GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réunification

L'invasion, en décembre 1979, de l'Afghanistan – révolté contre ses maîtres communistes –, par les troupes soviétiques, intervenant ainsi pour la première fois depuis 1945 hors de la zone d'influence tacitement reconnue à Moscou, devait porter l'inquiétude du monde occidental à son comble. Cette inquiétude, jointe au sentiment d'humiliation ressenti, après tant d'échecs, par le peuple américain, a largement contribué à l'élection, à la tête des États-Unis, en la personne de Ronald Reagan, d'un homme déterminé à rétablir leur image dans le monde et à s'opposer aux empiétements de l'adversaire.

Sa première décision a été de renforcer considérablement le budget militaire de son pays, espérant que les grandes difficultés économiques que connaissait l'U.R.S.S. l'obligeraient à jeter du lest. Une dure bataille diplomatique s'est vite engagée dont l'enjeu, une fois de plus, était l'Allemagne et l'objet l'installation, sur son sol et sur celui d'autres pays du continent, de plusieurs centaines de fusées américaines à moyenne portée destinées à équilibrer la menace découlant du déploiement de quelque deux cent cinquante SS-20 soviétiques pointés sur l'Europe occidentale. L'U.R.S.S. et les mouvements pacifistes et neutralistes s'y opposent avec vigueur.

Outre le fait qu'elle constitue un enjeu, l'Allemagne se trouve également en position d'arbitre en attendant sans s'en douter de devenir le vrai vainqueur de cette partie de bras de fer. Le 22 novembre 1983, le Bundestag, qui a été fortement encouragé dans ce sens par François Mitterrand, donne son aval à la mise en place des Pershing II. Le Kremlin, qui ne s'attendait pas à ce résultat, multiplie les menaces. On croit revenus les pires moments de la guerre froide. On en vit, en réalité, les derniers soubresauts.

En mars 1985, la gérontocratie soviétique, durement frappée par la mort, à peu de distance, de Brejnev et de ses successeurs Andropov et Chernenko, se décide à donner le pouvoir à Mikhaïl Gorbatchev qui, à cinquante-quatre ans, fait figure de jeune homme. Très vite, il se montre déterminé à tirer les leçons du marasme où la course aux armements et à l'espace, l'engagement outre-mer et l'inertie propre à la bureaucratie ont plongé le pays. À l'intérieur, ce sera la perestroïka (reconstruction) et la glasnost (transparence) ; à l'extérieur, une nouvelle détente, d'autant plus nécessaire que Reagan, inspiré par ses souvenirs de Hollywood, s'est maintenant mis en tête de se préparer à une apocalyptique « guerre des étoiles » à laquelle Moscou est hors d'état de faire face.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le 25 avril 1986, accélère le mouvement, dans la mesure où elle met brutalement en évidence l'impéritie générale et la nécessité de faire appel, pour limiter les dégâts, à l'aide étrangère. Dès le 8 décembre 1987, Mikhaïl Gorbatchev signe avec Reagan, à Washington, un traité éliminant tous les « euromissiles » de l'Est comme de l'Ouest : c'est « l'option zéro » que Moscou n'avait cessé de rejeter avec hauteur. Bientôt, les deux Supergrands s'entendront pour détruire, sous contrôle, une partie de leurs armements stratégiques. Et le numéro un soviétique déclarera, à l'automne de 1988, devant l'Assemblée générale des Nations unies, que « l'idéologie doit être exclue des relations entre États », celles-ci devant être désormais « guidées par la primauté des valeurs universelles ». Il est difficile de renvoyer plus nettement au musée de l'histoire le célèbre mot d'ordre de Lénine qui avait été pendant trois quarts de siècle celui du mouvement communiste universel : « ce sera eux, ou nous ».

Bientôt, les Soviétiques évacuent l'Afghanistan et les Vietnamiens le Cambodge. Un cessez-le-feu est conclu au Nicaragua entre les sandinistes, soutenus par La Havane et par Moscou, et la Contra armée par Washington. Un accord intervient entre l'Afrique du Sud, l'Angola et Cuba sur l'indépendance de la Namibie. Dans tous les pays du pacte de Varsovie, y compris l'U.R.S.S., la réhabilitation des victimes de Staline va bon train et l'intelligentsia retrouve une liberté d'expression perdue depuis la révolution d'Octobre. La Hongrie s'éloigne de plus en plus du communisme. Sept ans après avoir dissous Solidarność et envoyé ses chefs en prison, Jaruzelski consacre Wałȩsa dans la position d'interlocuteur privilégié du pouvoir.

Retrait soviétique d'Afghanistan

Photographie : Retrait soviétique d'Afghanistan

Les forces soviétiques sur la route du col de Salang lors de leur retrait d'Afghanistan, en 1989. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Deux ans plus tard, il aura passé la main, sans qu'un seul communiste demeure dans le gouvernement. Même situation en Tchécoslovaquie où Václav Havel, condamné à neuf mois de prison ferme, le 21 février 1989, pour participation à un rassemblement illégal, est élu à l'unanimité, le 29 décembre, président de la République par un parlement dont pas un membre ne lui aurait donné sa voix six mois plus tôt.

Il faut dire qu'entre-temps l'incroyable s'est produit en Allemagne de l'Est où la population, à force de regarder chaque jour les émissions de la télévision de l'Ouest, prenait de plus en plus mal son parti de la grisaille et de la pauvreté spartiates maintenues par un régime tout à fait imperméable au vent de la perestroïka. Grâce au démantèlement du rideau de fer entre la Hongrie et l'Autriche, un sas s'est soudain ouvert qui permet de fuir la R.D.A. sans risquer sa vie : des dizaines de milliers de jeunes et de moins jeunes s'y engouffrent, tandis que d'immenses cortèges défilent dans les rues de Leipzig, de Dresde ou de Berlin-Est pour réclamer la destruction du Mur. Venu pour les fêtes du quarantième anniversaire de la R.D.A., en octobre 1989, Gorbatchev fait savoir qu'en aucun cas, et à la différence de ce qui s'est passé auparavant ou ailleurs (Pologne de 1980 et 1981 exceptée), l'Armée rouge ne participera à une éventuelle répression. Une attitude opposée n'aurait abouti qu'à lui faire perdre en un instant tous les bénéfices de son rapprochement avec l'Occident et à consolider un régime qui ne se cachait guère de souhaiter sa perte. Le chef de l'État soviétique se doute-t-il pour autant qu'il vient sans doute de prendre la décision la plus importante de sa carrière ? Un processus est en route, qui va rapidement conduire à la réunification de Berlin et de l'Allemagne, et à la réconciliation des deux Europe.

L'ouverture du Mur, le 9 novembre 1989, bien loin, comme certains l'avaient espéré, de tarir l'exode des Allemands de l'Est ne fait que l'amplifier, et la R.D.A., de plus en plus vidée de sa substance, n'a plus qu'à aller se jeter dans les bras de la République fédérale qui, le 3 octobre 1990, l'accueille solennellement en son sein. Gorbatchev, qui avait imprudemment déclaré, quelques mois plus tôt : « la réunification ? o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Central Press/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton Getty

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 29 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUERRE FROIDE  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

L’expression « guerre froide » désigne le conflit qui opposa les États-Unis et l’URSS durant la seconde moitié du xxe siècle. Trois traits fondamentaux la caractérisent : d’abord, la nature indirecte de l’affrontement, d’où l’adjectif « froide » qui qualifie cette « guerre » ; ensuite, la dimension de ses enjeux, qui opposent deux superpuissances pour […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre).1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars).1947 Discours de Truman […] Lire la suite

ACHESON DEAN (1893-1971)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Diplomate américain de la vieille école dont l'élégance britannique faisait dire de lui qu'il était plus anglais que l'ambassadeur de Sa Majesté. Né dans le Connecticut, Dean Acheson était d'origine modeste : un père clergyman né en Angleterre et une mère canadienne. C'est à l'université Yale qu'il devient avocat. En 1933, il entre dans le gouvernement fédéral comme sous-secrétaire au Trésor ; dés […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanitaire dans la guerre froide »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, deux événements de nature très différente ouvrent une nouvelle phase dans l'histoire du mouvement humanitaire. Le premier est l'adoption, le 10 décembre 1948, par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'acte de 1948, s'il s'inspire des précédents des révolutions française et américaine, représente dans la vie internation […] Lire la suite

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 281 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La guerre froide et ses conséquences »  : […] En France, en Italie, la naissance de la guerre froide a entraîné le départ des communistes du gouvernement et la scission politique à l'intérieur du pays. En Allemagne, elle a accéléré la division géographique du pays, à la fois cause et conséquence de la division du monde. Elle a également entraîné le cheminement progressif des deux parties de l'Allemagne – de toute façon de plus en plus distin […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La multiplication des engagements à l'Est et à l'Ouest »  : […] En matière de politique étrangère, dans le contexte de la guerre froide, le chancelier Kohl appelle, dès son accession au pouvoir, au stationnement dans son pays de fusées américaines à moyenne portée afin de faire échec au déploiement, par le Kremlin, de fusées qui peuvent atteindre le sol allemand. Son prédécesseur, Helmut Schmidt, l'avait appelé de ses vœux dès 1977, causant sa propre perte fa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

Dans le chapitre « Guérillas et dictatures militaires »  : […] La guerre froide vint renforcer ces données traditionnelles, fournissant une justification géopolitique à une relation de domination jusqu'alors fondée avant tout sur un intérêt national bien compris. Le facteur politico-stratégique va désormais primer sur le facteur économique. Elle rendit aussi les phénomènes politiques beaucoup plus complexes, particulièrement en Amérique centrale et dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 juillet 2021 Belgique – Chine. Adoption d'une résolution dénonçant le risque de génocide visant les Ouïgours.

guerre froide ». Cette condamnation s’ajoute à celle des parlements néerlandais, canadien, lituanien, tchèque et britannique, ainsi qu’à celle de l’administration américaine. […] Lire la suite

16 mars 2021 Royaume-Uni. Présentation d'un document sur la place du pays dans le monde.

guerre froide ». Le document prévoit l’augmentation, de cent quatre-vingts à deux cent soixante, du nombre des ogives nucléaires à la disposition des forces britanniques. Il réaffirme l’engagement du pays dans l’OTAN, tout en constatant le « basculement vers la zone indo-pacifique » du « centre géopolitique du monde ». Il indique la volonté de Londres […] Lire la suite

2-19 août 2019 États-Unis. Test d'un missile de portée intermédiaire.

guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant fin à l’exploitation des SS 20 russes et des Pershing américains à l’origine de la crise des euromissiles […] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 OTAN. Vastes manœuvres militaires en Europe.

guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé. […] Lire la suite

8-9 juillet 2016 O.T.A.N. Réunion du sommet de Varsovie.

guerre froide », selon les termes du président américain Barack Obama, en réaction aux initiatives diplomatiques et militaires de la Russie. Ils conviennent notamment du déploiement, par rotation, de quatre bataillons multinationaux de mille hommes chacun en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne ; ils valident le triplement des effectifs  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/