département de Haute-Savoie . Il couvre une superficie de 581 kilomètres carrés, dont la majeure partie (environ 347 kilomètres carrés) se trouve en Suisse. Le lac, en croissant, est formé par le Rhône, qui y entre à l'est, entre les villes suisses de Villeneuve et Saint-Gingolph, et en ressort à l'ouest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-leman/#i_23188

LOMBARDIE (géographie)

  • Écrit par 
  • Michel ROUX
  •  • 675 mots
  •  • 2 médias

Région la plus peuplée (9 700 000 hab. pour 23 851 km 2 , selon les estimations de 2008) et la plus industrialisée d'Italie. Collines subalpines et plaine du Pô concentrent, sur 60 p. 100 de sa superficie, 90 p. 100 de la population, avec des densités de l'ordre de 500 hab./km 2 . Cette concentration se répartit dans un réseau urbain très dense dominé par la ville de Milan. La Lombardie comprend t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lombardie-geographie/#i_23188

MAJEUR LAC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 273 mots

Le lac Majeur, lago Maggiore ou Verbano en italien, est le deuxième plus grand lac d'Italie (212 kilomètres carrés). Il se partage entre la Lombardie à l'est et le Piémont à l'ouest, tandis que la pointe nord s'étend dans le canton suisse du Tessin. Situé à 193 mètres d'altitude, il mesure 54 kilomètres de longueur pour une largeur maximale de 11 kilomètres et une profondeur maximale de 372 mè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-majeur/#i_23188

MARAIS & VASIÈRES

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 3 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les marais intérieurs »  : […] Les marais intérieurs ont des conditions de formation assez semblables à celles des lacs auxquels ils succèdent souvent. Quelques-uns d'entre eux sont dus à des causes internes, comme la subsidence (marais de la cuvette du Tchad, en Afrique). Les causes ressortissant à la géodynamique externe sont plus variées. Certains marais sont provoqués par l'évolution fluviale : ce sont les marais de bras m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marais-et-vasieres/#i_23188

MICROCLIMATS

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 2 986 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Types de milieu à caractères microclimatiques accentués »  : […] On peut dire que toute portion d'espace a son propre microclimat. Cependant, il existe des types de milieu où les influences locales jouent un rôle de différenciation particulièrement important, donc où les caractères des microclimats sont accentués et changent rapidement. Citons quelques exemples. Les régions accidentées sont les plus riches en microclimats variés. Chaque pente a ses propres car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microclimats/#i_23188

MORTE MER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 597 mots
  •  • 1 média

La mer Morte est aujourd'hui un lac salé sans accès à la mer, partagé entre Israël et la Jordanie. Situé à environ 420 mètres au-dessous du niveau de la mer, il constitue un des points les plus bas à la surface de la Terre. Sa rive orientale se trouve en Jordanie, tandis que la moitié sud de sa rive occidentale appartient à Israël. La moitié nord se trouve en Cisjordanie. Le nom « mer Morte » remo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-morte/#i_23188

NICARAGUA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 8 794 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le « pays des lacs et des volcans » »  : […] Trois grandes régions géographiques se succèdent d'ouest en est. Tout d'abord, la région du Pacifique est marquée par un alignement de cônes volcaniques parallèles à la côte, entre une étroite plaine littorale et une dépression tectonique. Elle s'étend sur plus de trois cents kilomètres et compte plusieurs volcans actifs (Cerro Negro, San Cristóbal : 1 745 m, Momotombo). Le Nicaragua est connu co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicaragua/#i_23188

ONEGA LAC

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 431 mots
  •  • 1 média

Dans le nord-ouest de la Russie, en Carélie, le lac Onega occupe une cuvette d'origine tectonique surcreusée par les glaciers quaternaires ; il reçoit les eaux d'un bassin versant de 51 540 kilomètres carrés, s'étend sur 9 720 kilomètres carrés (auxquels il faut ajouter la superficie totale des 1 650 îles et îlots qui le parsèment, soit 260 km 2 ) et renferme 295 kilomètres cubes d'eau : il se cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-onega/#i_23188

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Pollution « chimique » »  : […] Les sels minéraux représentent, à la fois par les masses mises en cause et par leurs effets biologiques, des polluants majeurs des eaux continentales. Le rejet de chlorure de sodium par diverses installations minières nuit à la potabilité des eaux superficielles et même aux usages industriels s'il est important. En France, plusieurs millions de tonnes de sel ont été déversées annuellement dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pollution/#i_23188

RIFT EST-AFRICAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques TIERCELIN
  •  • 6 228 mots
  •  • 2 médias

Le rift est-africain est une déchirure d'échelle lithosphérique qui parcourt sur plusieurs milliers de kilomètres la partie orientale de l'Afrique, depuis le golfe de Tadjourah à son extrémité nord, où il se connecte aux deux rifts océaniques du golfe d'Aden et de la mer Rouge, jusqu'aux fossés Dombe et Sud-Mozambique (fig. 1). Deux branches principales, orientées nord-sud à nord-nord-est - sud-s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rift-valleys-africains/#i_23188

TCHAD LAC

  • Écrit par 
  • Isabelle CRUCIFIX
  •  • 554 mots

Véritable mer intérieure située à une altitude de 281 mètres, le lac Tchad s'étend aux confins de quatre États : le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun. On estime qu'au Paléolithique le lac Tchad occupait toute la partie sud-est du Sahara, soit 315 000 kilomètres carrés. Depuis lors, il a dû connaître deux périodes d'assèchement et de remplissage, avant de prendre sa configuration actuelle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-tchad/#i_23188

TURBIDITÉ COURANTS DE

  • Écrit par 
  • Marcel LANTEAUME
  •  • 2 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réalité des courants de turbidité actuels »  : […] Les courants de turbidité sont difficilement observables directement dans le milieu marin. L'existence de ce phénomène n'est fondée que sur un faisceau de données concourantes. En 1936, R. A. Daly avança l'hypothèse que les courants de turbidité hydrauliques jouaient un rôle prépondérant dans le creusement des canyons sous-marins qui dissèquent la marge continentale des océans. De nombreux auteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courants-de-turbidite/#i_23188

VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • Jean-François LÉNAT, 
  • Haroun TAZIEFF, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 516 mots
  •  • 38 médias

Dans le chapitre « Les formes liées aux laccolites »  : […] Ce sont aussi d'amples destructions de séries sédimentaires, causées par une érosion de longue durée, qui permettent aux laccolites qu'elles peuvent receler de se manifester dans le relief. Les Henry Mountains (Utah) en fournissent un cas typique, analysé dès la fin du xix e  siècle. À la suite de l'ablation de quelque 2 500 mètres de grès et de schistes, les amas laccolitiques venus à l'affleurem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volcanisme-et-volcanologie/#i_23188

Voir aussi

ÉTANGS    LAGUNE    MARE    PHYTOPLANCTON    PISCICULTURE    SALINITÉ    ZONES HUMIDES écologie

Pour citer l’article

Bernard DUSSART, « LACS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lacs/