FÈS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de province du Maroc, située au nord-ouest du pays sur le plateau du Saïs entre les chaînons prérifains et le causse du Moyen Atlas, Fès (Fas en arabe) occupe une position remarquable : à la croisée des routes allant de Rabat à Oujda et de Tanger au Tafilalt à travers le Moyen Atlas. Le site est non moins remarquable : la ville est installée dans la petite vallée de l'oued Fès, affluent de l'oued Sebou, qui lui procure une eau abondante.

Maroc : carte administrative

Carte : Maroc : carte administrative

Carte administrative du Maroc. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La naissance de Fès remonte au règne d'Idriss Ier qui cherchait en 789 un emplacement pour sa capitale ; mais c'est Idriss II, son successeur, qui donna, à partir de 808, ses véritables dimensions à la ville. Du ixe au xiiie siècle, la cité demeure cantonnée sur les deux versants de la vallée, aménageant et étendant les deux noyaux primitifs, celui des Andalous et celui des Kairouanais, où sont regroupés les organes essentiels de la capitale : le palais, la grande mosquée Karaouiine (c'est-à-dire des Kairouanais) et le centre commercial. Des extensions ultérieures font grimper la ville sur le plateau. Les Mérinides au xiie siècle fondent Fès-Jdid, perchée à l'ouest au-dessus de Fès-el-Bali. À plusieurs reprises capitale du Maroc, Fès a perdu maintes fois ce rôle au profit de Marrakech, de Meknès et, pour finir, de Rabat.

Fès fut donc jusqu'au protectorat français (traité de Fès, 1911) une métropole religieuse et intellectuelle autant qu'une métropole économique. À l'époque coloniale, l'essor de la ville est freiné par la perte de certaines fonctions au profit d'autres villes (Rabat, Casablanca, Meknès) et par la crise de l'artisanat. La croissance, plutôt lente pendant près d'un demi-siècle, a nettement repris depuis l'indépendance : 179 000 habitants en 1952, environ 1 million en 2008. Actuellement capitale régionale (région de Fès-Boulemane), Fès étend son influence sur le Moyen Atlas, le Saïs et le Rif, par son commerce, ses services ; par ses fonctions religieuses et intellectuelles (université coranique et université moderne), elle rayonne bien au-delà de sa région économique. Vieille cité d'artisanat, toujours au premier rang des villes marocaines, elle a vu sa fonction industrielle se développer, en particulier dans le domaine textile. Son passé historique prestigieux contribue à faire d'elle un centre touristique important.

L'agglomération se compose de plusieurs villes distinctes : en aval de l'oued Fès, la vieille cité Fès-el-Bali entourée de ses murailles ; plus en amont, la ville des Mérinides est formée de palais, de jardins, de casernes et de quartiers populaires ; sur le plateau, la ville dite « européenne » étend ses quartiers administratifs, ses rues commerçantes et ses cantonnements militaires. La croissance récente a fait surgir tout autour de la ville des médinas modernes, des cités et des bidonvilles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  FÈS  » est également traité dans :

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 368 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les divers types de bazar »  : […] Le géographe allemand E. Wirth, dans une publication datant de 1975, distingue plusieurs types de bazar en se fondant sur des critères topographiques : – le bazar linéaire attesté à Téhéran où il date de 1850, à Damas pour le bazar du Midan, ou encore dans certaines parties des bazars de Qum, Shiraz, Kashan, Kermanshah ou Isfahan (Iran) ; – le bazar s'étalant en surface comme à Tabriz (Iran), Sa […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

HASSAN Ier (1836-1894), sultan du Maroc (1873-1894)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 1 101 mots

Dernier grand sultan du Maroc pré-colonial, Moulay Hassan (Moūlāy Ḥasan) occupe une place particulière dans la galerie des souverains chérifiens, par sa personnalité, riche et complexe, par son rôle dans l'ultime sauvegarde du pays face à l'impérialisme européen, par l'image populaire, enfin, qu'en a conservée le folklore national. Il avait, à son avènement, trente-sept ans. Le sultan Sidi Mohamme […] Lire la suite

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le royaume idrīside (686-917) »  : […] Le pays va sortir de cette confusion avec la constitution du royaume idrīside. Idrīs I er , échappé au massacre des descendants du Prophète en 786, s'est réfugié en Afrique du Nord et s'installe à Oulila (Volubilis). Bien accueilli, usant de son autorité religieuse, habile à nouer des relations avec les tribus, il étend son autorité. Son fils Idrīs II continue son œuvre. Il élargit le royaume vers […] Lire la suite

MÉRINIDES LES (XIIIe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 950 mots
  •  • 2 médias

« Les villes et les monuments tombèrent en ruine, les routes et les chemins s'effacèrent, les maisons demeurèrent désertes, les gouvernements et leurs sujets connurent l'abaissement et tout ce qui était stable fut transformé. » En termes d'apocalypse Ibn Khaldoun, qui fut commensal des Mérinides, retrace la fin d'un monde dans lequel s'effondra leur dynastie . L'ébranlement de tout le domaine musu […] Lire la suite

SAÏS

  • Écrit par 
  • Daniel NOIN
  •  • 204 mots

Appelé également plateau de Fès-Meknès, situé entre le causse du Moyen Atlas au sud et les collines prérifaines au nord, le Saïs s'étend sur une superficie de 4 500 kilomètres carrés, et son altitude varie entre 500 et 800 mètres. Le plateau est formé de calcaires d'origine lacustre ; il est entaillé par les vallées des affluents de l'oued Sebou. Jusqu'au début du xx e siècle, le Saïs a été faibl […] Lire la suite

Les derniers événements

16-29 mai 2003 Maroc. Attentats terroristes à Casablanca

Le 26, l'homme considéré comme le « coordinateur principal » des attentats est arrêté à Fès, mais décède « de mort naturelle » lors de son transfert à Casablanca. Le 27, le Parlement adopte définitivement un projet de loi antiterroriste qui renforce les pouvoirs des forces de sécurité. Le 29, dans une allocution radiotélévisée, le roi Mohammed VI annonce « la fin de l'ère du laxisme » et s'en prend à « certains milieux » qui auraient fait « un mauvais usage de la liberté d'opinion » en pratiquant une « opposition systématique aux orientations des pouvoirs publics ». […] Lire la suite

28 janvier 1995 Maroc. Verdict sévère au procès des terroristes islamistes

Le 28, au terme d'un procès que plusieurs organisations de défense des droits de l'homme estiment « bâclé », la cour d'appel de Fès condamne à mort trois des dix-sept militants islamistes accusés de diverses actions terroristes, au Maroc, durant l'été de 1994. Il s'agit de deux Français, l'un d'origine algérienne, l'autre d'origine marocaine, qui avaient ouvert le feu, en août, contre un hôtel de Marrakech, tuant deux touristes espagnols, et d'un Algérien coupable d'avoir tiré, le même mois, sur le mur du cimetière juif de Casablanca et d'avoir, en novembre 1993, participé à deux attaques à main armée. […] Lire la suite

24-29 août 1994 Maroc – Algérie. Regain de tension

Le 27, à la suite de l'arrestation, à Fès et à Casablanca, de plusieurs Franco-Algériens et d'un Marocain vivant à Paris, qui sont soupçonnés d'appartenir à un groupe terroriste armé, Rabat annonce le rétablissement du visa d'entrée pour les ressortissants algériens ou d'origine algérienne. Le 28, deux des auteurs présumés de l'attentat de Marrakech, un Français d'origine algérienne et un Marocain né à Paris, sont arrêtés à Fès. […] Lire la suite

14-27 décembre 1990 Maroc. Émeutes et répression

Mais les manifestations dégénèrent en émeutes dans plusieurs villes, en particulier à Fès, où les dégâts sont considérables et les affrontements avec les forces de l'ordre particulièrement violents. Bien que le bilan officiel chiffre à cinq le nombre des tués à Fès, l'opposition l'estime à quarante-neuf. Le 17, Azzedine Laraki, Premier ministre, annonce la création d'une commission d'enquête « pluraliste » et promet en même temps une augmentation des salaires. […] Lire la suite

7-9 juin 1988 Proche-Orient. Sommet de la Ligue arabe

Le président algérien Chadli Bendjedid plaide pour l'unité de la nation arabe et rappelle les résolutions du sommet de Fès de septembre 1982 prévoyant l'établissement d'un État palestinien sous le contrôle de l'O.N.U. et reconnaissant implicitement l'existence d'Israël, ainsi que la nécessité d'une conférence internationale. Le 8, le roi Hussein de Jordanie, qui a rencontré la veille Yasser Arafat pour la première fois depuis le début du soulèvement, se déclare solidaire de toutes les décisions communes concernant le sort du peuple palestinien, mais conseille à ses pairs de ne pas exiger la création d'un État palestinien indépendant et la participation d'une délégation séparée de l'O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel NOIN, « FÈS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fes/