ÉQUILIBRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion d'équilibre a une puissance heuristique exceptionnelle. Il n'est pas de régions d'objectivité où elle ne se retrouve. Si elle joue un rôle fondamental dans l'ensemble des sciences de la nature, elle est aussi centrale dans les sciences sociales. Bien plus, il se peut qu'elle constitue l'objet propre, tant des savoirs portant sur les normes (depuis la gymnastique jusqu'à la médecine ou à la psychanalyse) que de ceux portant sur les valeurs (esthétique, éthique, religion, etc.). Il s'agit donc d'une notion à vocation transdisciplinaire. Elle semble subsumer sous un même idéal d'intelligibilité des recherches qui vont de l'étude des systèmes aux déterminismes les plus rigoureux — et, à la limite, des systèmes formels eux-mêmes — jusqu'aux approches des ensembles flous de préceptes des conduites humaines. Toutefois, une telle étendue de significations possibles ne va pas sans poser de nombreux problèmes, et on peut se demander quelle unité objective désigne une telle notion, si ce n'est une unité d'ordre purement métaphorique, à valeur de connaissance très pauvre. Pourtant, les systèmes physiques ou chimiques, les organisations biologiques ou sociales aussi bien que les structures symboliques et imaginaires peuvent être comprises effectivement comme autant de diverses modalités d'une condition générale d'équilibre, condition qui leur attribue, tout à la fois, les lois de leur stabilité comme les raisons de leurs devenirs.

C'est sur la base d'un tel constat que l'épistémologue Jean Piaget a fait l'hypothèse d'un processus général d'équilibration, qui correspondrait au principe d'organisation immanent en toute genèse de structures matérielles ou formelles. Cette hypothèse de Piaget a fait l'objet de très nombreuses critiques. Par exemple, sur le plan psychologique, il lui a été reproché de renforcer, par cette insistance sur les critères d'équilibre, l'aspect normatif de la psychologie cognitive (J. Nuttin, R. Zazzo...). Sur le plan épistémologique, nombreux sont ses détracteurs qui, précisément, dénoncent l'extrême généralité d'un tel point de vue, qui met trop facilement en correspondance des niveaux de réalité, au lieu d'en voir au contraire les spécificités irréductibles les unes aux autres (S. Toulmin, J. Fodor). Il n'en reste pas moins que cette hypothèse d'un processus général d'équilibration, qui sous-tend toute l'œuvre de Piaget, semble effectivement la plus plausible pour rendre compte de la complexification croissante des niveaux d'organisation où se déploient les objets, autant que des filiations par stades d'intégration des structures cognitives du sujet. Toutefois, l'hypothèse d'un processus universel d'équilibration présente des difficultés. En effet, n'ayant ni abordé la question d'une approche historique de la notion d'équilibre elle-même, ni étudié ses ancrages dans des champs tels que l'esthétique, l'éthique, le politique, le psychanalytique, etc., et encore moins approfondi le rôle symbolique de cette notion et son universalité dans d'autres cultures, Piaget ne s'est pas donné les armes philosophiques nécessaires pour répondre à ses détracteurs. Il a reçu la notion d'équilibre comme telle, d'une façon non critique, et a construit à partir d'elle des modèles et des concepts importants. Mais il n'a pas approfondi la signification humaine que revêt cette notion, et qui est susceptible précisément de fonder son universalité comme de rendre compte de sa dimension interdisciplinaire.

Sans revenir sur les aspects cognitifs, catégoriaux et épistémique de la notion d'équilibre, il est possible d'ouvrir l'hypothèse, qui est d'ordre épistémologique, sur un questionnement plus général des rapports qui, par l'être humain, relient la logique structurale des formes naturelles à ce qu'il faudrait appeler un idéal universel d'équilibre. De fait, la notion d'équilibre semble pourvue d'un extraordinaire pouvoir de prégnance sur l'imaginaire humain.

Sous des formes et des contenus très variés, les modèles d'équilibre se retrouvent régulièrement réinvestis dans l'histoire de la pensée. À travers eux, la notion d'équilibre joue sur des registres très différents et s'intègre dans des représentations du monde apparemment incommensurables (par exemple, le modèle « isonomique » de la cité grecque, ou le modèle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉQUILIBRE  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT PERCEPTIVO-MOTEUR : POSTURES ET ACTIONS

  • Écrit par 
  • Christine ASSAIANTE
  •  • 2 199 mots

Dans le chapitre « Postures et actions : stabiliser la tête ou le bassin pour mieux agir avec son corps »  : […] Le contrôle postural constitue « la colonne vertébrale » d’une motricité harmonieuse et efficace. La posture assure, tout d’abord, une fonction d’équilibre lors de l’initiation et au cours de la réalisation d’une action. Elle sert également de cadre de référence pour organiser efficacement le mouvement. À cet égard, deux segments : la tête et le bassin sont privilégiés pour assurer un contrôle de […] Lire la suite

ÉQUILIBRATION

  • Écrit par 
  • Francis LESTIENNE
  •  • 4 476 mots
  •  • 2 médias

Afin d'assurer l'efficacité de l'exécution des mouvements mis en jeu au cours de la locomotion, de l'orientation et de la préhension, les animaux font usage d'un ensemble de mécanismes sensorimoteurs qui permettent le maintien de l' équilibre du corps en dépit des causes qui tendent à le perturber : les accélérations d'origine interne et externe et la force de gravité , qui agit en permanence su […] Lire la suite

PIAGET JEAN (1896-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 5 907 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Piaget psychologue »  : […] La psychologie de Piaget, qui s'est baptisée elle-même « psychologie de l' intelligence », est en fait une psychologie des opérations cognitives aux différents niveaux de leur développement. Cette définition resterait toutefois incomplète et incorrecte si on n'y ajoutait deux précisions. La première est que chez Piaget l'« intelligence » désigne non pas une « faculté » mentale parmi d'autres, mais […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNISTE

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 1 756 mots

Dans le chapitre « Origines et thèses de la psychologie évolutionniste »  : […] Les origines de la psychologie évolutionniste remontent aux années 1980. Elles sont liées aux travaux du couple américain formé par l’anthropologue John Tooby et la psychologue Leda Cosmides, alors à Stanford University. Leur article de 1989 peut apparaître comme le manifeste fondateur de ce qui allait bientôt devenir une école, consacrée par l’institution du Centre pour la psychologie évolutionni […] Lire la suite

PSYCHOMOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Michel BERNARD
  •  • 3 266 mots

Dans le chapitre « Les origines théoriques du concept : Piaget et Wallon »  : […] L'ambiguïté dont souffre le concept de psychomotricité tient, d'une part, aux concepts qu'il associe, d'autre part, à la signification de cette association. Si, en effet, le concept de mouvement revêt un sens précis, celui de psychisme prête toujours à confusion : on peut soit le limiter au « mental » ou au conscient, soit l'étendre au comportement au sens néo-watsonien. A fortiori la juxtapositio […] Lire la suite

VERTICAL & HORIZONTAL

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 299 mots

La croisée d'un axe vertical et d'un axe horizontal constitue l'épure symbolique de l'expérience humaine. La croix est l'archétype du partage. Aussi la retrouve-t-on investie dans les valeurs de justice, de connaissance et d'éthique. C'est elle qui articule les schèmes cognitifs ou symboliques de partition, répartition, position, opposition. Elle détermine un partage ontologique de l'être entre l' […] Lire la suite

Les derniers événements

4-9 novembre 2021 Belgique. Débat sur la répartition de l'effort climatique.

Elle préconise un meilleur équilibre entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale en matière de réduction des GES, estimant que la différence entre l’objectif fixé à la Belgique – 47 % – et ceux de la Bulgarie – 10 % – ou de la Roumanie – 12,7 % – ne lui a « pas été expliquée ». Le 9, le ministre wallon du Climat Philippe Henry (Ecolo), qui préside la Commission nationale climat, constate « l’impossibilité d’aboutir à un accord intrabelge suffisamment ambitieux à court terme » à l’occasion de la réunion de la COP 26 à Glasgow. […] Lire la suite

1er août 2021 Mexique. Référendum sur l'engagement de poursuites contre les anciens présidents.

Le taux de participation très faible, 7 %, amoindrit la portée de cette initiative, tandis qu’AMLO est accusé par l’opposition et certains juristes de porter atteinte à l’équilibre des pouvoirs. […] Lire la suite

2-22 octobre 2020 États-Unis. Fin de la campagne pour l'élection présidentielle.

Le 7 se déroule un débat équilibré opposant les candidats à la vice-présidence, le républicain Mike Pence et la démocrate Kamala Harris. Le 8, Donald Trump refuse de participer au deuxième débat contre Joe Biden prévu le 15, que la commission organisatrice avait décidé de tenir en mode virtuel en raison de la récente contamination du président. Le 12, Donald Trump reprend ses meetings de campagne, en Floride, alors que les sondages continuent de lui être défavorables. […] Lire la suite

1er-5 mars 2020 France. Adoption en première lecture de la loi sur la réforme des retraites

Le 5, l’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi organique qui impose l’équilibre financier du futur système de retraite. Le Sénat doit à présent examiner les deux textes. […] Lire la suite

7 février 2020 France – Union européenne. Discours du président Emmanuel Macron sur la dissuasion.

Sur le plan international, Emmanuel Macron préconise « un équilibre des forces au plus bas niveau possible » et appelle l’Europe à ne pas rester l’otage d’une « trilatéralisation » des négociations stratégiques qui seraient menées par les États-Unis, la Russie et la Chine. Ainsi, Emmanuel Macron propose d’établir « un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective » et de fixer ensemble « un agenda international renouvelé pour la maîtrise des armements ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « ÉQUILIBRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre/