GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps des crises

L'affaire de Suez

Bien que l'U.R.S.S. se fût passablement intéressée au Moyen-Orient pendant la guerre, elle s'y était peu manifestée par la suite, se contentant d'être la première, en 1948, à reconnaître de facto l'État d'Israël, qu'elle aida discrètement à venir à bout de ses ennemis arabes. Staline pensait ainsi faire échec à l'« impérialisme » britannique, dont la Ligue arabe pouvait paraître l'instrument. Mais très vite il s'avéra que l'État juif n'avait aucune intention de s'inspirer de la ligne soviétique. À l'O.N.U., le Kremlin donna bien un appui de principe aux mouvements d'indépendance nationale, notamment au docteur Mossadegh qui, en 1951, nationalisa les pétroles iraniens ; mais lorsque celui-ci fut renversé par la C.I.A., en août 1953, il ne leva pas le petit doigt.

D'une manière générale, les Occidentaux vivaient dans l'illusion que le Moyen-Orient était pour eux une chasse gardée, comme en témoignent leur déclaration tripartie de 1950, destinée à garantir le statu quo dans cette région, de même que les efforts de Foster Dulles pour enrôler les pays arabes dans un « pacte de Bagdad » destiné à compléter le réseau d'alliances « contenant » l'U.R.S.S.

À partir de 1955, cependant, et de la conférence de Bandung qui marque la prise de conscience du Tiers Monde, la diplomatie soviétique se rend compte des possibilités d'action qui lui sont ouvertes dans les pays sous-développés, et plus spécialement dans le monde arabe. En septembre, la Tchécoslovaquie conclut avec l'Égypte un accord de livraison d'armes qui provoque la plus vive inquiétude à Tel-Aviv. Quelques mois plus tard, le refus de Washington de participer au financement du barrage d'Assouan, indispensable au développement de l'économie égyptienne, amène Gamal Abdel Nasser à décider, en représailles, la nationalisation du canal de Suez (juill. 1956). La Grande-Bretagne ressent la décision comme une menace directe pour ses approvisionnements en pétrole, tandis qu'en France le gouvernement Guy Mollet, aux prises avec la guerre d'Algérie, pense qu'en renversant le régime du Caire, dont l'appui à la rébellion est avéré, il porterait à celle-ci un coup décisif. Israël, de son côté, sentant se développer le potentiel arabe, est tenté par une guerre préventive. C'est ainsi que naît l'idée d'une expédition commune. Le 29 octobre, l'armée israélienne envahit le Sinaï, et quelques jours plus tard un corps expéditionnaire franco-britannique débarque à Port-Saïd.

Crise de Suez, 1956

Photographie : Crise de Suez, 1956

Une femme arabe crie son désespoir dans les rues de Port-Saïd, la ville égyptienne occupée par les troupes franco-britanniques depuis le 5 novembre 1956. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Crise de Suez, 1956

Vidéo : Crise de Suez, 1956

Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser, annonce à Alexandrie la nationalisation du canal de Suez. Le 30 octobre, Français et Anglais lancent une intervention militaire dans la région. Les Français reprochent à Nasser son soutien aux nationalistes algériens. Les... 

Crédits : National Archives

Afficher

La révolte hongroise

Au moment où débutent les hostilités, des événements dramatiques se produisent en Europe centrale. Khrouchtchev a, quelques mois plus tôt, devant le xxe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, prononcé contre les crimes de Staline un véhément réquisitoire qui, en Pologne et en Hongrie, encourage les éléments désireux d'en finir avec la terreur. Si, à Varsovie, Wladyslaw Gomulka réussit à imposer à Khrouchtchev un modus vivendi qui donne satisfaction à la population, il n'en va pas de même à Budapest où l'agitation tourne vite à la contre-révolution, entraînant le 4 novembre 1956 l'intervention des blindés soviétiques, qui écrasent durement l'insurrection.

Fin de la révolution en Hongrie

Photographie : Fin de la révolution en Hongrie

Novembre 1956. Fin de la révolution en Hongrie. Alors que les chars soviétiques occupent le pays, des Hongrois brûlent un portrait de Staline. 

Crédits : Jack Esten/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Morts pour la liberté

Photographie : Morts pour la liberté

Des journalistes occidentaux sont témoins de la brutalité avec laquelle les troupes soviétiques écrasent le soulèvement anticommuniste de Hongrie, en novembre 1956. Des adolescents et des femmes avaient aussi pris les armes contre les forces de Moscou. 

Crédits : Jack Esten/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

Les deux affaires, de Suez et de Hongrie, provoquent un vif regain de la tension internationale ; l'O.N.U. est le théâtre de débats passionnés et Moscou accable l'Occident de mises en demeure. Sa pression concorde avec celle des États-Unis, hostiles à tout recours à la force au Moyen-Orient, pour contraindre les troupes françaises, britanniques et israéliennes à se retirer d'Égypte. Des «  casques bleus » mandatés par l'O.N.U. sont chargés de surveiller la ligne de démarcation. En revanche, les forces russes demeurent en Hongrie où s'installe un gouvernement de collaboration présidé par János Kádár, lui-même ancienne victime des persécutions staliniennes.

János Kádár, 1980

Photographie : János Kádár, 1980

Janos Kádár (1912-1989) est arrivé au pouvoir en Hongrie lors de l'intervention soviétique contre le soulèvement de 1956. Il occupe les fonctions de chef de gouvernement jusqu'en 1965 et de premier secrétaire du parti jusqu'en 1988. Ici, en 1980, lors d'un congrès du Parti socialiste... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Si l'U.R.S.S. conserve un certain prestige auprès de l'opinion arabe, qui lui est reconnaissante de son attitude au moment de l'affaire de Suez, elle doit faire face à une vigoureuse contre-offensive américaine, menée dans le cadre de la « doctrine Eisenhower », visant à étendre au Moyen-Orient les promesses [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Central Press/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton Getty

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 29 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUERRE FROIDE  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

L’expression « guerre froide » désigne le conflit qui opposa les États-Unis et l’URSS durant la seconde moitié du xxe siècle. Trois traits fondamentaux la caractérisent : d’abord, la nature indirecte de l’affrontement, d’où l’adjectif « froide » qui qualifie cette « guerre » ; ensuite, la dimension de ses enjeux, qui opposent deux superpuissances pour […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre).1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars).1947 Discours de Truman […] Lire la suite

ACHESON DEAN (1893-1971)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Diplomate américain de la vieille école dont l'élégance britannique faisait dire de lui qu'il était plus anglais que l'ambassadeur de Sa Majesté. Né dans le Connecticut, Dean Acheson était d'origine modeste : un père clergyman né en Angleterre et une mère canadienne. C'est à l'université Yale qu'il devient avocat. En 1933, il entre dans le gouvernement fédéral comme sous-secrétaire au Trésor ; dés […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanitaire dans la guerre froide »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, deux événements de nature très différente ouvrent une nouvelle phase dans l'histoire du mouvement humanitaire. Le premier est l'adoption, le 10 décembre 1948, par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'acte de 1948, s'il s'inspire des précédents des révolutions française et américaine, représente dans la vie internation […] Lire la suite

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La guerre froide et ses conséquences »  : […] En France, en Italie, la naissance de la guerre froide a entraîné le départ des communistes du gouvernement et la scission politique à l'intérieur du pays. En Allemagne, elle a accéléré la division géographique du pays, à la fois cause et conséquence de la division du monde. Elle a également entraîné le cheminement progressif des deux parties de l'Allemagne – de toute façon de plus en plus distin […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La multiplication des engagements à l'Est et à l'Ouest »  : […] En matière de politique étrangère, dans le contexte de la guerre froide, le chancelier Kohl appelle, dès son accession au pouvoir, au stationnement dans son pays de fusées américaines à moyenne portée afin de faire échec au déploiement, par le Kremlin, de fusées qui peuvent atteindre le sol allemand. Son prédécesseur, Helmut Schmidt, l'avait appelé de ses vœux dès 1977, causant sa propre perte fa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Guérillas et dictatures militaires »  : […] La guerre froide vint renforcer ces données traditionnelles, fournissant une justification géopolitique à une relation de domination jusqu'alors fondée avant tout sur un intérêt national bien compris. Le facteur politico-stratégique va désormais primer sur le facteur économique. Elle rendit aussi les phénomènes politiques beaucoup plus complexes, particulièrement en Amérique centrale et dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 septembre 2021 O.N.U. Assemblée générale.

Il justifie le retrait américain d’Afghanistan et dément vouloir s’engager dans une « nouvelle guerre froide ». Il rassure ses alliés en exprimant sa volonté de renouer avec l’OTAN et l’Union européenne, mais ne fait aucune allusion à la conclusion de l’alliance stratégique AUKUS (entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni), le 16, et à la brouille avec la France qui s’est ensuivi. […] Lire la suite

8 juillet 2021 Belgique – Chine. Adoption d'une résolution dénonçant le risque de génocide visant les Ouïgours.

Seuls les élus du Parti du travail de Belgique (gauche radicale) s’abstiennent, refusant d’entrer dans une « logique de guerre froide ». Cette condamnation s’ajoute à celle des parlements néerlandais, canadien, lituanien, tchèque et britannique, ainsi qu’à celle de l’administration américaine. […] Lire la suite

16 mars 2021 Royaume-Uni. Présentation d'un document sur la place du pays dans le monde.

Pour le Premier ministre, c’est le « plus important exercice de géopolitique depuis la guerre froide ». Le document prévoit l’augmentation, de cent quatre-vingts à deux cent soixante, du nombre des ogives nucléaires à la disposition des forces britanniques. Il réaffirme l’engagement du pays dans l’OTAN, tout en constatant le « basculement vers la zone indo-pacifique » du « centre géopolitique du monde ». […] Lire la suite

2-19 août 2019 États-Unis. Test d'un missile de portée intermédiaire.

Le 19, le Pentagone annonce le succès du test de missile à portée intermédiaire effectué la veille par les États-Unis ; c’est le premier tir de ce type depuis la fin de la guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant fin à l’exploitation des SS 20 russes et des Pershing américains à l’origine de la crise des euromissiles des années 1980. […] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 OTAN. Vastes manœuvres militaires en Europe.

Du 25 au 7 novembre, l’OTAN organise en Norvège les plus importantes manœuvres militaires depuis la fin de la guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/