HERCULANUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Constructions impériales

Avec l’entrée définitive dans le monde romain, Herculanum va se transformer aussi rapidement que radicalement. Vers 40 av. J.-C., à l’extérieur de la ville, est construite la villa des Papyrus qui s’étend sur plus de 150 mètres, avec un imposant péristyle décoré de nombreuses statues dont une partie représente des souverains hellénistiques. En ville, les premiers changements interviennent autour de l’obtention du statut municipal avec l’érection d’un capitolium (temple voué à la triade capitoline : Jupiter, Junon, Minerve), qu’on suppose situé sur le forum, dont la localisation est sujet d’âpres discussions. Dans le même temps, les thermes – improprement appelés « du forum » – sont construits. Ce premier établissement possède deux parcours symétriques, dont un de dimensions réduites, traditionnellement considéré comme réservé aux femmes. Probablement au début de la période augustéenne (31 av. J.-C. – 14 apr. J.-C.), un macellum, marché à la viande, est construit par Marcus Spurius Rufus, à un emplacement qui reste indéterminé, dans les parties non explorées de la ville.

C’est pendant le règne du premier empereur que le paysage urbain évolue le plus, comme dans la plupart des cités italiennes. Un des personnages clés est Marcus Nonius Balbus, qui, après avoir effectué une partie de sa carrière comme proconsul de Crète et de Cyrénaïque a fini ses jours à Herculanum. Son évergétisme – cette prodigalité qui permettait aux élites romaines, en échange de prestige social, d’offrir à leurs concitoyens des équipements urbains ou de financer leur fonctionnement – lui a valu le titre de patron de la cité. Il a en effet reconstruit les murailles, la porte de la ville et une basilique (basilica Noniana). Cette dernière, décorée notamment avec des statues représentant les parents de Balbus, servait entre autres aux réunions des décurions, le sénat local, tandis que sur ses murs étaient disposées les plaques de marbre comportant la liste des habitants – libres, mâles et adultes – d’Herculanum.

Achille et Chiron

Photographie : Achille et Chiron

L'éducation d'Achille par le centaure Chiron. Fresque de la basilica Noniana d'Herculanum, Italie. Entre 41 et 79. Hauteur : 125 cm, largeur : 127 cm. Musée national archéologique, Naples. 

Crédits : DeAgostini/ Archivio J. Lange/ Getty images

Afficher

À la même période a été érigé le théâtre à partir duquel la ville a été redécouverte en 1710, lors des toutes premières fouilles. Contrairement à l’édifice pompéien voisin, le théâtre d’Herculanum n’est pas construit en profitant de la topographie locale mais sur arcades. L’importance de son rôle mémoriel pour les habitants est perceptible à travers les hommages qui y sont rendus aux grands hommes de la ville: Ap. Claudius Pulcher, mais aussi M. Nonius Balbus, représenté en nudité héroïque. Après sa mort, son tombeau est érigé à l’extérieur de la ville, sur une terrasse dominant la mer: reprenant la forme d’un autel, il présente sur une de ses faces une inscription qui expose les différents honneurs rendus par la ville pour célébrer le défunt. Il contenait ses restes incinérés ainsi que, selon la pratique de l’os resectum, un doigt coupé avant crémation. Par-delà les commémorations, M. Nonius Balbus est également resté très présent dans la population d’Herculanum, à travers ses affranchis et leurs descendants.

Trois édifices religieux sont érigés durant le règne d’Auguste (27 av. J.-C. – 14 apr. J.-C.). Le premier est un temple voué au culte impérial – longtemps considéré comme le siège des Augustales –, achevé avant la mort de l’empereur et dont la décoration a été complétée en 14 apr. J.-C. par une statue d’Auguste divinisé. Le deuxième et le troisième se situent au-dessus de la mer, à proximité de la terrasse où les restes de M. Nonius Balbus ont été recueillis. Ces deux temples traditionnels forment un complexe dédié à Vénus.

Fresques mythologiques, sacellum des Augustales, Herculanum

Photographie : Fresques mythologiques, sacellum des Augustales, Herculanum

Le sacellum des Augustales à Herculanum est richement décoré de fresques à caractère mythologique : Hercule, Minerve et Junon sur le mur de gauche, Hercule et Achéloos sur la paroi de droite. Ier siècle après J.-C. 

Crédits : Kated/ Shutterstock

Afficher

Lors de ce moment de fort renouvellement urbain, est également mis en chantier un vaste édifice qui n’est achevé que de 25 à 35 apr. J.-C. : le temple de Magna Mater – traditionnellement et improprement appelé « Palestre » – constituant l’Insula Orientalis IIa. Il s’agit d’un imposant complexe, avec une emprise au sol de plus de 9 000 mètres carrés, développant parfois jusqu’à trois étages. Au cœur de ce bâtiment, une cour à portique qui dispose en son centre d’un bassin cruciforme donne accès la salle cultuelle. Entre la rue et ce sanctuaire, dans les espaces interstitiels, sont installés des boutiques, des ateliers, des accès à des appartements et surtout des pièces ayant probablement une fonction pub [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Herculanum

Herculanum
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Plan d'Herculanum

Plan d'Herculanum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Maison à la cloison de bois, Herculanum

Maison à la cloison de bois, Herculanum
Crédits : C. Goupi/ Age Fotostock

photographie

L'éruption du Vésuve en 79

L'éruption du Vésuve en 79
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Rouen, ancien élève de l'École française de Rome

Classification

Autres références

«  HERCULANUM  » est également traité dans :

DÉCRYPTAGE DES PAPYRUS D'HERCULANUM

  • Écrit par 
  • Daniel DELATTRE
  •  • 663 mots
  •  • 1 média

Les spécialistes des écrits anciens sur papyrus attendaient beaucoup des techniques d’imagerie pour percer le secret des rouleaux retrouvés entre 1752 et 1754 à Herculanum sous la lave du Vésuve qui les avait conservés depuis l’éruption de 79, au cours de laquelle ils furent carbonisés à une température de plus de 300 0C. Depuis lon […] Lire la suite

FOUILLES D'HERCULANUM ET DE POMPÉI (Italie)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 240 mots
  •  • 1 média

Menées à l'initiative du roi de Naples et de Sicile, Charles de Bourbon, les fouilles sur le site d'Herculanum (depuis sa découverte, en 1709, jusqu'à la fouille proprement dite, en 1738) et sur celui de Pompéi (fouillé à partir de 1748) eurent de profondes conséquences sur l'id […] Lire la suite

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 808 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Civilisation romaine »  : […] Sur cette terre, les Romains, dès le iv e  siècle avant J.-C., vont fonder leurs premières colonies : Terracine, Calès (l'actuelle Calvi) ; mais c'est une implantation encore fragile (qu'on se souvienne de la deuxième guerre punique et de la victoire d'Annibal en 216 av. J.-C.) qui ne sera définitive qu'au i er  siècle avant J.-C. La Campanie devient alors entièrement romaine et, sous Auguste, ell […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat gréco-romain

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 6 563 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'habitat urbain depuis le ive siècle avant J.-C. »  : […] Avec l'apparition, au iv e  siècle avant J.-C., des cours à péristyle, des pavements de mosaïque et des décors muraux peints, la maison grecque s'éloigne rapidement de ses modestes origines, dont participait encore l'urbanisme démocratique d'inspiration hippodamienne : les dimensions s'accroissent (500 m 2 et davantage) ; le luxe privé se développe, souligné par un mobilier où les ustensiles d'ap […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité classique : trompe-l'œil et « Carpe diem » »  : […] La nature morte en tant que genre pictural à part entière trouve son origine en Grèce, au début de la période hellénistique, quand apparaît, à côté de la peinture monumentale (mégalographie) ou sur panneau d'inspiration mythologique et historique, un art tourné vers la nature et la vie quotidienne, privilégiant la description de victuailles, de fleurs et de menus objets (rhopographie). De cette p […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 103 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Piranèse et l'influence d'Herculanum »  : […] Si, selon la critique moderne, les fondements du néo-classicisme se trouvent dans les phénomènes que l'on vient d'esquisser, il faut reconnaître aussi l'importance de facteurs auxquels on attribuait autrefois la paternité du style néo-classique, notamment les fouilles d'Herculanum entreprises en 1748 par Charles III de Bourbon, roi de Naples, dont les résultats furent publiés dans les huit magnif […] Lire la suite

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 339 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De somptueuses demeures »  : […] Les sites de Pompéi et d’ Herculanum , ensevelis après l’éruption du Vésuve (79 apr. J.-C.), permettent d’étudier l’habitat des Romains. Leurs édifices publics et leurs maisons possédaient un décor polychrome : au sol, des pavements de marbres colorés ou des mosaïques, qui investissent aussi les murs et les niches ; sur les parois et les plafonds, un décor peint richement coloré ; sur le mobilie […] Lire la suite

POMPÉI

  • Écrit par 
  • Hélène DESSALES
  •  • 4 789 mots
  •  • 31 médias

Dans le chapitre « Une destruction brutale »  : […] En 79, l'éruption du Vésuve ensevelit Pompéi et les villes environnantes, notamment Herculanum et Stabies. La catastrophe est rapportée par plusieurs sources littéraires et en particulier par deux lettres de Pline le Jeune à Tacite (VI, 16 et 20), écrites vingt-cinq ans après l'événement. C'est au cours de cet épisode tragique que son oncle Pline l'Ancien, l'auteur de l' Histoire naturelle , alors […] Lire la suite

POMPÉIENNE (peinture)

  • Écrit par 
  • Mathilde CARRIVE
  •  • 4 133 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le troisième style (20 av.-45 apr. J.-C. environ) »  : […] À partir de l’époque augustéenne, ces compositions vont commencer à évoluer : les membres architecturaux – podium, colonnes, entablement, fronton… – s’affinent, les motifs végétaux et végétalisants occupent une place croissante et l’on commence à voir apparaître, au centre des compositions, de grands tableaux représentant des paysages ou des scènes mythologiques . Parmi les mythes les plus représe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas MONTEIX, « HERCULANUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/herculanum/