ISPAHAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dépeuplement

En 1387 Tamerlan fait châtier exemplairement la ville, qui s'est rebellée contre ses collecteurs d'impôts. La troupe reçut l'ordre de massacrer toute la population mâle et de construire des tours de têtes coupées. L'opération fut soigneusement planifiée. Tandis que des détachements isolaient quelques demeures de privilégiés, chaque unité eut à présenter un nombre de têtes déterminé aux comptables de l'armée. Un chroniqueur rapporte : « Certains soldats qui ne voulaient pas tuer [d'autres musulmans] de leur propre main achetaient des têtes aux guerriers turcs de Tamerlan et les remettaient [aux comptables]. Au début de l'opération une tête valait vingt dinars transoxianais ; à la fin, quand chacun eut livré sa quote-part, le prix d'une tête tomba à un demi-dinar et personne n'en achetait plus. Mais tout pareillement [les tueurs] continuaient à tuer ceux qu'ils trouvaient. » Un autre note : « À la fin les soldats ne trouvaient plus d'hommes. Il rasaient la tête des femmes et la leur coupaient, et remettaient ces têtes aux commissaires. » L'historien Hāfez-e Abrou, un des commensaux de Tamerlan, témoin oculaire de l'extermination, raconte : « D'après les registres et les procès-verbaux on recueillit soixante-dix mille têtes. Entre soldats on s'achetait des têtes et on les présentait aux points fixés pour cela. Sur ordre de Tamerlan on en fit des minarets et des tas. Je me promenais ce jour-là avec Abdollah Lesān, l'astrologue [de Tamerlan], hors de la ville, de la porte du Tuqtchi jusqu'à la citadelle de Tabarak, ce qui équivaut à la moitié de son pourtour. On avait construit des minarets de têtes. Nous en comptâmes vingt-huit, chacun étant fait, l'un dans l'autre, de plus de mille têtes et de moins de deux mille. Il pouvait y en avoir approximativement quinze cents en moyenne. Ce qui fait quarante-deux mille têtes. Il y avait aussi des minarets des autres côtés de la ville, mais la majeure partie était de ce côté-là. »

D'après le calcul précis de l'historien persan, on peut évaluer la population d'Ispahan à quelque [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Yazd

Mosquée de Yazd
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan

Coupole de la mosquée du Shah, Ispahan
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ISPAHAN  » est également traité dans :

MOSQUÉE DU SHĀH, Ispahan (Iran)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

Édifiée par Shāh 'Abbās le Grand entre 1611 et 1628, et achevée sous le règne de son successeur Shāh Safi vers 1630 (les lambris de marbre ayant été définitivement installés en 1638 seulement), cette mosquée constitue l'élément majeur du Maydān-i Shāh, la place monumentale (512 mètres × 159 mètres) de l'Isfahan (Ispahan) safavide. Symbole de pouvoir à la foi […] Lire la suite

ARCHITECTURE SÉFÉVIDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 451 mots

1501 Shāh Isma'il prend le pouvoir en Azerbaïdjan et fonde la dynastie séfévide, qui prétend descendre de Shaykh Safī al-Dīn (1234-1252), fondateur d'un ordre de derviches à Ardabil. La nouvelle dynastie appartient au shī'isme duodécimain qui devient dès lors religion d'État et qui contribue à créer un sentiment national encore vivace aujourd'hui. Tabriz devient la capitale du nouvel État. 1514 […] Lire la suite

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 368 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du bazar »  : […] Sur le plan architectural le bazar juxtapose aujourd'hui, dans une mosaïque dense, des ruelles bordées d'échoppes pour le commerce de détail et l'artisanat, des khāns pour le commerce de gros, le commerce extérieur et la petite industrie, des halles pour le commerce de gros, le dépôt et la vente des marchandises de valeur, et enfin des places à ciel ouvert dévolues à des fonctions variées. Partou […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Villes fortifiées du monde islamique morcelé »  : […] Mais bientôt, de la désagrégation de ces capitales d'empire et du morcellement du monde islamique lui-même, un autre type de ville naquit, sensiblement différent de la métropole abbasside et plus proche de la ville féodale de l'Europe occidentale. Son essor ne se limite pas aux régions syriennes, mais il est tentant d'aller en chercher les exemples dans une province relativement bien étudiée. Là e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-13 avril 2021 Iran – Israël. Attentat contre le centre d'enrichissement de l'uranium de Natanz.

d’Ispahan. L’étendue des dégâts n’est pas précisée. Divers officiels israéliens revendiquent anonymement l’opération dans la presse, rompant avec la « doctrine d’opacité » que l’État hébreu a longtemps appliquée à ce type d’opérations. Le 13, Téhéran annonce le lancement du processus d’enrichissement à 60 % de son uranium, contre 20 % jusque-là. Cette […] Lire la suite

5-18 mai 2010 France – Iran. Libération de Clotilde Reiss

d'Ispahan, elle avait été arrêtée en juillet 2009 pour avoir transmis des informations à l'ambassade de France à Téhéran à la suite des manifestations qui dénonçaient, un mois plus tôt, les conditions de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad. En août 2009, la jeune Française avait été libérée sous caution et assignée à résidence à l'ambassade […] Lire la suite

7-30 décembre 2009 Iran. Radicalisation de la contestation face à la répression gouvernementale

Ispahan, Qasvin, Qom, Tabriz) et les forces de police. Il y aurait huit morts, dont le neveu du chef de l'opposition et candidat malheureux à l'élection présidentielle de juin, Mir Hossein Moussavi, tué par balle. Plus de cinq cents manifestants sont arrêtés. Le mouvement contestataire se radicalise face à la violation de la trêve religieuse chiite […] Lire la suite

16-30 novembre 2009 Iran. Condamnation de l'Iran par l'A.I.E.A.

d'Ispahan et de Qom. Le 27, le Conseil des gouverneurs de l'A.I.E.A. adopte une résolution – la première contre l'Iran depuis février 2006 – demandant la « suspension immédiate » de la construction du site nucléaire près de Qom, des explications sur sa finalité et l'assurance qu'aucun autre site nucléaire n'a été dissimulé. Le texte est approuvé par […] Lire la suite

1er-30 juillet 2009 Iran. Poursuite de la contestation contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

d'Ispahan, est détenue par les autorités iraniennes depuis le 1er juillet, accusée d'espionnage. Le 9, plusieurs centaines de personnes, bravant l'interdiction gouvernementale de manifester, se rassemblent près de la place de la Révolution à Téhéran, ainsi que dans plusieurs grandes villes, pour commémorer le soulèvement étudiant durement réprimé de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean AUBIN, « ISPAHAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ispahan/