VIENNE CERCLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « cercle de Vienne » (Wiener Kreis) un groupement de savants et de philosophes formé à Vienne à partir de 1923 autour de Schlick, en vue de développer une nouvelle philosophie de la science dans un esprit de rigueur, et en excluant toute considération métaphysique. Les thèmes directeurs initiaux du groupe furent élaborés en collaboration avec une autre association fondée à Berlin sous l'impulsion de Reichenbach, et leur développement a constitué le néo-positivisme, ou positivisme logique. Après l'éclatement du cercle de Vienne dans les dernières années précédant la Seconde Guerre mondiale, la plupart de ses membres ont poursuivi leur carrière en Amérique et en Angleterre, et leurs travaux se sont imposés à l'ensemble du monde philosophique. Parmi ceux dont l'influence a été et demeure la plus grande on compte Carnap, Gödel, Hempel, Reichenbach.

Les influences et le contexte

Un Américain bon connaisseur du monde philosophique germanique entre les deux guerres caractérise celui-ci, en 1930, par l'influence dominante d'une tradition idéaliste purement autochtone ; selon lui, une « étonnante indifférence » à l'égard des résultats et des méthodes de la physique moderne y règne, et « il n'est pas rare d'y entendre dire, à l'occasion, qu'une activité scientifique spécialisée fait obstacle à une intuition philosophique supérieure... » (S. Hook, Journal of American Philosophy, vol. XXVII, no 6, 1930).

C'est sans doute contre cette situation que réagissent les fondateurs du cercle de Vienne, qui invoquent le plus souvent comme inspirateurs immédiats Mach, Poincaré, Einstein, Frege, Russell et Wittgenstein.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIENNE CERCLE DE  » est également traité dans :

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

Dans le chapitre « Le principe de vérification »  : […] En fait, l'originalité de Language, Truth and Logic tient pour beaucoup dans un double mérite, qui donne la clé de son évolution jusqu'à « Metaphysics and Common Sense » (1964) : souligner une indiscutable connexion historique, réussir une indispensable traduction. Les savants, disciples antimétaphysiciens de Mach, qui entouraient M. Schlick étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jules-ayer/#i_36415

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Né en Allemagne, à Wuppertal, Rudolf Carnap appartient à la fois à la philosophie germanique et à la philosophie anglo-saxone, le nazisme l'ayant amené, en 1935, à partir pour les États-Unis. Il fut, avec M. Schlick et Otto Neurath, un des chefs de file du Cercle de Vienne. Après la dispersion de celui-ci, il libéralisa progressivement ses thèses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-carnap/#i_36415

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La querelle des vérités analytiques »  : […] L'article de Quine « Two Dogmas of Empiricism », paru en 1951, peut servir de repère chronologique pour distinguer, dans une première approximation, deux périodes dans l'évolution de la philosophie des sciences au xx e siècle. On peut dire, en gros, que la « théorie reçue » dans la première moitié de celui-ci s'inspire des conceptions générales d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_36415

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences formelles, sciences empiriques »  : […] Le développement simultané, et parfois conjoint, d'une mathématique et d'une physique semble poser plus que jamais la question de leurs statuts respectifs et de leurs rapports instrumentaux. Les néo-positivistes du Cercle de Vienne, qui se sont explicitement posé le problème dans les années trente, l'ont généralement résolu d'une façon radicale en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_36415

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] L'histoire et l'horizon intellectuels américains restent néanmoins étroitement liés aux apports et aux influences qui ont fini par s'y fondre et s'y transformer. Les migrations, l'exil ont ce pouvoir de transcender les conditions qui leur donnent naissance en un nouvel élan dont les conséquences sont rarement prévisibles. La Seconde Guerre mondial […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_36415

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le cél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_36415

GÖDEL KURT (1906-1978)

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 2 293 mots

Dans le chapitre « Mathématiques et philosophie »  : […] Gödel est né à Brno, l'ancienne capitale de la Moravie (alors rattachée, sous le nom de Brünn, à l'Autriche-Hongrie), le 28 avril 1906. Sa famille, de langue allemande, possédait une petite usine de textile. La scolarité de Gödel à Brno fut marquée par l'intérêt qu'il portait aux mathématiques, mais plus encore à la physique et à la philosophie. D' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-godel/#i_36415

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 400 mots
  •  • 1 média

Le néo-positivisme, ou positivisme logique, ne constitue pas à proprement parler une école, ayant à sa tête un maître et attachée à un dogme, mais plutôt une attitude philosophique définie à l'origine par un groupe (le Cercle de Vienne) et aujourd'hui largement diffusée et diversifiée, en particulier aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_36415

NEURATH OTTO (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 351 mots

Philosophe et sociologue autrichien, un des fondateurs de l'empirisme logique. Socialiste marxiste indépendant, Otto Neurath s'est intéressé à l'économie, à la politique et à l'histoire. Éditeur de l' Encyclopaedia of Unified Science , il fut le membre le plus « extrémiste » du cercle de Vienne, grand pourfendeur de la métaphysique. Pour lui, les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-neurath/#i_36415

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les positivistes logiques »  : […] Par un certain dogmatisme de la sensation (qui s'est infléchi récemment vers des thèses pragmatistes), les positivistes logiques réagissent contre la métaphysique des atomistes logiques et prétendent accomplir leur vrai programme tout en dégageant les présupposés de la pratique de Moore. Aux États-Unis, on confond couramment le positivisme ou l'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_36415

POPPER KARL RAIMUND (1902-1994)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 2 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une épistémologie non fondationnelle et non subjective »  : […] Les énoncés scientifiques ont des bases mais non des fondements. L'opération de réfutation a une base empirique constituée par les énoncés d'observation qui sont logiquement déduits des théories. Seuls les énoncés existentiels se référant à un lieu et un temps déterminés peuvent servir d'énoncés observationnels de base. Ils se rapportent à des obje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-raimund-popper/#i_36415

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le concept et la doctrine »  : […] D'une manière générale et en tant que concept, le positivisme caractérise une attitude épistémologique liée à la pratique des diverses méthodes scientifiques à la fois rationnelles et expérimentales. Le positivisme épistémologique exige, en premier lieu, que la science parte de faits observables et définis relativement à un observateur, puisque tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_36415

PREUVE, épistémologie

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 3 341 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dispositifs de la preuve »  : […] La proposition et le fait empirique semblent être sans mesure commune. Aussi le bien-fondé principiel des descriptions doit-il être cherché dans un troisième terme, par exemple les formes a priori de la sensibilité et l'armature catégoriale selon la Critique de la raison pure . Il en va de même de la certification proprement dite, l'observation et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-epistemologie/#i_36415

RORTY RICHARD (1931-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 536 mots

Dans le chapitre « De la philosophie analytique au pragmatisme »  : […] Richard Rorty est né à New York en 1931. Professeur au sein du département de littérature comparée à Stanford University durant les dernières années de sa carrière universitaire, Richard Rorty a étudié à l'université de Chicago et à Yale. Il a ensuite enseigné la philosophie à Princeton, l'un des pôles majeurs de la philosophie analytique, avant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rorty/#i_36415

SCHLICK MORITZ (1882-1936)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 222 mots

Né à Berlin, où il étudie la physique avec Max Planck (il passa son doctorat en 1904 avec une thèse sur la réflexion de la lumière), Schlick est l'un des fondateurs de la philosophie analytique. La pratique qu'il a de la recherche scientifique le laisse insatisfait de l'épistémologie néo-kantienne et de la phénoménologie husserlienne. Il prend pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moritz-schlick/#i_36415

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne »  : […] Le cercle de Vienne a transformé l'empirisme classique en un empirisme logique, en intégrant l'apport de la logique mathématique nouvellement créée par Frege. Il s'est formé, au début des années 1920, autour du physicien Moritz Schlick, titulaire de la chaire de « philosophie des sciences inductives » à l'université de Vienne. Prenant appui sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_36415

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Peirce et le positivisme logique »  : […] L'apparition d'une nouvelle science, l'axiomatique, appelée à assurer la compatibilité logique des différentes branches de la nouvelle géométrie qui vont se développer au xix e siècle, semble avoir déterminé la formulation explicite du projet sémiotique moderne. D'abord, George Boole, en introduisant l'analyse mathématique en logique dans sa Math […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_36415

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Questions épistémologiques »  : […] Le langage théologique se présente comme l'ensemble des signes organisables en un ensemble de propositions descriptives qui ne peuvent être comprises qu'en fonction d'un terme clef : « Dieu ». Ce terme spécifie à lui seul un ensemble propositionnel plus vaste : le langage religieux, dont il détermine le sens soit en étant un élément explicite d'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_36415

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « Sens et vérité »  : […] En caractérisant la vérité comme une propriété, à côté du faux, de l'énoncé doué de sens, est-ce bien, comme Heidegger le soutient, d'une logique de l'énoncé, « lieu primaire » de la validité en ce qu'il prédique un sujet, qu'il s'agit déjà ? Rien n'est moins sûr. Platon semblerait plutôt prêter à l'Étranger du Sophiste (cf.  supra ) une doctrine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_36415

Pour citer l’article

Gilles Gaston GRANGER, « VIENNE CERCLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-vienne/