BERLIOZ HECTOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Troyens

Liszt et sa compagne Carolyn von Sayn-Wittgenstein sont encore à l’origine de la composition d’une nouvelle œuvre, Les Troyens. Comme l’a montré Hugh Macdonald, l’idée de cet opéra fondé sur l’Énéide de Virgile et conçue « dans le système shakespearien » remonte sans doute à 1851. La princesse Sayn-Wittgenstein, à qui il rend visite en 1855 et 1856, le pousse à se mettre à cet opéra : sans doute veut-elle le faire sortir du silence où il se tient depuis trois ans, et peut-être aussi lui montrer son soutien face à la figure montante de Wagner. Berlioz commence par le livret qu’il écrit lui-même jusqu’à l’été de 1856 ; la partition est achevée à l’automne de 1859. Dans l’intention de pouvoir diffuser plus facilement son œuvre auprès des directeurs d’opéra et du public, Berlioz se met immédiatement à la rédaction de la partition pour chant et piano.

Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov

Photographie : Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov

Le 17 mars 1990, sous la direction de Myung-Whun Chung et dans une mise en scène de Pier Luigi Pizzi, Les Troyens furent le spectacle inaugural de l'Opéra-Bastille. Trente ans plus tard, à l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la mort d'Hector Berlioz, cet opéra longtemps mal... 

Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress

Afficher

Berlioz avait conçu son opéra comme un ensemble de cinq actes. Mais le directeur du Théâtre-Lyrique, où une partie de l’œuvre fut finalement donnée, l’oblige à revoir sa partition jugée trop longue. Les Troyens est donc divisé en deux parties, La Prise de Troie et Les Troyens à Carthage ; seule cette dernière partie sera donnée au Théâtre-Lyrique le 4 novembre 1863, et Berlioz n’entendra jamais l’œuvre dans son entier. Entre la fin de la composition des Troyens, et la représentation, il a eu le temps de composer une dernière œuvre lyrique, Béatrice et Bénédicte, un opéra-comique en deux actes, d’après Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare, représenté à Baden-Baden en 1863. Il a aussi travaillé à l’édition du texte musical de l’Orphée de Gluck, l’un de ses modèles pour l’écriture musicale des Troyens, arrangeant la partie d’Orphée pour la voix de contralto de Pauline Viardot (représentations données entre 1859 et 1863).

Après ces deux derniers opéras, Berlioz ne compose plus, à l’exception de quelques feuilles d’album. Sa dernière apparition en France comme chef d’orchestre date du 1er mars 1866, mais de jeunes chefs parisiens – Hainl et Pasdeloup – font entendre régulièrement sa musique. Berlioz clôt la rédaction des Mémoires, inscrivant la date du 1er janvier 1865 à la fin du Voyage en Dauphiné qu’il a accompli pour retrouver son amour d’enfance, Estelle. La nouvelle de la mort de son fils Louis, capitaine dans la marine marchande, survenue à La Havane le 5 juin 1867, provoque un effondrement : Berlioz détruit dans une crise de désespoir une grande partie de la correspondance qu’il a reçue, et sa santé, qu’une maladie d’intestin fragilise depuis longtemps, s’altère encore. Le compositeur accepte pourtant, comme un défi, l’invitation à donner une série de six concerts à Saint-Pétersbourg. C’est l’occasion pour lui de retrouver un public qui l’aime et d’approcher la jeune génération des compositeurs russes (notamment César Cui et Nikolaï Rimski-Korsakov) qui l’admire. Un an à peine après son retour de Russie, Berlioz meurt le 8 mars 1869 dans son appartement de la rue de Calais. Les hommages qui lui sont rendus lors de ses funérailles, à l’église de la Trinité, témoignent de l’importance officielle qu’il avait prise dans la vie artistique française. Pourtant, son œuvre fut rapidement éclipsée par le succès de Wagner. Et, jusqu’au « Berlioz revival » suscité en Angleterre notamment par Colin Davis à partir de l’année du centenaire de la mort du compositeur (1969), puis en France par l’Orchestre de Paris et la Bibliothèque nationale de France autour de l’année du bicentenaire de sa naissance (2003), la musique de Berlioz restera principalement connue par des exécutions de la Symphonie fantastique et de La Damnation de Faust.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Un concert à mitraille et Berlioz, d’après J. J. Grandville

Un concert à mitraille et Berlioz, d’après J. J. Grandville
Crédits : Stefano Bianchetti/ Corbis/ Getty Images

photographie

Faust cherchant à séduire Marguerite, E. Delacroix

Faust cherchant à séduire Marguerite, E. Delacroix
Crédits : Heritage Arts/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov

Les Troyens de Berlioz, mise en scène de D. Tcherniakov
Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BERLIOZ HECTOR (1803-1869)  » est également traité dans :

BERLIOZ HECTOR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 781 mots
  •  • 8 médias

11 décembre 1803 (19 frimaire an XII) Louis-Hector Berlioz naît à La Côte-Saint-André (Isère).5 décembre 1830 La Symphonie fantastique est créée à la Société des concerts du Conservatoire, à Paris, sous la direction de François Antoine Habeneck. […] Lire la suite

CORRESPONDANCE GÉNÉRALE, HECTOR BERLIOZ

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 018 mots

Entreprise à l'occasion du centenaire de sa mort (survenue le 8 mars 1869), l'édition monumentale de la correspondance générale d'Hector Berlioz, établie sous la direction de Pierre Citron et publiée à partir de 1972 par Flammarion, à Paris, s'est achevée avec un huitième volume qui est paru un an avant le bicente […] Lire la suite

GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 755 mots

L'influence de Berlioz sur l'évolution de l'orchestre est considérable : en traitant celui-ci comme un instrument à part entière, en opérant une véritable révolution dans l'art d'assembler les timbres, le compositeur français apparaît comme le véritable inventeur des grandes formations symphoniques que nous connaissons aujourd'hui. Son action s'exercera de […] Lire la suite

SYMPHONIE FANTASTIQUE (H. Berlioz)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 267 mots
  •  • 1 média

La création à Paris de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz, le 5 décembre 1830, sous la direction de François Antoine Habeneck, est considérée comme la première date importante du romantism […] Lire la suite

LES TROYENS (mise en scène Y. Kokkos)

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 166 mots
  •  • 1 média

Fasciné dès l'enfance par L'Énéide, Berlioz entreprit la composition des cinq actes des Troyens en 1856, livret et musique, à l'instigation amicale de la princesse Carolyne von Sayn-Wittgenstein, alors qu'il doutait amèrement du présent comme de l'avenir de sa carrière. Il acheva son ouvrage deux ans plus tard mais, de […] Lire la suite

ALTO, instrument

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 622 mots

Instrument à cordes de la famille des violons. L'alto est légèrement plus grand que le violon ; il mesure en moyenne 67 centimètres, dont 40 pour la caisse ; les éclisses ont 4 centimètres de hauteur vers le manche et 4,2 cm au bouton de cordier. L'alto est accordé une quinte au-dessous du violon, soit ut 2 et sol 2 (cordes filées), ré 3 et la  3 (cordes en boyau). L'écriture pour alto utilise […] Lire la suite

CLARINETTE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 371 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Antonio Vivaldi a recouru à la clarinette probablement dès 1716, dans l'oratorio Juditha triumphans , et est l'auteur de nombreux concertos pour plusieurs instruments, parmi lesquels la clarinette (RV 556, RV 559, RV 560). Jean-Philippe Rameau l'utilise dans la tragédie en musique Zoroastre (1749) et la « pastorale héroïque » Acante et Céphise (1751). Le Concerto pour clarinette et orchestre K  […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les […] Lire la suite

DER FREISCHÜTZ (C. M. von Weber)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 671 mots
  •  • 1 média

« Opéra romantique » en trois actes composé entre 1817 et 1821 par Carl Maria von Weber , Der Freischütz ( Le Freischütz ) est créé le 18 juin 1821 au Königliches Schauspielhaus de Berlin sous la direction du compositeur, avec notamment le ténor Karl Stümer (Max), la soprano Karoline Seidler (Agathe) et le baryton Heinrich Blume (Kaspar). Il reçoit un accueil enthousiaste de la part du public et […] Lire la suite

FÉTIS FRANÇOIS-JOSEPH (1784-1871)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 583 mots

Né à Mons, élève de Rey (harmonie), de Boieldieu et de Pradher (piano), professeur et bibliothécaire au Conservatoire de Paris, Fétis fonde, en 1827, les « concerts historiques » et la Revue musicale . En 1833, il devient directeur du Conservatoire de Bruxelles et maître de chapelle de Léopold I er  ; il vivra en Belgique jusqu'à sa mort. Quoique importante (quatre opéras, trois symphonies, pièces […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cécile REYNAUD, « BERLIOZ HECTOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hector-berlioz/