VIDAL-NAQUET PIERRE (1930-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'historien Pierre Vidal-Naquet a incarné tous les aspects et tous les combats d'une génération qui n'a été épargnée ni par la guerre, ni par le colonialisme, ni par la crise de la République. Face à ces rendez-vous, l'intellectuel engagé a pris des risques pour répondre aux sollicitations de la société autant qu'aux exigences de la raison.

L'appel de l'histoire

Né le 23 juillet 1930 à Paris, au sein d'une famille bourgeoise originaire du Comtat Venaissin, Vidal-Naquet a ressenti très tôt l'appel de l'histoire, mais cette vocation, a-t-il écrit lui-même, s'inscrit dans une blessure intime : l'arrestation, puis la déportation à Auschwitz de ses parents, capturés dans leur refuge familial à Marseille par la police allemande, le 15 mai 1944, et qu'il ne devait plus revoir. Cette « brisure », comme il l'appelle, n'explique certes pas l'itinéraire de l'historien, mais elle permet peut-être de comprendre le style de l'auteur, son exigence et sa tension, sa sensibilité à fleur de peau, cet étonnant mélange de raison et de passion. Sa génération n'a pas manqué d'antiquisants de talent exceptionnel, comme Claude Nicolet et Paul Veyne : tous deux historiens de Rome, personnages engagés l'un en politique, l'autre en littérature, hommes de synthèse, qui s'expriment souvent dans de gros volumes soigneusement appareillés. Vidal-Naquet, au rebours de ses deux collègues et amis, passés comme lui par le lycée de Marseille, commençait le plus souvent par des articles, des préfaces, des commentaires qui, retravaillés et harmonisés, fournissaient la matière de ses ouvrages. Il aimait les livres qui se faisaient d'eux-mêmes, par une accumulation de textes qui se complétaient et se répondaient, il aimait le travail en commun avec son « grand frère » Jean-Pierre Vernant ou le brillant helléniste Michel Austin, disciple de son ami de Cambridge Moses Finley, avec lequel il publia un livre qui a fait date sur la relation entre Économies et sociétés en Grèce ancienne (1972). Car cet historien du temps présent fut d'abord, et par vocation, un helléniste qui s'est employé à relire et réinterpréter les textes classiques : un itinéraire qu'il commence avec Platon, poursuit avec Homère et les Tragiques et complète avec Flavius Josèphe, historien juif de langue grecque.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VIDAL-NAQUET PIERRE (1930-2006)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « L'écriture de l'histoire au risque du relativisme »  : […] C'est peut-être Pierre Vidal-Naquet qui résume le mieux la réaction majoritaire de la profession quand il écrit : « Nous le savons désormais, l'historien écrit [...]. Écrivant, il identifie le réel à ce qui peut s'écrire [...]. Mais ne reste-t-il pas indispensable de se raccrocher à cette vieillerie, „le réel“, „ce qui s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_47034

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Au tribunal de l'histoire »  : […] historien à un rôle récusé par beaucoup d'entre eux, celui de juge. Pourtant, les historiens acceptent de s'engager d'eux-mêmes sur le terrain judiciaire. Pierre Vidal-Naquet se reconnaît dans ce droit d'intervention dont il s'empare pour user des armes de la critique historique, en particulier en 1958 avec L'Affaire Audin. Afin d'établir l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-les-usages-sociaux-de-l-histoire/#i_47034

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le temps des guerres coloniales »  : […] Henri Alleg. Interdit, le livre fut diffusé clandestinement. Pierre Vidal-Naquet anima un comité pour faire la lumière sur la disparition du mathématicien Maurice Audin, arrêté par l'armée. La protestation contre la guerre d'Algérie redonna vie au milieu intellectuel. Elle eut aussi pour effet d'en déplacer les divisions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_47034

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain SCHNAPP, « VIDAL-NAQUET PIERRE - (1930-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-vidal-naquet/