RÉCESSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de récession désigne un certain type de conjoncture. Il caractérise, dans le mouvement général de l'activité économique, une phase de ralentissement succédant à une phase d'expansion. À la différence de la dépression, la récession n'implique pas une chute apparente et durable des indices du niveau de l'activité ; elle se traduit le plus souvent par une simple inflexion de la croissance économique. Le phénomène des récessions, au cours des « Trente Glorieuses », représente ainsi une atténuation de la sévérité des retournements conjoncturels. Moins grave qu'une crise économique, il est aussi plus fréquent. Il correspond à des mouvements cycliques de courte périodicité par rapport à un mouvement tendanciel de croissance à taux élevé. L'atténuation des forces dépressives et le renforcement des facteurs stimulant la demande effective et la productivité, en comparaison de la période précédant la Seconde Guerre mondiale, contribuent à expliquer ces transformations des rythmes cycliques. L'atténuation des phénomènes dépressifs est aussi explicable par une meilleure maîtrise de la conjoncture au moyen des politiques de régulation. La persistance de tendances inflationnistes, malgré l'accroissement du chômage pendant les phases de récession, montre néanmoins les limites des politiques de stabilisation.

Les récessions diffèrent des dépressions de la période du capitalisme libéral non seulement en degré, mais en nature : elles sont la rançon de politiques de régulation et de processus de croissance à taux élevé dans un capitalisme soumis à l'intervention active des pouvoirs publics. Dans la mesure où la stabilisation du niveau général des prix ne peut être obtenue que grâce au sous-emploi et au ralentissement momentané de la croissance de la production, les récessions ne sont plus l'expression d'un rythme cyclique spontané de l'activité économique. Elles n'en constituent pas moins, jusqu'à l'entrée en crise de l'économie dans les années 1970, une des notions clés de l'analyse macro-économique.

Le diagnostic par indicateurs

Pour diagnostiquer une récession, un certain nombre d'indicateurs peuvent être retenus ; ils seront disposés en séries chronologiques dont on étudiera les variations dans le temps par comparaison de données rapprochées (par exemple : séries mensuelles, trimestrielles, annuelles), après avoir éliminé l'effet des fluctuations saisonnières sur les données observées.

Les indicateurs les plus couramment utilisés sont relatifs à la production : indice de volume (à prix constant) du P.N.B. (produit national brut) ou de la P.I.B. (production intérieure brute), et indice de la production industrielle, bâtiment exclu. La récession est alors une notion relative, qui correspond le plus souvent non à une diminution du niveau de la production, mais simplement à une diminution de son taux d'accroissement calculé sur une base trimestrielle ou annuelle. Une économie en récession est donc une économie caractérisée par de faibles taux de croissance plutôt que par une chute absolue des indices de production.

Le caractère relatif de ce repérage pose le problème du taux de croissance pris comme norme. On retient souvent, suivant des méthodes d'origine américaine, le taux de croissance constant, définissant un trend (ou « tendance ») exponentiel de croissance potentielle. Ce taux est défini comme permettant le plein-emploi de la main-d'œuvre et des potentialités d'accroissement de la productivité moyenne du travail, à un niveau de pression de la demande globale jugé compatible avec le maintien des grands équilibres et à un taux de hausse des prix jugé suffisamment faible. Les périodes de récession sont alors les périodes pendant lesquelles la courbe observée s'écarte du trend de la croissance potentielle à taux constant, représenté par une droite à échelle semi-logarithmique, dans le sens d'une diminution des taux de croissance effectifs.

Cela implique que, par symétrie avec les phénomènes de surchauffe de la période d'expansion, la récession soit accompagnée de phénomènes inverses, à savoir d'une diminution de la pression de la demande effective par rapport au niveau jugé normal en situation de plein-emploi.

Lorsque le produit potentiel n'est pas calculé, d'autres indices peuvent être utilisés pour mesurer l'écart de façon plus approximative : par exemple, divers indices du degré d'utilisation de la capacité, ou encore un indice des goulets d'étranglement en matière de production, en Fr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  RÉCESSION  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La lente asphyxie d'une économie contrainte  »  : […] Le miracle des années 1960, avec un taux de croissance de 5,5 p. 100 par an, fut cependant de courte durée. À partir des années 1970, le modèle entra en crise. La croissance économique fut freinée par des facteurs externes tels que le renchérissement des prix des matières énergétiques, la montée progressive des sanctions économiques internationales contre le régime, les dépenses coûteuses de sécur […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Albanie face aux réalités économiques du marché mondial »  : […] Après trois années de croissance ralentie, 1979 était considérée comme la « meilleure année » du sixième plan, marqué par la rupture de l'aide chinoise. L'Albanie occupait alors le troisième rang mondial pour la production de chrome et le deuxième pour l'exportation de ce dernier. La construction de l'usine du Mat permettait l'exportation d'un nouveau produit, le ferrochrome. Une usine de fonte é […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des réformes aux résultats tardifs »  : […] Lorsque le premier gouvernement Schröder succède à Helmut Kohl en octobre 1998, l'économie allemande est en récession : la croissance stagne, le P.I.B. est inférieur à ce qu'il était au début de la décennie et le taux de chômage atteint près de 9 p. 100 de la population active, alors même que le travail à temps partiel des femmes est très répandu. L'Allemagne passe pour « l'homme malade de l'Euro […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une succession de chocs externes défavorables (1997-2000) »  : […] Elle va cependant avoir beaucoup plus de mal à encaisser la succession de crises financières qui font suite à l'effondrement du baht thaïlandais en juillet 1997. La crise asiatique de 1997, la crise russe de 1998, puis la crise monétaire brésilienne de janvier 1999 suscitent un phénomène de méfiance des marchés vis-à-vis des titres souverains émergents et frappent fortement les obligations argent […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chocs macroéconomiques et crises financières »  : […] Dans la mesure où les actifs bancaires sont très sensibles aux fluctuations macroéconomiques (notamment aux taux d'intérêt, aux taux de change et aux cours boursiers), les banques sont particulièrement exposées lors des récessions, des catastrophes (guerres, mauvaises récoltes, etc.) et des crises financières. C'est ainsi que Gary Gorton, dans une étude de 1988 sur les crises bancaires aux États-U […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le plan Collor et la destitution du président »  : […] À l'instar des précédents plans économiques, le plan Collor cherchait à briser la spirale des prix. Un moment contenue, la hausse des prix a repris, tandis que les restrictions imposées au crédit bancaire plongeaient le pays dans la récession. Sachant que ses alliances au Congrès restaient factices, Collor multiplia les coups d'éclat destinés à frapper l'opinion publique. Annoncés à grand bruit, […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une transition économique et sociale douloureuse »  : […] Sortir d'un demi-siècle d'économie planifiée et d'intégration au Conseil d'aide économique mutuelle (CAEM, fondé en 1949 et disparu peu avant la dislocation de l'Union soviétique en 1991) avec lequel Sofia réalisait près de 75 p. 100 de ses échanges, provoque, comme pour les autres pays ex-socialistes de la région, une terrible récession, aggravée, en Bulgarie, par d'autres facteurs . Ayant hérité […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fixité irréversible »  : […] Il s'agit des régimes d'union monétaire et de currency board . En union monétaire, il n'y a plus de marché des changes et les pays partagent la même monnaie. Nous reviendrons plus loin sur le fonctionnement et les conditions de réussite d'une union monétaire. Le currency board est un système très intéressant, utilisé depuis le début des années 1990 par exemple par l'Argentine (jusqu’en 2000) et H […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La prise du pouvoir monétaire par la Bundesbank et l'Europe monétaire en crise »  : […] Un calendrier précis est fixé pour le passage à la monnaie unique. La première étape entre en vigueur le 1 er  juillet 1990 pour s'achever le 1 er  janvier 1994. « Les États membres [y] considèrent leurs politiques économiques comme une question d'intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil [...] . Afin d'assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 764 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Démographie et activités humaines »  : […] Avec une population estimée à 60 millions d'habitants dans les années 2010, la R.D.C. occupe le deuxième rang des États africains au sud du Sahara. La densité demeure toutefois assez faible et surtout très inégalement répartie. L'afflux de populations vers les zones à forte concentration donne un taux d'urbanisation à croissance rapide : environ 30 p. 100. La capitale Kinshasa dépasse quatre mill […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-17 septembre 2021 Argentine. Défaite du parti au pouvoir lors des primaires.

Depuis son arrivée au pouvoir, les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 se sont ajoutés à ceux de la récession. Le 17, Alberto Fernández procède à un remaniement ministériel, sous la pression de sa vice-présidente Cristina Fernández de Kirchner qui dénonce la « mauvaise politique d’ajustement budgétaire » menée par le gouvernement.  […] Lire la suite

6-25 mai 2020 Allemagne. Accélération du processus de déconfinement.

Le pays entre en récession, ayant déjà enregistré une baisse de 0,1 p. 100 du PIB au dernier trimestre 2019. Le 25, le gouvernement et la compagnie Lufthansa annoncent la conclusion d’un accord sur un plan de sauvetage de 9 milliards d’euros, dont un prêt de 3 milliards de la banque publique d’investissement. L’État devient le premier actionnaire de Lufthansa dont il acquiert 20 p. […] Lire la suite

18-25 mai 2020 Japon. Levée de l'état d'urgence lié à la Covid-19.

Le 18, la publication des chiffres de la croissance confirme l’entrée en récession du pays. Le PIB du premier trimestre s’est contracté de 0,9 p. 100 par rapport à celui du dernier trimestre de 2019 qui était déjà négatif. Le 25, le Premier ministre Shinzō Abe annonce la levée de l’état d’urgence instauré en avril et une reprise progressive de l’activité. […] Lire la suite

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Fondée sur une prévision de récession de 8 p. 100 du PIB en 2020, cette loi doit entraîner un déficit public de 9,1 p. 100 du PIB et une dette de 115 p. 100 du PIB. Le 23 également, le gouvernement annonce une enveloppe de 39 millions d’euros destinée à l’aide alimentaire, au profit notamment des associations qui sont fortement sollicitées depuis le début du confinement. […] Lire la suite

6-23 avril 2020 Union européenne. Adoption d'un vaste plan de soutien face à l'épidémie de Covid-19.

Ils demandent à la Commission de travailler à un vaste plan de relance économique destiné à contrer la récession qui s’annonce.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DUCROS, « RÉCESSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/recession/