WALLON HENRI (1879-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alternance et intégration

La formation de la personne est un processus de type discontinu en même temps que continu, la genèse d'une « unité faite de contraste et de conflits ». De fait, ce couple discontinuité-continuité exprime l'équilibre où se tient la pensée wallonienne entre deux catégories de concepts, dont la conjonction est tout aussi difficile que nécessaire.

La première concerne la composante biologique du comportement et réfère à l'ensemble notionnel : crise, facteur endogène, maturation, en rapport avec le principe d'alternance fonctionnelle. La seconde renvoie à la composante sociale et comporte la séquence : interaction, facteur exogène, milieu humain, en rapport avec le principe d'intégration fonctionnelle.

Wallon a souvent avoué les liens entre son propre modèle épistémologique et la dialectique matérialiste. En fait, l'originalité de son vocabulaire et de son style de pensée pose le problème délicat, sinon insoluble, du repérage d'une telle parenté. Cette difficulté s'éclairerait quelque peu si l'on remontait, pour découvrir le type logique propre au mode explicatif dont use Wallon, à la source hégélienne, dont la mention accompagne parfois cette référence (voir article de 1936, no 91).

Dans cette perspective, il paraît plausible de rattacher le couple alternance-intégration à la double polarité dynamique-statique, diachronique-synchronique, génétique-structurale, que comporte le concept de contradiction, clef de voûte de la pensée dialectique. Le premier terme de chacune de ces paires connote une loi de division (dualité dans l'unité) où s'exprime « la genèse immanente des différences » (Hegel, Logik, 1811). Le second terme des mêmes couples renvoie à une loi de totalité (unité dans la dualité) où s'exprime « la nécessité de la liaison » (ibid.). Le schème de base propre à l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de psychologie et d'épistémologie à l'université de Paris-Nord

Classification


Autres références

«  WALLON HENRI (1879-1962)  » est également traité dans :

IMITATION, psychologie

  • Écrit par 
  • André GUILLAIN
  •  • 1 973 mots

Dans le chapitre « L’imitation : un instrument de communication »  : […] L’imitation est un processus d’appariement à une cible, une mise en correspondance entre le moi et l’autre. Elle pourrait donc fonctionner comme un instrument de socialisation et constituer un mode d’échange social que l’enfant utiliserait dans ses rapports avec l’adulte et ses pairs. Initiées le plus souvent par l’adulte, les imitations précoces donnent lieu à des alternances qui constituent une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imitation-psychologie/#i_13516

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement »  : […] Un essai classique de Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts , a montré comment, avec le déclin de l'idée de « gloire », s'est développée, du xvi e au xviii e  siècle, une stratégie visant à assurer le contrôle de l'intérêt sur la passion. Bien que purement égoïste en son principe, l'intérêt a été en outre appelé à se développer en intérêt collectif, sous le couvert de l'axiome de l'ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_13516

LANGEVIN-WALLON PLAN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 478 mots

Élaboré en 1946 et en 1947 par une commission ministérielle présidée par Paul Langevin, puis, après la mort de ce dernier, par Henri Wallon, le plan Langevin-Wallon, bien que n'ayant jamais été appliqué en tant que tel, reste, en France, depuis la Libération, l'un des textes de référence essentiels en matière d'éducation. Divisé en huit parties (introduction théorique ; structures et organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-langevin-wallon/#i_13516

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 070 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une océanographie française »  : […] Préparée par Jean Zay – ministre de l’Éducation nationale du Front populaire (poste qu’il conserve jusqu’à sa démission en septembre 1939 pour rejoindre l’armée française au combat) – et Jean Perrin – prix Nobel de physique en 1926 et sous-secrétaire d’État à la recherche –, la fondation du CNRS est effective le 19 octobre 1939. Après une période de sommeil durant l’occupation, il est réorganisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/#i_13516

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] Outre celui qu'il a chez Freud, le concept d'opposition joue aussi un rôle important dans l'étude des processus mentaux telle qu'elle a été développée par la psychologie contemporaine. Ainsi, pour Henri Wallon, la pensée par couples représente le mode primitif de fonctionnement intellectuel dont dispose l'enfant durant la période que cet auteur qualifie de précatégorielle (de six à neuf ans en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_13516

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] En fait, le terme de Gegensatzpaar est quasi exclusivement réservé par Freud à la description des couples de pulsions partielles ou perverses : le sadisme et le masochisme, le voyeurisme et l' exhibitionnisme. Une première analyse en est donnée dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), qui comporte d'ailleurs des modifications datées de 1915. La structure de couple d'opposés, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_13516

PSYCHOMOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Michel BERNARD
  •  • 3 266 mots

Dans le chapitre « Les origines théoriques du concept : Piaget et Wallon »  : […] L'ambiguïté dont souffre le concept de psychomotricité tient, d'une part, aux concepts qu'il associe, d'autre part, à la signification de cette association. Si, en effet, le concept de mouvement revêt un sens précis, celui de psychisme prête toujours à confusion : on peut soit le limiter au « mental » ou au conscient, soit l'étendre au comportement au sens néo-watsonien. A fortiori la juxtapositio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychomotricite/#i_13516

Voir aussi

Pour citer l’article

Émile JALLEY, « WALLON HENRI - (1879-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-wallon/