Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BALTIQUE MER

La mer Baltique occupe le centre de la cuvette scandinave, où elle a remplacé une calotte glaciaire qui avait récemment fondu. Mer épicontinentale peu profonde, elle constitue l'élément le plus interne de la Méditerranée arctique. Pour les pays riverains, c'est à la fois un facteur d'adoucissement du climat et une route commerciale essentielle.

Paléogéographie

De toutes les mers, la Baltique est la plus jeune : lorsque la calotte glaciaire scandinave a fondu, entre 13 000 et 8 000 ans avant nous, la région qu'elle abandonnait avait été abaissée par le mouvement isostasique dû à la surcharge glaciaire.

Pendant le recul du glacier, les eaux de fonte se sont d'abord accumulées en un lac proglaciaire. Puis, lorsqu'il ne restait plus de glaciers que dans les hautes montagnes, le niveau général des mers était assez haut pour que de l'eau salée pénètre dans la dépression baltique : c'est l'époque de la mer à Yoldia, vers 8000 avant notre ère. Mais la surcharge isostasique ayant pris fin, le socle continental remontait, notamment au sud, où se trouvaient les détroits reliant la mer à Yoldia à l'océan mondial, et on en revint à un lac, le lac à Ancylus, dont l'émissaire traversait la Suède centrale.

Baltique : le lac proglaciaire - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : le lac proglaciaire

Baltique : le lac à Ancylus - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : le lac à Ancylus

Cependant, le niveau des mers continuant à s'élever, l'eau salée put à nouveau pénétrer dans la dépression ; c'est, à partir de 5000 avant notre ère, la mer à Littorines, ancêtre directe de la Baltique actuelle, quoique plus chaude, plus salée et plus profonde.

Baltique : remontée isostatique actuelle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : remontée isostatique actuelle

De nos jours, la compensation isostasique continue, surtout sous le golfe de Botnie, où le continent se soulève d'un mètre par siècle : la Baltique septentrionale est donc appelée à devenir un chapelet de lacs.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre PINOT. BALTIQUE MER [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Baltique : le lac proglaciaire - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : le lac proglaciaire

Baltique : le lac à Ancylus - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : le lac à Ancylus

Baltique : remontée isostatique actuelle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Baltique : remontée isostatique actuelle

Autres références

  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    ...lieux de villégiature et de cure de la bourgeoisie et de l'aristocratie (station de Norderney, 1797, ou de Wangerooge, 1804). L'urbanisme contemporain, en particulier l'urbanisme socialiste sur la Baltique, a rallongé les fronts de mer par des immeubles et des zones pavillonnaires (comme à Warnemünde...
  • AMBRE

    • Écrit par
    • 1 674 mots
    • 2 médias

    Le terme d'ambre est employé couramment par les minéralogistes et les paléontologistes pour désigner une résine fossile que l'on trouve principalement dans les sédiments des bords de la mer Baltique. L'ambre se présente généralement sous forme de nodules irréguliers relativement tendres, jaunâtres,...

  • COURLANDE

    • Écrit par
    • 410 mots

    Province occidentale de la Lettonie, située sur la Baltique, au sud du golfe de Riga, la Courlande eut une existence propre à partir du xvie siècle. Peuplée par les Koures qui parlaient un dialecte letton, la province est conquise, entre 1245 et 1250, par les chevaliers Teutoniques qui convertissent...

  • ÉPICONTINENTALES MERS

    • Écrit par
    • 1 840 mots
    • 2 médias
    ...l'évaporation ; la salinité s'abaisse, parfois dans de très fortes proportions, et les sorties d'eau, qui l'emportent largement, s'opèrent en surface : ce sont les mers « à bilan positif », telle la mer Baltique. Dans les mers plus ouvertes, et surtout dans celles qui forment couloir, la différenciation...
  • Afficher les 19 références