ISPAHAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Yazd

Mosquée de Yazd
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan
Crédits : Bridgeman Images

photographie


La capitale séfévide

L'Ispahan de Chāh Abbās Ier s'est développée au sud-ouest de la vieille ville, suivant un plan simple et grandiose qui préfigurait l'urbanisme moderne et fit l'admiration des Européens du xviie siècle, encore ignorants des vastes ordonnances et des larges percées.

Le cœur en était le Maydān-e Chāh (la place du Roi), régularisé en 1611 et entouré de bâtiments à arcades uniformes ; ses dimensions étaient calculées pour servir de terrain de polo (512 m sur 159 m). Au nord s'ouvrait par un porche monumental le bazar, qui reste un des plus beaux de l'Orient ; à côté, la galerie du Naqqārè-Khānè où des orchestres se produisaient le soir. Au sud-est de la place, Chāh Abbās Ier fit élever la petite et ravissante mosquée de Cheykh Lotfollah, revêtue extérieurement et intérieurement de céramiques aux tons rares, composant des arabesques exquises. Cet ensemble a été inscrit au patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O. en 1979.

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Photographie

Décor d'arabesques en carreaux de céramique émaillée de la coupole de la mosquée du Shah et de deux minarets cylindriques. Ensemble construit par Shah Abbas Ier (1588-1629) entre 1611 et 1628 et achevé par son successeur Shah Safi (1629-1642). Art séfévide. Ispahan, Iran. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La mosquée de Cheykh Lotfollah n'était pas terminée que Chāh Abbās mettait en chantier sur la face sud une mosquée d'apparat beaucoup plus spacieuse, la mosquée du Roi (Masdjed-e Chāh). À l'exception du porche d'entrée, qui fait pendant à celui du bazar, cette mosquée, qui comporte une cour intérieure à quatre iwân, est d'une décoration moins soignée que la mosquée de Lotfollah ; elle fut terminée en dix-huit ans, l'année même de la mort du souverain (1629), mais ici comme dans d'autres constructions de Chāh Abbās, la rapidité de l'exécution compromit la pérennité de l'édifice, et de sérieux problèmes de conservation ou de restauration se sont posés. La coupole du Masdjed-e Chāh culmine à cinquante-deux mètres, élégant bulbe revêtu de faïences vernissées (kâchi) du bleu turquoise caractéristique de l'ornementation architecturale iranienne.

Face à la mosquée de Cheykh Lotfollah se dresse le Ali Qapou, la haute porte, pavillon qui était en fait l'entrée des palais et jardins royaux, mais où se trouvaient aussi les bureaux de l'administration et où se tenaient les au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ISPAHAN  » est également traité dans :

MOSQUÉE DU SHĀH, Ispahan (Iran)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 293 mots
  •  • 1 média

Édifiée par Shāh 'Abbās le Grand entre 1611 et 1628, et achevée sous le règne de son successeur Shāh Safi vers 1630 (les lambris de marbre ayant été définitivement installés en 1638 seulement), cette mosquée constitue l'élément majeur du Maydān-i Shāh, la place monumentale (512 mètres × 159 mètres) de l'Isfahan (Ispahan) safavide. Symbole de pouvoir à la foi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosquee-du-shah/#i_95012

ARCHITECTURE SÉFÉVIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 451 mots

1501 Shāh Isma'il prend le pouvoir en Azerbaïdjan et fonde la dynastie séfévide, qui prétend descendre de Shaykh Safī al-Dīn (1234-1252), fondateur d'un ordre de derviches à Ardabil. La nouvelle dynastie appartient au shī'isme duodécimain qui devient dès lors religion d'État et qui contribue à créer un sentiment national encore vivace aujourd'hui. Tabriz devient la capitale du nouvel État. 1514 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-sefevide-reperes-chronologiques/#i_95012

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 365 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du bazar »  : […] Sur le plan architectural le bazar juxtapose aujourd'hui, dans une mosaïque dense, des ruelles bordées d'échoppes pour le commerce de détail et l'artisanat, des khāns pour le commerce de gros, le commerce extérieur et la petite industrie, des halles pour le commerce de gros, le dépôt et la vente des marchandises de valeur, et enfin des places à ciel ouvert dévolues à des fonctions variées. Partou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bazar/#i_95012

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_95012

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_95012

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBIN, « ISPAHAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ispahan/