ISPAHAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque seldjoukide

Dans les premiers siècles de l'Islam, Ispahan connut la vie économique et intellectuelle brillante d'une métropole régionale, mais sans se distinguer d'autres centres provinciaux de l'empire des califes. Avec la résurgence des particularismes locaux qui, au xe siècle, affaiblissent l'autorité de ceux-ci, commencent ses vicissitudes et ses chances. Elle devient un enjeu de la compétition pour le pouvoir, et son histoire est jalonnée de sièges, de massacres, de famines et de « pestes ». Elle passe de la sujétion des Daylamites à celle des Seldjoukides, qui s'en emparent en 1051 après un siège de plusieurs mois, et qui en font la capitale de leur État vaste et fragile. Le voyageur persan Nāsser-e Khosrow, qui la visite en 1052, la dépeint comme la cité la plus populeuse et la plus florissante qu'il ait vue en pays iranien.

Siège du sultanat, Ispahan n'échappait pas pour autant aux périls qui menaçaient la dynastie. La secte des ismaéliens y comptait de nombreux adeptes, dont la présence entretenait les turbulences sociales. Un parti ismaélien s'installait même en 1100 dans la forteresse de Shāhdiz, perchée sur la montagne qui domine l'oasis d'Ispahan vers le sud, et de ce nid d'aigle défiait plusieurs années durant l'administration seldjoukide. Signe avant-coureur de la faiblesse du régime, qui s'effondra dans la première moitié du xiie siècle.

L'édifice le plus remarquable d'Ispahan, et peut-être de tout l'Iran islamique, la mosquée du Vendredi (Masjid-e Djom'è), construite sous Malek-Chāh (1072-1092), détruite en grande partie par un incendie en 1121, agrandie et redécorée aux époques mongole, turkmène et séfévide, conserve quelques éléments seulement de l'époque seldjoukide. D'autres monuments, tels le palais royal et la madrassè fondée par le vizir Nezāmolmolk, n'existent plus. Ailleurs dans le district d'Ispahan et en Iran central, nombre de mosquées et de minarets du xiie siècle attestent qu'il n'y eut pas coïncidence absolue entre la prospérité de la région et la fortune des Seldjoukides. Après leur chu [...]

Mosquée de Yazd

Photographie : Mosquée de Yazd

Photographie

Les minarets et la coupole de la mosquée du Vendredi (Masjid i-Djom'è) de Yazd, Iran. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Yazd

Mosquée de Yazd
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ISPAHAN  » est également traité dans :

MOSQUÉE DU SHĀH, Ispahan (Iran)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 293 mots
  •  • 1 média

Édifiée par Shāh 'Abbās le Grand entre 1611 et 1628, et achevée sous le règne de son successeur Shāh Safi vers 1630 (les lambris de marbre ayant été définitivement installés en 1638 seulement), cette mosquée constitue l'élément majeur du Maydān-i Shāh, la place monumentale (512 mètres × 159 mètres) de l'Isfahan (Ispahan) safavide. Symbole de pouvoir à la foi […] Lire la suite

ARCHITECTURE SÉFÉVIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 451 mots

1501 Shāh Isma'il prend le pouvoir en Azerbaïdjan et fonde la dynastie séfévide, qui prétend descendre de Shaykh Safī al-Dīn (1234-1252), fondateur d'un ordre de derviches à Ardabil. La nouvelle dynastie appartient au shī'isme duodécimain qui devient dès lors religion d'État et qui contribue à créer un sentiment national encore vivace aujourd'hui. Tabriz devient la capitale du nouvel État. 1514 […] Lire la suite

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 365 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du bazar »  : […] Sur le plan architectural le bazar juxtapose aujourd'hui, dans une mosaïque dense, des ruelles bordées d'échoppes pour le commerce de détail et l'artisanat, des khāns pour le commerce de gros, le commerce extérieur et la petite industrie, des halles pour le commerce de gros, le dépôt et la vente des marchandises de valeur, et enfin des places à ciel ouvert dévolues à des fonctions variées. Partou […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France – Iran. Libération de Clotilde Reiss. 5-18 mai 2010

peines sont commuées, par mesure de « clémence », en une amende d'environ 230 000 euros. Le 16, Clotilde Reiss quitte l'Iran et regagne la France. Lectrice à l'université d'Ispahan, elle avait été arrêtée en juillet 2009 pour avoir transmis des informations à l'ambassade de France à Téhéran à la suite […] Lire la suite

Iran. Radicalisation de la contestation face à la répression gouvernementale. 7-30 décembre 2009

bassidji attaquent la maison du religieux disparu. Le 23, à Ispahan et Najafabad, plusieurs personnes sont blessées lors d'affrontements avec la police qui tentait de les empêcher de rendre un dernier hommage à l'ayatollah Montazeri, dans une mosquée. Une cinquantaine de personnes […] Lire la suite

Iran. Condamnation de l'Iran par l'A.I.E.A. 16-30 novembre 2009

du combustible pour son réacteur de recherche de Téhéran. Le 23, Téhéran procède à des manœuvres militaires autour de ses sites nucléaires de Bushehr, d'Ispahan et de Qom. Le 27, le Conseil des gouverneurs de l'A.I.E.A. adopte une résolution – la première contre l'Iran depuis février 2006 – demandant […] Lire la suite

Iran. Poursuite de la contestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad. 1er-30 juillet 2009

pas la victoire de Mahmoud Ahmadinejad. Ils reçoivent l'appui de nombreux ayatollahs et de « pères » de la révolution islamique de 1979. Le 6, le Quai d'Orsay annonce qu'une jeune Française, Clotilde Reiss, lectrice de français depuis cinq mois à l'université d'Ispahan, est détenue par les autorités iraniennes […] Lire la suite

Iran. Réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad. 12-29 juin 2009

, des journalistes et des intellectuels sont arrêtés, des dizaines de milliers de partisans de Mir Hossein Moussavi et de Mahmoud Ahmadinejad défilent séparément à Téhéran. Les mouvements de protestation gagnent d'autres villes du pays (Meched, Ispahan, Chiraz). Le Conseil des gardiens propose un recomptage […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean AUBIN, « ISPAHAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ispahan/