ISPAHAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom d'Ispahan (ou Iṣfahān), rendu célèbre en Europe par une longue suite de relations de voyages, avait d'abord désigné un district de peuplement dense, fortement urbanisé, sis sur le cours inférieur du Zandè-Roud. La ville d'Ispahan, telle qu'elle subsiste aujourd'hui, est marquée par l'aspect architectural que lui ont imprimé deux périodes d'apogée politique, sous les Seldjoukides (xie-xiie s.) et sous les Séfévides (xvie-xviie s.). Redevenue depuis lors capitale provinciale, sa déchéance l'a préservée partiellement des excès de l'urbanisation aberrante de notre temps, et lui a valu de conserver, mieux qu'aucune autre ville d'Iran, le charme millénaire de la vieille Perse. Si elle ne mérite plus l'épithète de « moitié du monde » (Esfahān, nesf-e jahān), elle n'en demeure pas moins, au milieu d'une oasis intensément cultivée, une des plus importantes cités du plateau iranien.

Iran : carte administrative

Carte : Iran : carte administrative

Carte administrative de l'Iran. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le site

Comme toutes les grandes villes iraniennes, Ispahan s'est développée en bordure d'un massif montagneux, celui du Luristan, d'où descend le Zandè-Roud ou Zāyandèroud ; « le fleuve qui donne la vie » irrigue, grâce à un réseau complexe et très ancien de canalisations, un territoire fertile parsemé de gros villages. Située au carrefour des routes du Kurdistan (et, par-delà, de l'Irak), des provinces du Nord, du Khorassan et du Fars, la région réunissait donc toutes les conditions propices à l'apparition de la vie urbaine. Ainsi qu'il arrive communément, ce que l'on connaît de son passé se réduit à une série de mentions de toponymes, en partie hypothétiques, jusqu'à ce que les textes arabes révèlent, au temps de la conquête islamique, l'existence de deux noyaux urbains juxtaposés : Djay, la cité ancienne, ceinte d'un rempart percé de quatre portes, et, à une demi-lieue vers l'ouest, Yahoudiyè, « la [ville] juive », ville neuve à douze portes, construite sans doute au ve siècle de notre ère (et non, comme le veut la tradition, au temps de la captivité de Babylone). Concurrencé par ce nouveau centre urbain, Djay périclite et finit par être absorbé dans la vaste agglomération englobant quelques villages, ceinte d'une muraille de vingt kilomètres au xe siècle : Ispahan, formation composite, enfermant un habitat inégalement réparti. Peut-être a-t-on là une explication des luttes sanglantes entre habitants des divers quartiers qui se perpétuent au cours des siècles, prennent l'aspect de conflits religieux, et à certains moments déciment la population.

L'extension qu'Ispahan, devenue capitale des Séfévides, connaît au xviie siècle ne semble pas déborder les limites du site ancien, car la ville avait entre-temps traversé une profonde déchéance. On notera cependant que s'est créé alors, au sud du Zāyandèroud, le quartier chrétien de la Nouvelle-Djolfa, avec ses églises et son cimetière, où Chāh Abbās Ier installa les Arméniens qu'il avait déportés de Djolfa, sur l'Araxe. Les deux ponts célèbres qui enjambent le Zāyandèroud, le pont de Allahverdi Khān et le Pol-e Khādjou, furent construits respectivement au début et au milieu du xviie siècle. Alors que les vestiges les plus anciens subissaient l'assaut de la modernisation, le xxe siècle a respecté le cadre prestigieux de l'Ispahan séfévide. La glorieuse cité des hauts-plateaux iraniens participe toutefois au renouveau qui bouleverse l'Iran contemporain, et à la croissance architecturale anarchique qui en est le témoignage parfois incongru.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Yazd

Mosquée de Yazd
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ISPAHAN  » est également traité dans :

MOSQUÉE DU SHĀH, Ispahan (Iran)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

Édifiée par Shāh 'Abbās le Grand entre 1611 et 1628, et achevée sous le règne de son successeur Shāh Safi vers 1630 (les lambris de marbre ayant été définitivement installés en 1638 seulement), cette mosquée constitue l'élément majeur du Maydān-i Shāh, la place monumentale (512 mètres × 159 mètres) de l'Isfahan (Ispahan) safavide. Symbole de pouvoir à la foi […] Lire la suite

ARCHITECTURE SÉFÉVIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 451 mots

1501 Shāh Isma'il prend le pouvoir en Azerbaïdjan et fonde la dynastie séfévide, qui prétend descendre de Shaykh Safī al-Dīn (1234-1252), fondateur d'un ordre de derviches à Ardabil. La nouvelle dynastie appartient au shī'isme duodécimain qui devient dès lors religion d'État et qui contribue à créer un sentiment national encore vivace aujourd'hui. Tabriz devient la capitale du nouvel État. 1514 […] Lire la suite

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 368 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du bazar »  : […] Sur le plan architectural le bazar juxtapose aujourd'hui, dans une mosaïque dense, des ruelles bordées d'échoppes pour le commerce de détail et l'artisanat, des khāns pour le commerce de gros, le commerce extérieur et la petite industrie, des halles pour le commerce de gros, le dépôt et la vente des marchandises de valeur, et enfin des places à ciel ouvert dévolues à des fonctions variées. Partou […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-13 avril 2021 Iran – Israël. Attentat contre le centre d'enrichissement de l'uranium de Natanz.

Le 11, un sabotage attribué à Israël affecte la centrale d’enrichissement de l’uranium de Natanz, au nord d’Ispahan. L’étendue des dégâts n’est pas précisée. Divers officiels israéliens revendiquent anonymement l’opération dans la presse, rompant avec la « doctrine d’opacité » que l’État hébreu a longtemps appliquée à ce type d’opérations. Le 13, Téhéran annonce le lancement du processus d’enrichissement à 60 % de son uranium, contre 20 % jusque-là. […] Lire la suite

5-18 mai 2010 France – Iran. Libération de Clotilde Reiss

Lectrice à l'université d'Ispahan, elle avait été arrêtée en juillet 2009 pour avoir transmis des informations à l'ambassade de France à Téhéran à la suite des manifestations qui dénonçaient, un mois plus tôt, les conditions de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad. En août 2009, la jeune Française avait été libérée sous caution et assignée à résidence à l'ambassade de France. […] Lire la suite

7-30 décembre 2009 Iran. Radicalisation de la contestation face à la répression gouvernementale

Le 23, à Ispahan et Najafabad, plusieurs personnes sont blessées lors d'affrontements avec la police qui tentait de les empêcher de rendre un dernier hommage à l'ayatollah Montazeri, dans une mosquée. Une cinquantaine de personnes sont arrêtées. Les 26 et 27, la traditionnelle fête religieuse du deuil chiite de l'Achoura est marquée par de violents affrontements entre les dizaines de milliers de manifestants descendus dans les rues de Téhéran et des grandes villes (Chiraz, Ispahan, Qasvin, Qom, Tabriz) et les forces de police. […] Lire la suite

16-30 novembre 2009 Iran. Condamnation de l'Iran par l'A.I.E.A.

Le 23, Téhéran procède à des manœuvres militaires autour de ses sites nucléaires de Bushehr, d'Ispahan et de Qom. Le 27, le Conseil des gouverneurs de l'A.I.E.A. adopte une résolution – la première contre l'Iran depuis février 2006 – demandant la « suspension immédiate » de la construction du site nucléaire près de Qom, des explications sur sa finalité et l'assurance qu'aucun autre site nucléaire n'a été dissimulé. […] Lire la suite

1er-30 juillet 2009 Iran. Poursuite de la contestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

Le 6, le Quai d'Orsay annonce qu'une jeune Française, Clotilde Reiss, lectrice de français depuis cinq mois à l'université d'Ispahan, est détenue par les autorités iraniennes depuis le 1er juillet, accusée d'espionnage. Le 9, plusieurs centaines de personnes, bravant l'interdiction gouvernementale de manifester, se rassemblent près de la place de la Révolution à Téhéran, ainsi que dans plusieurs grandes villes, pour commémorer le soulèvement étudiant durement réprimé de juillet 1999. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean AUBIN, « ISPAHAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ispahan/