GÖDEL KURT (1906-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue de la pensée de Boole, de Cantor et de Frege au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la logique mathématique connaît ses premiers développements grâce à Hilbert et à Russell et Whitehead (premier quart du xxe siècle). Mais c'est à Kurt Gödel plus qu'à tout autre qu'elle doit de prendre rang, en l'espace d'une décennie (les années trente), parmi les sciences mathématiques modernes. Gödel n'a pas seulement résolu certains des principaux problèmes soulevés par la logique mathématique à ses débuts, jetant ainsi sur l'ensemble des mathématiques une lumière toute nouvelle ; il a également fourni à sa discipline un corpus de concepts, de méthodes et de résultats dont elle tire à ce jour une bonne part de sa substance.

Mathématiques et philosophie

Gödel est né à Brno, l'ancienne capitale de la Moravie (alors rattachée, sous le nom de Brünn, à l'Autriche-Hongrie), le 28 avril 1906. Sa famille, de langue allemande, possédait une petite usine de textile.

La scolarité de Gödel à Brno fut marquée par l'intérêt qu'il portait aux mathématiques, mais plus encore à la physique et à la philosophie. D'abord inscrit en physique à l'université de Vienne (1924), il suivit les cours de Furtwängler en théorie des nombres, et passa bientôt en mathématiques (1926). À la même époque, il commença à fréquenter le cénacle philosophique constitué autour de Moritz Schlick, qui allait connaître la célébrité sous le nom de cercle de Vienne. Gödel n'était cependant qu'un participant occasionnel, et il ne fit jamais complètement sienne la doctrine du groupe, le positivisme logique, dont il allait au contraire, à la maturité, s'éloigner définitivement.

En 1929, Gödel établit la complétude du calcul des prédicats, résultat qui lui valut le doctorat en 1930. La même année, il obtenait son premier théorème d'incomplétude, qui parut, accompagné du second, en 1931. Ces résultats, d'une portée immense, firent aussitôt de Gödel, âgé de vingt-cinq ans, un mathématicien célèbre. Nommé Privatdozent à Vienne en 1933, il s'illustra au cours des années qui suivirent dans [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-IV-Sorbonne, ancien directeur du département d'études cognitives, École normale supérieure

Classification


Autres références

«  GÖDEL KURT (1906-1978)  » est également traité dans :

GÖDEL : THÉORÈMES D'INCOMPLÉTUDE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 173 mots

Deux ans après avoir soutenu sa thèse de doctorat à l'université de Vienne, le jeune mathématicien autrichien Kurt Gödel (1906-1978) prouve que, dans tout système mathématique axiomatique , il existe des propositions dont on ne peut démontrer ni la véracité ni la fausseté. En particulier, il est impossible de prouver que les axiomes fondant ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godel-theoremes-d-incompletude/#i_6

CANTOR GEORG (1845-1918)

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 887 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cantor et Dedekind, une relation déterminante »  : […] différents, le dénombrable et le continu, mais une infinité, exactement comme il y a une infinité de nombres finis. Signalons au passage que le procédé diagonal sera utilisé par Kurt Gödel (1906-1978) pour démontrer, en 1931, l’incomplétude de l’arithmétique élémentaire et deviendra un outil caractéristique des mathématiques du xxe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-cantor/#i_6

CONTINU HYPOTHÈSE DU

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 2 247 mots

Dans le chapitre « Une affaire terminée ? »  : […] Théorème de Gödel (1938) : Si ZFC est non contradictoire, alors ¬HC n'est pas prouvable à partir de ZFC. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothese-du-continu/#i_6

DÉMONSTRATION THÉORIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Yves GIRARD
  •  • 6 261 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ordinal ε0 et la ω-logique »  : […] L'interprétation fonctionnelle de Gödel (1958) associe à tout énoncé de l'arithmétique (ici intuitionniste HA) un énoncé de la forme ∀xσyτ A[xy], où xσ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-demonstration/

FINITISME ET ULTRAFINITISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 490 mots

Dans le chapitre « Le finitisme de Hilbert et son élargissement par Gödel »  : […] tout énoncé finitiste vrai (respectivement faux) devrait pouvoir être prouvé (respectivement réfuté) par des méthodes finitistes. Les résultats d'incomplétude obtenus par Kurt Gödel (1906-1978) en 1931 ont précisément montré que ce n'était pas le cas. En particulier, l'arithmétique de Giuseppe Peano (1858-1932), qui contient présumablement la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finitisme-et-ultrafinitisme-mathematique/

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Logique et mathématique »  : […] théorèmes dits de « limitation » des systèmes formels. Le plus célèbre est le théorème de Gödel (1931) énonçant l'incomplétude de l'arithmétique formalisée, c'est-à-dire la possibilité de construire une interprétation du système formel dans laquelle figure une proposition vraie qui est représentée dans le système par une expression formellement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_6

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 1 : hypothèse du continu »  : […] l'axiome du choix, qui a pour conséquence que tout ensemble peut être muni d'un bon ordre. La seconde étape accomplie par Gödel (1938) est de montrer que, si la théorie des ensembles, axiomatisée par l'un des systèmes couramment admis tel que ZF (cf. théorie des ensembles - Théorie axiomatique des ensembles) est consistante, alors cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_6

MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 438 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'axiome du choix »  : […] Kurt Gödel a démontré que, si la théorie des ensembles est cohérente sans l'axiome du choix ni l'hypothèse du continu, elle le demeure lorsqu'on adjoint ces deux énoncés au nombre de ses thèses initiales. De plus, en 1963, Paul J. Cohen a produit, pour l'axiome du choix et pour l'hypothèse du continu, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-des-mathematiques/#i_6

MODALITÉS, logique

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les logiques modales contemporaines »  : […] aux règles et axiomes du système dans lequel cette proposition peut être assertée. Mais, selon cette analyse suggérée par Gödel dans les années 1930, on ne peut, en raison de la non-démontrabilité de la non-contradiction de l'arithmétique élémentaire, asserter la loi modale usuelle « Nécessairement (si nécessairement p, alors p) ». Si on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/#i_6

QUASI-EMPIRISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 239 mots

Dans le chapitre « Aspects expérimentaux de l'activité mathématique »  : […] n/log(n), affirmation qui ne fut prouvée que bien plus tard. Kurt Gödel (1906-1978), cohérent avec ses positions réalistes, remarquait que « si les mathématiques décrivent un monde objectif, comme le fait la physique, il n'y a aucune raison pour que la méthode inductive ne puisse être appliquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quasi-empirisme-mathematique/#i_6

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Dans le chapitre « La réalité idéelle des concepts »  : […] même quand elle porte sur des entités ou procédures infinies, est ou vraie ou fausse, de toute éternité et indépendamment de toute preuve. Ainsi, pour Kurt Gödel (1906-1978), l'hypothèse du continu de Cantor (selon laquelle la puissance du continu est la plus petite des puissances ou cardinaux non dénombrables) doit avoir une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/#i_6

RÉCURSIVITÉ, logique mathématique

  • Écrit par 
  • Kenneth Mc ALOON, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Jean-Pierre RESSAYRE
  •  • 9 371 mots

Dans le chapitre « Définition logique »  : […] et de minisation. La seule difficulté pour montrer que *FR ⊂ *FΣ est d'établir que *FΣ est clos par récurrence. La démonstration utilise la fonction β de Gödel. C'est une fonction de type Σ à trois arguments, qui est densifiante dans NN, c'est-à-dire telle que, pour tout ∈ N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recursivite-logique-mathematique/#i_6

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel ANDLER, « GÖDEL KURT - (1906-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-godel/