Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HABITAT L'habitat gréco-romain

L'étude de l'architecture gréco- romaine s'est longtemps bornée aux bâtiments, surtout sacrés, que leur caractère monumental et leurs matériaux choisis avaient mieux conservés que les habitations, premières victimes de toutes les vicissitudes historiques. En dépit des découvertes faites depuis le milieu du xviiie siècle à Herculanum et Pompéi, ce n'est que depuis le début du xxe siècle qu'une attention plus soutenue a été portée à l'architecture domestique gréco-romaine : à l'observation des monuments encore existants s'est ajoutée d'abord la fouille des sanctuaires, puis celle de villes entières (Priène en Asie Mineure ; Timgad en Afrique...) ou tout au moins de quartiers de villes (Délos dans les Cyclades ; Olynthe en Chalcidique ; Volubilis au Maroc ; Vaisonla-Romaine en France...). L'affinement des méthodes de fouilles a permis d'une part de préciser les transformations complexes subies par un même ensemble de maisons au cours d'une durée parfois considérable, alors même que l'étendue d'un îlot ou d'un quartier reste inchangée (Thasos : quartier de la Porte du Silène) ; d'autre part de retrouver les vestiges ténus d'habitations primitives construites en matériaux périssables (Smyrne ; Palatin à Rome ; Marzabotto...) ou d'habitations rurales isolées (fermes en Attique, par exemple). Malgré le rythme inégal des publications de fouilles, où les quartiers d'habitations font encore figure de parents pauvres, la connaissance de l'habitat gréco-romain a ainsi beaucoup progressé : on peut désormais en retracer l'évolution depuis le ixe siècle avant J.-C. jusqu'à l'Antiquité tardive – une évolution beaucoup moins linéaire qu'on ne l'a longtemps cru sur la foi d'une typologie trop simple, fondée sur des textes tardifs (Vitruve) qu'il faut remettre dans leur contexte historique et géographique.

Maison de l'atrium, Herculanum - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Maison de l'atrium, Herculanum

Thasos, 400 avant J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Thasos, 400 avant J.-C.

Principes de l'habitat antique

Si l'on excepte les cas tardifs et exceptionnels de quelques très grandes villes comme Alexandrie ( ?), Rome et Ostie, où des maisons à appartements ont existé, la maison, à Rome comme en Grèce, est individuelle (oïcos ou oïkia en Grèce, domus en Italie) : elle abrite une cellule familiale, élargie d'habitude à certains proches parents et entourée d'un plus ou moins grand nombre d'esclaves ou de serviteurs ; cette maisonnée est dirigée par le père de famille, qui dispose seul des droits politiques et civils. Ainsi la maison antique apparaît-elle comme l'expression architecturale de l'autonomie et de la prépondérance politique et sociale du citoyen. Dans le domaine de l'habitat comme en bien d'autres, nous ne percevons presque jamais que ce qui concerne cette minorité privilégiée.

Cette maison est très introvertie ; une bonne partie de ses membres n'en sort guère et les ouvertures sur le monde extérieur y sont très limitées : une porte généralement étroite et très rarement quelque petite fenêtre. C'est que les pièces principales donnent sur une cour intérieure. Comme il s'agit, dans le climat méditerranéen, d'éviter le soleil en été et d'en profiter en hiver, les pièces de séjour sont généralement orientées au sud, en sorte que le soleil n'y entre presque pas en été, tandis que ses rayons obliques y pénètrent largement en hiver. S'il y a un étage, il est le plus souvent limité à cette partie de la maison.

Ces maisons peuvent être isolées, si l'habitat est dispersé pour des raisons techniques (habitat primitif) ou de situation (habitat rural) ; le plus souvent, elles sont contiguës, puisque l'urbanité est un des phénomènes essentiels de la civilisation gréco-romaine, et souvent organisées en quartiers planifiés. Dans les centres où le pouvoir personnel existe sous[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Maison de l'atrium, Herculanum - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Maison de l'atrium, Herculanum

Thasos, 400 avant J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Thasos, 400 avant J.-C.

Temple, modèle réduit : architecture grecque - crédits : Encyclopædia Universalis France

Temple, modèle réduit : architecture grecque

Autres références

  • ABSALON ESHER MEIR dit (1964-1993)

    • Écrit par Jean-Marc HUITOREL
    • 1 017 mots

    L'artiste Esher Meir, dit Absalon, est né en 1964 à Ashdod en Israël. Il est mort à Paris en 1993. Sa carrière fulgurante aura duré à peine six années. Très vite connu et reconnu, il a produit une œuvre homogène et d'emblée identifiable, à la fois représentative de l'art au tournant des années...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...devise poétique des ancêtres fondateurs les appelle « Équilibreurs de degrés », en hommage à leur travail titanesque d'aménagement de ces chaos de rochers. Les grandioses constructions des Tellem, greniers en forme d'obus ou maisons flanquées de petites tours carrées, protégées par les auvents de la falaise,...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...années 1970. La loi sur les réserves foncières communales de 1974, qui a permis la municipalisation du foncier dans les périmètres urbains des villes, a ouvert la voie à l'habitat individuel sur des lots souvent attribués dans le cadre de coopératives immobilières, des structures qui, en réalité,...
  • ANDO TADAO (1941- )

    • Écrit par François CHASLIN
    • 1 885 mots
    • 1 média
    Parmi ses premières œuvres, celle qui lui valut sa réputation et que l'on peut considérer comme inaugurale (restée d'ailleurs à ce jour peut-être la plus forte) consiste en une petite maison privée, de deux niveaux, bâtie en 1976 à Ōsaka dans le quartier de Sumiyoshi. Serrée sur un terrain de 3 mètres...
  • Afficher les 116 références

Voir aussi