GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dégel

La mort de Staline et l'armistice de Corée

Le dictateur soviétique succombe, le 5 mars 1953, à une congestion cérébrale. Une « troïka » de trois membres – Malenkov, dauphin désigné, Molotov, chef de la diplomatie, et Beria, chef de la police – s'installe au pouvoir. Son premier souci est de détendre la situation, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'où les décisions prises en faveur de l'armistice, de la baisse des prix, de la reprise des relations avec la Yougoslavie et des négociations de Corée. L'armistice est enfin conclu le 27 juillet après une guerre qui avait fait des centaines de milliers de victimes.

Ce « dégel » va-t-il permettre d'en finir avec la guerre froide ? Churchill, redevenu Premier ministre l'année précédente, Eisenhower qui vient de succéder à Truman multiplient les déclarations favorables à la négociation avec l'Est, deux problèmes devant être réglés en priorité, ceux de l'Allemagne et de l'Indochine.

Des incidents entre ouvriers et policiers est-allemands survenus à Berlin en juin 1953 soulignent la gravité du premier de ces problèmes. Ils coûtent sa place – et la vie – à Beria, accusé non seulement d'avoir été responsable en tant que chef de la police stalinienne d'innombrables violations de la légalité, mais d'avoir voulu abandonner le socialisme en Allemagne. Ce dernier grief sera repris beaucoup plus tard par Nikita Khrouchtchev contre Malenkov. Lui-même sera renversé quelques jours après avoir annoncé son intention de se rendre à Bonn.

Khrouchtchev aux Nations unies

Photographie : Khrouchtchev aux Nations unies

Le 29 septembre 1960, lors de la quinzième session de l'Assemblée générale des Nations unies, Nikita Khrouchtchev (1894-1971) sort de ses gonds lors d'un discours du Premier ministre britannique Harold MacMillan (1894-1986). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En tout cas, les dirigeants du Kremlin n'entendent pas payer une éventuelle neutralisation de l'ancien Reich de l'abandon du système communiste en Allemagne de l'Est. La conférence des ministres des Affaires étrangères qui se déroule à Berlin en janvier-février 1954 ne peut pour cette raison parvenir à aucun résultat. À défaut d'accord sur l'Allemagne, les Quatre s'entendent pour convoquer à Genève, en mai de la même année, une conférence destinée à régler les problèmes coréen et indochinois.

Conférence de Berlin, 1954

Photographie : Conférence de Berlin, 1954

Le ministre des Affaires étrangères Molotov (avec la moustache) et son vice-ministre Andreï Gromyko, lors de la conférence de Berlin, le 13 février 1954. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les accords de Genève et la fin de l'armée européenne

Sur le problème coréen, les débats de cette rencontre tournent court rapidement. Il n'en va pas de même de la négociation sur l'Indochine, qui s'ouvre en mai à Genève dans un climat dramatique ; le camp retranché de Diên Biên Phu est tombé la veille après un terrible siège. Quelques jours plus tôt, les États-Unis ont rejeté une requête de Paris tendant à faire exécuter par leur aviation un raid contre les assaillants ; ils ne peuvent s'opposer à l'armistice conclu le 20 juillet par Pierre Mendès France, devenu le mois précédent président du Conseil. Le Vietnam est provisoirement partagé entre le Viêt-minh au Nord et, au Sud, le gouvernement pro-américain de Ngô Dinh Diem, qui refuse d'approuver les accords. La déclaration finale, non signée, de la conférence prévoit que des élections auront lieu dans un délai de deux ans pour réunifier le pays. Le Cambodge et le Laos se voient en fait neutralisés. En 1956, le refus de Saigon de procéder aux élections entraînera rapidement une reprise des hostilités, dans lesquelles les États-Unis vont se trouver impliqués, au point d'y envoyer, en 1968, jusqu'à 520 000 hommes et d'écraser le Vietnam du Nord sous les bombes.

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Vidéo : Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Le 7 mai 1954, après cinquante-sept jours de résistance, les troupes françaises, retranchées dans le camp de Diên Biên Phu, succombent face aux communistes vietnamiens, menés par le général Giap. La bataille, qui restera dans la mémoire française comme une défaite militaire cinglante,... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Délégués viêtminh

Photographie : Délégués viêtminh

La délégation du Viêtminh lors de l'ouverture des négociations de cessez-le-feu, pendant la guerre d'Indochine, en 1954. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ngô Dinh Diem

Photographie : Ngô Dinh Diem

Ngô Dinh Diem (1901-1963), président de la République du Vietnam, passe les troupes en revue à Saigon lors d'une cérénomie célébrant l'indépendance, en 1962. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Proclamation de la république du Vietnam

Photographie : Proclamation de la république du Vietnam

En octobre 1955, à Saigon, la foule attend le résultat du référendum sur la proclamation de la République du Vietnam (Sud). Ngô Dinh Diem (1901-1963) devient président de la République. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Dans la foulée du succès que lui vaut l'armistice, Mendès France s'attaque au dossier de l'armée européenne. Il élabore un compromis destiné à mettre d'accord partisans et adversaires du projet, mais ne réussit pas à y rallier les autres gouvernements signataires. Après l'échec d'une conférence tenue à Bruxelles, l'Assemblée nationale rejette le traité, le 30 août 1954. Il s'ensuit une phase de vive tension entre la France et ses alliés, à laquelle met fin, le 23 octobre, la conclusion des accords de Paris. Ceux-ci autorisent l'adhésion de l'Allemagne au pacte atlantique et son réarmement dans le cadre d'une Union de l'Europe occidentale (U.E.O.) associant les Six et la Grande-Bretagne et instituant un contrôle des niveaux d'effectifs et des armements des pays membres. L'Allemagne renonce à fabriquer sur son sol les armes atomiques, bactériennes et chimiques, entre autres. L'Union soviétique, qui avait peut-être cru que l'Assemblée nationale rejetterait ces accords, comme elle avait rejeté le traité de Paris, déclare qu'ils rendent la réunification de l'Alle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Central Press/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 28 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUERRE FROIDE  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

L’expression « guerre froide » désigne le conflit qui opposa les États-Unis et l’URSS durant la seconde moitié du xxe siècle. Trois traits fondamentaux la caractérisent : d’abord, la nature indirecte de l’affrontement, d’où l’adjectif « froide » qui qualifie cette « guerre » ; ensuite, la dimension de ses enjeux, qui opposent deux superpuissances pour […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre).1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars).1947 Discours de Truman […] Lire la suite

ACHESON DEAN (1893-1971)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Diplomate américain de la vieille école dont l'élégance britannique faisait dire de lui qu'il était plus anglais que l'ambassadeur de Sa Majesté. Né dans le Connecticut, Dean Acheson était d'origine modeste : un père clergyman né en Angleterre et une mère canadienne. C'est à l'université Yale qu'il devient avocat. En 1933, il entre dans le gouvernement fédéral comme sous-secrétaire au Trésor ; dés […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanitaire dans la guerre froide »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, deux événements de nature très différente ouvrent une nouvelle phase dans l'histoire du mouvement humanitaire. Le premier est l'adoption, le 10 décembre 1948, par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'acte de 1948, s'il s'inspire des précédents des révolutions française et américaine, représente dans la vie internation […] Lire la suite

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La guerre froide et ses conséquences »  : […] En France, en Italie, la naissance de la guerre froide a entraîné le départ des communistes du gouvernement et la scission politique à l'intérieur du pays. En Allemagne, elle a accéléré la division géographique du pays, à la fois cause et conséquence de la division du monde. Elle a également entraîné le cheminement progressif des deux parties de l'Allemagne – de toute façon de plus en plus distin […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La multiplication des engagements à l'Est et à l'Ouest »  : […] En matière de politique étrangère, dans le contexte de la guerre froide, le chancelier Kohl appelle, dès son accession au pouvoir, au stationnement dans son pays de fusées américaines à moyenne portée afin de faire échec au déploiement, par le Kremlin, de fusées qui peuvent atteindre le sol allemand. Son prédécesseur, Helmut Schmidt, l'avait appelé de ses vœux dès 1977, causant sa propre perte fa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Guérillas et dictatures militaires »  : […] La guerre froide vint renforcer ces données traditionnelles, fournissant une justification géopolitique à une relation de domination jusqu'alors fondée avant tout sur un intérêt national bien compris. Le facteur politico-stratégique va désormais primer sur le facteur économique. Elle rendit aussi les phénomènes politiques beaucoup plus complexes, particulièrement en Amérique centrale et dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 8, à Kiev, où il rencontre le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Emmanuel Macron se défend de prôner une « finlandisation » de l’Ukraine, en référence à la neutralité imposée par l’URSS à la Finlande, pendant la guerre froide, en échange de la préservation de la souveraineté nationale de cette dernière.  Le 10, les armées russe et biélorusse lancent une vaste campagne de manœuvres militaires en Biélorussie. […] Lire la suite

21 septembre 2021 O.N.U. Assemblée générale.

Il justifie le retrait américain d’Afghanistan et dément vouloir s’engager dans une « nouvelle guerre froide ». Il rassure ses alliés en exprimant sa volonté de renouer avec l’OTAN et l’Union européenne, mais ne fait aucune allusion à la conclusion de l’alliance stratégique AUKUS (entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni), le 16, et à la brouille avec la France qui s’est ensuivi. […] Lire la suite

8 juillet 2021 Belgique – Chine. Adoption d'une résolution dénonçant le risque de génocide visant les Ouïgours.

Seuls les élus du Parti du travail de Belgique (gauche radicale) s’abstiennent, refusant d’entrer dans une « logique de guerre froide ». Cette condamnation s’ajoute à celle des parlements néerlandais, canadien, lituanien, tchèque et britannique, ainsi qu’à celle de l’administration américaine. […] Lire la suite

16 mars 2021 Royaume-Uni. Présentation d'un document sur la place du pays dans le monde.

Pour le Premier ministre, c’est le « plus important exercice de géopolitique depuis la guerre froide ». Le document prévoit l’augmentation, de cent quatre-vingts à deux cent soixante, du nombre des ogives nucléaires à la disposition des forces britanniques. Il réaffirme l’engagement du pays dans l’OTAN, tout en constatant le « basculement vers la zone indo-pacifique » du « centre géopolitique du monde ». […] Lire la suite

2-19 août 2019 États-Unis. Test d'un missile de portée intermédiaire.

Le 19, le Pentagone annonce le succès du test de missile à portée intermédiaire effectué la veille par les États-Unis ; c’est le premier tir de ce type depuis la fin de la guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant fin à l’exploitation des SS 20 russes et des Pershing américains à l’origine de la crise des euromissiles des années 1980. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/