GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création des blocs

Le plan Marshall

De plus en plus persuadé que le gouvernement soviétique « était froidement résolu à exploiter l'état où se trouvait une Europe sans défense pour propager le communisme », le nouveau secrétaire d'État américain, George Marshall, annonça le 5 juin 1947 l'intention de son gouvernement de fournir une aide économique importante aux pays européens, à charge pour ceux-ci de s'entendre au préalable sur l'étendue de leurs besoins et la répartition des crédits qui leur seraient ouverts. Les pays de l'Est et l'U.R.S.S. elle-même furent invités à une conférence tenue à Paris à cet effet. Mais le Kremlin déclencha une offensive à boulets rouges contre le projet, forçant la Pologne et la Tchécoslovaquie à revenir sur l'acceptation de principe qu'elles avaient commencé par donner.

Il accentue sa mainmise sur les pays d'Europe orientale libérés par l'Armée rouge et que, malgré la signature, en 1946, de traités de paix avec les satellites du Reich, il n'a commencé d'évacuer qu'en 1990. Les communistes prennent le pouvoir à Budapest tandis qu'à Sofia on apprend la pendaison du leader agrarien Ivan Petkov, l'un des héros de la résistance antiallemande. Le 5 octobre est créé un bureau d'information des Partis communistes, le Kominform, destiné à remplacer l'Internationale communiste, dissoute en 1943, au plus fort de la collaboration interalliée contre l'Axe. Le délégué soviétique Andreï Jdanov fait approuver par les participants à la réunion constitutive la thèse selon laquelle le monde est désormais divisé en deux camps, « l'impérialisme qui prépare la guerre contre l'U.R.S.S. et celle-ci, avec les pays pacifiques qui lui sont alliés ». Des grèves violentes éclatent dans les pays d'Europe occidentale où les communistes ont été partout chassés du gouvernement. Les troubles révolutionnaires, latents dans le Sud-Est asiatique depuis la capitulation du Japon, s'intensifient rapidement.

Jdanov, alter ego politique de Staline

Photographie : Jdanov, alter ego politique de Staline

Pur et dur militant du bolchevisme dès 1915, Andreï Alexandrovitch Jdanov (1896-1948) devient, dans les années 1930, l'homme de référence idéologique de Staline. Il inspire surtout sa politique étrangère, aussi bien le pacte germano-soviétique (1939) que la "doctrine Jdanov" (1947). Ici,... 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Le « coup de Prague » et le pacte atlantique

Un événement dramatique, au début de 1948, fait monter la tension à son comble. Encouragés par la chute de la popularité des communistes, qui partageaient le pouvoir avec eux depuis la Libération, les partis « bourgeois » tchécoslovaques essayent de desserrer le contrôle que l'extrême gauche exerce sur la police. Mais ils perdent la partie, et, le 25 février, le président Edvard Beneš se résigne à mettre en place un gouvernement communiste homogène. Le « coup de Prague », qui fait croire qu'une nouvelle guerre mondiale est inévitable, répand un début de panique. Le 17 mars, la Grande-Bretagne, la France et les pays du Benelux concluent un traité d'assistance mutuelle : c'est le premier de l'après-guerre qui soit dirigé non pas contre l'Allemagne, mais « contre tout agresseur », ce qui était une façon de désigner l'U.R.S.S. Déjà des pourparlers étaient engagés avec les États-Unis pour conclure le « pacte atlantique » (traité de l'Atlantique Nord) qui sera signé le 4 avril 1949 et rapidement ratifié par ses douze signataires, malgré l'opposition violente de l'U.R.S.S., des communistes, des « neutralistes » européens et des isolationnistes américains.

L'aboutissement des négociations, qui remettaient en cause les traditions séculaires de la diplomatie américaine, avait été grandement facilité par deux événements de première importance : la rupture soviéto-yougoslave et le blocus de Berlin.

Le 28 juin 1948, le Kominform proclamait, à la surprise générale, que le maréchal Tito et son parti, par leur ligne « fausse, révisionniste, et leur politique de diffamation envers l'U.R.S.S. (s'étaient) mis en dehors de la famille communiste ». Ainsi éclatait au grand jour un conflit qui remontait en fait à l'époque de la guerre et résultait du refus du maréchal yougoslave de se faire purement et simplement l'exécutant des volontés soviétiques. Des campagnes d'une violence inouïe furent déclenchées contre Tito, que Moscou chercha à renverser de l'intérieur. Mais très vite la Yougoslavie obtint le soutien du monde occidental, allant jusqu'à conclure un pacte défensif avec la Turquie et la Grèce, en 1954, après leur adhésion au pacte atlantique. La rupture fut le signe d'une gigantesque épuration dans les pays demeurés fidèles à l'U.R.S.S. Soupçonnés de « titisme », des chefs communistes de premier plan furent envoyés à la potence.

Quant au blocus de Berlin, il avait marqué le couronnement d'une série de mesures prises par les Soviétiques pour gêner les communications des Occidentaux avec leurs secteurs et ainsi, sans doute, les forcer à les abandonner. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ayant, le 18 juin 1948, promulgué une réforme monétaire dans leurs zones, faute d'avoir pu s'entendre avec Moscou sur les moyens de mettre fin à l'inflation généralisée, voulurent étendre ses dispositions à Berlin-Ouest. Staline répliqua en bloquant tous les accès terrestres et fluviaux. Washington improvisa en hâte un pont aérien qui, contrairement à toute attente, réussit à maintenir la ville en activité.

Les Soviétiques n'osèrent pas intercepter les avions alliés. Un peu moins d'un an plus tard, le 12 mai 1949, soit six semaines après la signature du pacte atlantique, le blocus était levé en échange de la convocation d'une conférence à quatre. Celle-ci devait se séparer quelques semaines plus tard sans avoir pu se mettre seulement d'accord sur son ordre du jour.

Victoire communiste en Chine

Personne à l'époque n'aurait osé prophétiser que le statu quo en Europe ne serait pratiquement pas modifié pendant quarante ans. Très vite, cependant, il devient évident que le théâtre principal de la guerre froide s'est transporté en Asie. C'est qu'un événement de première importance vient de s'y produire : la prise du pouvoir par les communistes en Chine au terme d'une guerre civile de plus de vingt ans.

L'aide donnée par l'U.R.S.S. à Mao a été pendant toute cette période fort modeste, surtout si on la compare à l'assistance massive des États-Unis à Tchiang Kai-chek. Staline ne souhaitait pas la victoire des communistes, pensant probablement qu'il aurait quelque peine à maintenir son autorité sur eux. Mais, dans le climat de tension créé par le « coup de Prague » et le blocus de Berlin, il était fatal que la proclamation, le 1er octobre 1949, de la république populaire de Chine apparût aux Américains comme un nouveau coup de boutoir de la révolution mondiale. Fatal aussi que les mouvements communistes ou communisants d'Asie s'en trouvassent considérablement encouragés.

C'est le cas notamment de l'Indochine où les tentatives de la France de reprendre pied, après la défaite nippone, s'étaient heurtées au Viêt-minh, mouvement remarquablement organisé par Hô Chi Minh, vieux militant du Komintern. L'arrivée des troupes communistes chinoises à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Central Press/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton Getty

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 29 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUERRE FROIDE  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

L’expression « guerre froide » désigne le conflit qui opposa les États-Unis et l’URSS durant la seconde moitié du xxe siècle. Trois traits fondamentaux la caractérisent : d’abord, la nature indirecte de l’affrontement, d’où l’adjectif « froide » qui qualifie cette « guerre » ; ensuite, la dimension de ses enjeux, qui opposent deux superpuissances pour […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre).1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars).1947 Discours de Truman […] Lire la suite

ACHESON DEAN (1893-1971)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Diplomate américain de la vieille école dont l'élégance britannique faisait dire de lui qu'il était plus anglais que l'ambassadeur de Sa Majesté. Né dans le Connecticut, Dean Acheson était d'origine modeste : un père clergyman né en Angleterre et une mère canadienne. C'est à l'université Yale qu'il devient avocat. En 1933, il entre dans le gouvernement fédéral comme sous-secrétaire au Trésor ; dés […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanitaire dans la guerre froide »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, deux événements de nature très différente ouvrent une nouvelle phase dans l'histoire du mouvement humanitaire. Le premier est l'adoption, le 10 décembre 1948, par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'acte de 1948, s'il s'inspire des précédents des révolutions française et américaine, représente dans la vie internation […] Lire la suite

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La guerre froide et ses conséquences »  : […] En France, en Italie, la naissance de la guerre froide a entraîné le départ des communistes du gouvernement et la scission politique à l'intérieur du pays. En Allemagne, elle a accéléré la division géographique du pays, à la fois cause et conséquence de la division du monde. Elle a également entraîné le cheminement progressif des deux parties de l'Allemagne – de toute façon de plus en plus distin […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La multiplication des engagements à l'Est et à l'Ouest »  : […] En matière de politique étrangère, dans le contexte de la guerre froide, le chancelier Kohl appelle, dès son accession au pouvoir, au stationnement dans son pays de fusées américaines à moyenne portée afin de faire échec au déploiement, par le Kremlin, de fusées qui peuvent atteindre le sol allemand. Son prédécesseur, Helmut Schmidt, l'avait appelé de ses vœux dès 1977, causant sa propre perte fa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Guérillas et dictatures militaires »  : […] La guerre froide vint renforcer ces données traditionnelles, fournissant une justification géopolitique à une relation de domination jusqu'alors fondée avant tout sur un intérêt national bien compris. Le facteur politico-stratégique va désormais primer sur le facteur économique. Elle rendit aussi les phénomènes politiques beaucoup plus complexes, particulièrement en Amérique centrale et dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 juillet 2021 Belgique – Chine. Adoption d'une résolution dénonçant le risque de génocide visant les Ouïgours.

guerre froide ». Cette condamnation s’ajoute à celle des parlements néerlandais, canadien, lituanien, tchèque et britannique, ainsi qu’à celle de l’administration américaine. […] Lire la suite

16 mars 2021 Royaume-Uni. Présentation d'un document sur la place du pays dans le monde.

guerre froide ». Le document prévoit l’augmentation, de cent quatre-vingts à deux cent soixante, du nombre des ogives nucléaires à la disposition des forces britanniques. Il réaffirme l’engagement du pays dans l’OTAN, tout en constatant le « basculement vers la zone indo-pacifique » du « centre géopolitique du monde ». Il indique la volonté de Londres […] Lire la suite

2-19 août 2019 États-Unis. Test d'un missile de portée intermédiaire.

guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant fin à l’exploitation des SS 20 russes et des Pershing américains à l’origine de la crise des euromissiles […] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 OTAN. Vastes manœuvres militaires en Europe.

guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé. […] Lire la suite

8-9 juillet 2016 O.T.A.N. Réunion du sommet de Varsovie.

guerre froide », selon les termes du président américain Barack Obama, en réaction aux initiatives diplomatiques et militaires de la Russie. Ils conviennent notamment du déploiement, par rotation, de quatre bataillons multinationaux de mille hommes chacun en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne ; ils valident le triplement des effectifs  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/