HONG KONG

Histoire

La formation du territoire

Lorsque le capitaine Elliott débarqua le 21 janvier 1841 sur ce que le secrétaire au Foreign Office lord Palmerston qualifiait de « Rocher stérile », nul ne pensait que le « port des parfums » (Heung Kong en cantonais) deviendrait un laboratoire pour la modernisation de la Chine ; ni les marchands libre-échangistes un peu flibustiers, qui cherchaient un havre pour développer leur trafic d'opium, ni l'aristocrate mandchou qui céda le territoire à Sa Gracieuse Majesté. Du reste, sur le moment, tant Elliott que Qi Shan furent désavoués par leur gouvernement.

Tout avait mal commencé pour cette colonie : les trois dates qui marquent sa naissance et son extension scandent le déroulement de l'une des plus graves humiliations subies par la Chine au cours de sa longue histoire. En effet, c'est à l'issue de la première guerre de l'opium (1839-1842), livrée à l'empire mandchou décadent par une Grande-Bretagne pionnière de la révolution industrielle et maîtresse des mers, que le traité de Nankin a reconnu la cession à perpétuité de l'île de Hong Kong à la Couronne britannique. En 1860, la convention de Pékin, qui mettait un terme à la deuxième guerre de l'opium aboutit à l'abandon de la péninsule de Kowloon (« les neuf dragons » en cantonais). Enfin, la Grande-Bretagne obtint, en 1898, un bail sur les Nouveaux Territoires en profitant de la grave défaite qu'infligea à la Chine, en 1895, un Japon méprisé mais qui avait su se moderniser. Incapable de résister aux pressions militaires étrangères, ne parvenant pas à relever le défi de la modernité, occupé à réprimer les nombreuses insurrections qui l'agitaient, sortant à peine d'une période de réforme avortée, l'empire des Qing accorda à la Grande-Bretagne, un bail de 99 ans sur les trois quarts du district de Xin'an, peuplés de 100 000 habitants, bail qui a expiré le 30 juin 1997.

Hong Kong a été sans aucun doute l'un des lieux privilégiés de la rencontre explosive entre un Occident industriel moderne et le plus antique empire continental de la planète qui se considérait comme le centre de la civilisation. Les étapes de la création de la colonie montrent que la Chine a eu beaucoup de mal, contrairement au Japon, à prendre la mesure du défi représenté par la puissance britannique. Les « barbares d'au-delà des mers », contrairement à leurs prédécesseurs d'Asie centrale, n'avaient pas pour intention première de conquérir et d'administrer l'empire. Ils voulaient lui imposer l'ouverture commerciale et exploiter ses richesses.

Un centre de commerce international

Les marchands réunis derrière la firme Jardine et Matheson, les principaux vendeurs d'opium, qui allaient devenir la plus grande compagnie de Hong Kong (encore très puissante à ce jour) voulaient avant tout s'enrichir par le commerce. Ardents défenseurs d'un libre-échange n'hésitant pas à recourir aux canonnières pour s'imposer, ils étaient convaincus qu'un territoire gouverné par la Couronne britannique leur permettrait de forcer les Mandchous à ouvrir leurs portes. Jusqu'en 1857, le gouverneur de Hong Kong fut aussi surintendant du commerce en Chine, et la colonie joua un rôle essentiel dans la diplomatie et le commerce britanniques avec l'Empire du Milieu. Ce rôle diplomatique diminua sérieusement lorsque la Chine accepta d'ouvrir des ambassades à Pékin à la suite de la deuxième guerre de l'opium.

Port franc dès l'origine, Hong Kong se consacra exclusivement au commerce pendant un siècle, ce qui en fait une colonie très particulière : en cent quarante-cinq ans d'existence, elle ne comptera jamais plus de 4 % de Britanniques. Toutefois, elle attira toujours un grand nombre d'immigrants de la province voisine du Guangdong. Dix ans après[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Jean-Philippe BÉJA : directeur de recherche émérite au CNRS, Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po
  • Pierre SIGWALT : docteur de troisième cycle en études sur l'Extrême-Orient et l'Asie-Pacifique, consultant-formateur Chine, journaliste

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Hong Kong [Chine] : carte physique

Hong Kong [Chine] : carte physique

Hong Kong [Chine] : carte physique

Carte physique de Hong Kong [Chine].

Jonque, Hong Kong

Jonque, Hong Kong

Jonque, Hong Kong

Jonque dans le port de Victoria, à Hong Kong.

Hong Kong, XIX<sup>e</sup> siècle

Hong Kong, XIXe siècle

Hong Kong, XIXe siècle

Au XIXe siècle, la Chine est contrainte de s'ouvrir au commerce avec l'Europe. Le port de Hong Kong…

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par Frédéric KECK, Christos LYNTERIS
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ...humains, et les associations de protection des éléphants utilisent cette information pour limiter les contacts entre les éléphants et les touristes. À Hong Kong, les associations d’observateurs d’oiseaux se sont imposées au gouvernement comme opérateurs de surveillance de la grippe aviaire dans la faune...
  • CANTON ou GUANGZHOU [KOUANG-TCHEOU]

    • Écrit par Jean CHESNEAUX, Jean DELVERT
    • 1 140 mots
    • 2 médias

    Canton (Guangzhou), capitale du Guangdong, est située à 60 kilomètres de la mer, au pied d'une colline rocheuse isolée au milieu de la plaine d'alluvions du Xijiang, à l'extrémité de l'estuaire formé par ce fleuve, ainsi que par son affluent le Beijiang et par le Dongjiang. Cet estuaire, le Zhuijiang...

  • CHANGE - Les régimes de change

    • Écrit par Patrick ARTUS
    • 6 907 mots
    • 5 médias
    Comme le montre l'exemple de Hong Kong au moment de la crise de 1997-1998 qui avait provoqué initialement une perte de réserves de 10 milliards de dollars, mener ce type de politique exige une grande détermination : en cas de baisse des réserves, il faut oser provoquer une récession, faire...
  • CHINE - Cadre naturel

    • Écrit par Guy MENNESSIER, Thierry SANJUAN, Pierre TROLLIET
    • 5 861 mots
    • 7 médias

    La République populaire de Chine est un des États les plus étendus (9 561 240 km2)et le deuxième pays le plus peuplé du monde (1 425 700 000 habitants en 2023, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi