COLTRANE JOHN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la transe à l'extase

En 1960, Trane forme avec le batteur Elvin Jones, le pianiste McCoy Tyner et le contrebassiste Steve Davis (auquel succéderont Reggie Workman et Jimmy Garrison) son propre quartette. Dans ce contexte, il abandonne l'une de ses idées fixes de la période précédente – l'exploitation opiniâtre des harmonies de base – pour explorer le champ modal que lui avait fait découvrir Miles Davis. C'est aussi l'époque où il entreprend de domestiquer le très rebelle soprano, dans lequel il paraît découvrir « une vocation plus incantatoire que lyrique, efficace non par l'expressivité mais par les pouvoirs d'un ressassement impassible » (M.-C. Jalard). Parallèlement, il se passionne pour certaines musiques d'Afrique, d'Asie, en même temps que pour les philosophies contemplatives de ces régions. Il devient alors, avec des œuvres comme Chasin' The Trane (1961), le champion de la réitération, allant quelquefois jusqu'à opérer une sorte de « montage en boucle » singulièrement obsédant de séquences oppressées, suppliantes, frénétiques. Coltrane pratique la transe, mais pour atteindre à l'extase. L'hypnose naît du sein même des cataclysmes. Les plus belles phrases sont animées d'une sorte de giration immobile, par quoi la musique, comme l'a bien vu Lucien Malson, à la fois « bouge sur place et ne bouge pas ». Le swing y gagnera une nouvelle définition.

Mais, aussi, le saxophoniste laisse la plus grande liberté à son contrebassiste et, surtout, à son batteur, le prodigieux Elvin Jones, qui, loin de servir les fantasmes de son chef, le contraint sans cesse à affronter son propre « délire ». Avec l'exténuation de la rythmique d'accompagnement, on assiste à l'avènement d'une musique qui n'a pas un seul centre, mais plusieurs. Ce polycentrisme, à son tour, fécondera l'esthétique du nouveau jazz.

Au demeurant, Coltrane n'a pas cessé de regarder du côté des avant-gardistes. Il enregistre avec Cecil Taylor, chante partout les louanges d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  COLTRANE JOHN (1926-1967)  » est également traité dans :

COLTRANE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 576 mots

23 septembre 1926 John William Coltrane naît à Hamlet, en Caroline du Nord.1947-1948 Coltrane appartient à divers groupes de rhythm and blues.1949 Coltrane est engagé comme saxophone ténor dans le grand orchestr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coltrane-reperes-chronologiques/

GIANT STEPS (J. Coltrane)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 305 mots

À la mort de Charlie Parker, en 1955, seuls Stan Getz et Sonny Rollins semblent en mesure de recevoir et de développer l'héritage du grand saxophoniste. Pourtant, au sein du célèbre quintette que rassemble Miles Davis de 1955 à 1957, on ne tarde guère à remarquer le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giant-steps/#i_18431

ALI RASHIED (1935-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 493 mots

Le batteur américain de free jazz et de jazz d'avant-garde Rashied Ali (de son vrai nom Robert Patterson, Jr.) naît le 1 er  juillet 1935 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Rashied Ali est l'un des premiers à s'émanciper du rôle traditionnellement dévolu au batteur – souvent considéré comme un simple « garde-temps » indiquant le tempo et le mètre – en mêlant plus intimement le son de ses instrume […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rashied-ali/#i_18431

AYLER ALBERT (1936-1970)

  • Écrit par 
  • Alain GERBER
  •  • 821 mots

En 1964, deux ans après son installation à New York, le saxophoniste ténor Albert Ayler enregistre Ghosts , l'album qui devait passer pour l'un des manifestes fondateurs du nouveau jazz. Dans ce disque, les musiciens (avec Ayler, le cornettiste D. Cherry, le bassiste G. Peacok et le batteur S. Murray) reprennent, en la radicalisant, la conception coltranienne selon laquelle à l'ordre du discours ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-ayler/#i_18431

BYRD DONALD (1932-2013)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 934 mots

Issu de l'esthétique bop, figure majeure du hard bop puis du jazz funk, le trompettiste et compositeur américain Donald Byrd s'est aventuré jusqu'aux frontières du rap . Ce parcours d'une indéniable richesse lui a permis, au côté des plus grands jazzmen de sa génération, de développer un jeu très personnel, tout aussi éloigné de la virtuosité gratuite que de l'inutile violence. Donaldson « Donald  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/donald-byrd/#i_18431

CHAMBERS PAUL (1935-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 719 mots

Au cours d'une trop brève carrière, le contrebassiste et compositeur américain de jazz Paul Chambers a offert au hard bop un alliage idéal de force retenue, d'intelligence discrète et de musicalité débordante. Par ses dons et sa sensibilité, il se pose en héritier de Jimmy Blanton et en rival d'Oscar Pettiford. Si quelques critiques ont laissé entendre que sa justesse n'était pas irréprochable, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-chambers/#i_18431

DAVIS ART (1934-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 044 mots

Peu apprécié sur le Vieux Continent, où une tenace tradition maintient séparés le monde du jazz et l'univers des musiques savantes, repoussé par une certaine Amérique qui n'admet pas la contestation des ostracismes nés d'un racisme quasi général, le contrebassiste américain Art Davis a peiné à obtenir la reconnaissance que lui vaudraient pourtant les multiples facettes de son indéniable talent. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-davis/#i_18431

DAVIS MILES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 006 mots

25 mai 1926 Miles Dewey Davis, III naît à Alton (Illinois), dans une famille noire, mélomane et bourgeoise. Septembre 1944 Miles Davis s'installe à New York, officiellement pour préparer son entrée à la Juilliard School of Music, en réalité pour rencontrer Charlie Parker. 1945-1948 Miles Davis fait la connaissance de Dizzy Gillespie et de Max Roach et commence à enregistrer avec Charlie Parker : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/davis-reperes-chronologiques/#i_18431

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 10 989 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Après 1960 »  : […] Avec la fin des années 1950 s'amorce une révolution encore plus radicale que celle entreprise par le bop : car il ne s'agit plus d'enrichir les moyens traditionnels, mais de remettre en cause les fondements du jazz – régularité du tempo et primauté du swing, improvisation à partir de structures harmoniques préétablies. La liberté totale devient l'idéal proclamé et le jazz, de plus en plus, se voue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz/#i_18431

JONES ELVIN RAY dit ELVIN (1927-2004)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 990 mots

Dans le chapitre « Ascension »  : […] Dans l'univers du jazz, Elvin Jones a été précédé par ses deux frères : Hank (1918-2010), remarquable pianiste, et Thad (1923-1986), qui fut tout à la fois trompettiste, joueur de trombone mais aussi compositeur et arrangeur d'une grande habileté. Né à Pontiac (Michigan) le 9 septembre 1927, Elvin Ray Jones jette son dévolu sur la batterie. Sans véritable maître, il commence à jouer très jeune dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jones-elvin-ray-dit-elvin/#i_18431

ROLLINS THEODORE WALTER dit SONNY (1929- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 448 mots
  •  • 1 média

Comment se résoudre à choisir entre ses admirations quand on grandit au milieu des géants qui dominent le monde du jazz de l'après-guerre ? Au cours d'une très longue carrière, le saxophone ténor américain Sonny Rollins semblera hésiter sans cesse entre les styles les plus variés et chercher éternellement sa propre voie, et cela sans fuir la confrontation, au disque comme au concert, avec ses ido […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rollins-theodore-walter-dit-sonny/#i_18431

Pour citer l’article

Alain GERBER, « COLTRANE JOHN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-coltrane/