MÉRINIDES LES (XIIIe-XVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo


« Les villes et les monuments tombèrent en ruine, les routes et les chemins s'effacèrent, les maisons demeurèrent désertes, les gouvernements et leurs sujets connurent l'abaissement et tout ce qui était stable fut transformé. » En termes d'apocalypse Ibn Khaldoun, qui fut commensal des Mérinides, retrace la fin d'un monde dans lequel s'effondra leur dynastie. L'ébranlement de tout le domaine musulman dans les grandes crises des xiiie, xive et xve siècles éclaire la dynastie mérinide, expliquant ses débuts heureux comme sa fin tragique et son histoire, somme toute assez médiocre, malgré l'éclat d'une civilisation qui porte en elle comme le reflet des décadences.

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

vidéo

Gengis-Khan. Empire mongol. Croisades en Europe. Émergence du Mali en Afrique.Le XIIIe siècle est celui des Mongols. À partir de 1206, les troupes de Gengis Khan déferlent sur l'Asie et l'Europe. Xixia, Jin, Kharezm, Qipcaq, principautés russes sont vassalisés.Les descendants... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Banu Mérin, cavaliers et chameliers berbères passés au service des Almohades, nomadisant dans les steppes du Maroc oriental, profitèrent des difficultés de leur suzerain pour se constituer un fief dans le Nord marocain, avec Fès pour capitale (1244). À partir de 1258, sous l'impulsion d'Abu Yussuf Yakub, ils partirent à la conquête du Sud, prenant Marrakech (1269), s'emparant du Sous et se posant en successeurs des Almohades. Pendant un court moment ils parurent devoir égaler leurs prédécesseurs. Leurs ambitions s'affirmaient, comme dans le cas des fondateurs des grandes dynasties marocaines, par la création d'une nouvelle capitale, Fès Djdid. En fait, ils se heurtèrent très vite à d'autres appétits, nés comme les leurs de la décomposition de l'Empire almohade. Les gouverneurs de l'Ifrikiya (Tunisie) s'étaient haussés au rang de dynastie indépendante (Hafsides) ; à Tlemcen, les Abd el Ouadites s'installaient en souverains indépendants ; dans l'extrême sud de l'Espagne le royaume nasride (Grenade et Malaga) maintenait sa position précaire au prix de compromissions avec les chrétiens. Chacune des trois dynasties maghrébines s'opiniâtre, avec des succès divers, à établir sa supériorité. Un temps, les Mérinides l'emportent sous les règnes d'Abou Hassan (1331-1351) et d'Abou I [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉRINIDES LES ( XIII e -XV e s.)  » est également traité dans :

AL-ANDALUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 277 mots

1333 Grenade entre la Castille et le Maghreb : les Mérinides du Maroc s'emparent de Gibraltar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-andalus-reperes-chronologiques/#i_32994

HAFSIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 348 mots

Au début du xiiie siècle, le Maghreb était encore soumis à la domination unique des souverains almohades du Maroc qui déléguaient une partie de leurs pouvoirs à des gouverneurs. Celui de l'Ifrīqiyya (c'est-à-dire la Tunisie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafsides/#i_32994

IBN BAṬṬŪṬA (1304-1368 ou 1377)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 1 178 mots

Cette fois, c'est bien la fin. Installé au Maroc, Ibn Baṭṭūṭa dicte à un lettré, Ibn Djuzayy, sur l'ordre du souverain mérinide, Abū ‘Inān, sa Riḥla : ce sera chose faite en 1356, sous le titre de « Cadeau précieux pour ceux qui considèrent les choses étranges des grandes villes et les merveilles des voyages » (Tuḥfat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-battuta/#i_32994

IBN KHALDŪN (1332-1406)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 113 mots

Dans le chapitre « Une expérience »  : […] ou hommes politiques au destin parfois tragique. Il approfondit ses études à Tunis où la cour mérinide draine des savants de renom. Il accède à la culture philosophique et se pose le problème des fondements et de la portée de la spéculation rationnelle. Résumant un ouvrage de méthodologie théologico-philosophique d'al-Rāzi, il comprend le besoin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khaldun/#i_32994

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 333 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les Almohades, Berbères puritains »  : […] Dès 1269 le Maroc passe aux mains des Mérinides, tribu berbère des hauts plateaux. Ils continuent la politique des dynasties précédentes, s'efforçant de rétablir à leur profit l'unité du Maghreb : ils conquièrent Tunis en 1347. Mais le monde a changé : l'Europe s'ouvre aux influences nouvelles, se lance dans les grands voyages de découvertes, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maroc/#i_32994

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « MÉRINIDES LES (XIIIe-XVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/merinides-les/