KOMINFORM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre le 22 et le 27 septembre 1947 se tient en Pologne la réunion constitutive du Kominform (Bureau d'information des partis communistes). Ni par les tâches qu'il s'est fixées ni par les structures qu'il s'est données, ce nouvel organisme, qui se définit comme une instance de coordination et d'échange d'expériences, ne peut être considéré comme une nouvelle Internationale. Organisme restreint, constitué au départ de neuf partis membres (soviétique, yougoslave, bulgare, roumain, hongrois, polonais, tchécoslovaque, français et italien), puis de huit à la suite de l'éviction du Parti communiste yougoslave, le Kominform n'a jamais reçu au cours de son existence de nouvelles adhésions. Européocentriste, cet organisme devait rester petit pour conserver plus de maniabilité et pour une centralisation plus efficace. Ses membres devaient être des partis communistes dont on était assuré qu'ils sauvegarderaient le monolithisme du mouvement communiste : les partis communistes d'Europe de l'Est entrés dans la zone d'influence soviétique et les plus forts des partis d'Europe de l'Ouest.

Consacrant le partage du monde en deux camps, le Bureau d'information va se faire le porte-parole du camp socialiste. Aux exigences du Komintern, qui donnait priorité — dans le cadre du mouvement communiste — au seul pays qui construisait le socialisme, se sont substituées celles du Kominform, qui réclame le dévouement inconditionnel à l'U.R.S.S., seul pays capable de diriger « le camp anti-impérialiste et démocratique », face au « camp impérialiste et antidémocratique ».

Dès sa première réunion, le Kominform se dote d'un document politique qui va tracer la nouvelle tactique révolutionnaire du mouvement communiste (le rapport Jdanov), d'un siège (Belgrade d'abord, puis Bucarest) et d'un organe de presse bimensuel, puis hebdomadaire, qui doit paraître en plusieurs langues, notamment en russe et en français, et dont le titre a été choisi par Staline lui-même : Pour une paix durable, p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  KOMINFORM  » est également traité dans :

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un camp socialiste multiétatique »  : […] La victoire de l'Armée rouge se traduit en effet par une augmentation fantastique du prestige dont bénéficie le communisme soviétique. Dans son sillage, les communismes autochtones se trouvent eux aussi portés à un degré inédit de puissance. Mais la guerre pour la libération des pays et des peuples soumis à l'occupation hitlérienne a nourri une vision nationaliste. Tous les partis communistes, y c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_13940

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La transformation des démocraties populaires (1948-1953) »  : […] La création d'un Bureau d'information des partis communistes et ouvriers (Kominform), en septembre 1947, et la condamnation par l'Union soviétique, en janvier 1948, du projet de fédération balkanique marquent un tournant dans la politique soviétique à l'égard de l'Europe orientale. En juin 1948, le Parti communiste yougoslave est exclu du Kominform. Les accusations qui sont portées contre lui so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_13940

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le plan Marshall »  : […] De plus en plus persuadé que le gouvernement soviétique « était froidement résolu à exploiter l'état où se trouvait une Europe sans défense pour propager le communisme », le nouveau secrétaire d'État américain, George Marshall, annonça le 5 juin 1947 l'intention de son gouvernement de fournir une aide économique importante aux pays européens, à charge pour ceux-ci de s'entendre au préalable sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_13940

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide-notions-de-base/#i_13940

INTERNATIONALES SOCIALISTES ET SYNDICALES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 840 mots

28 septembre 1864 Naissance à Londres de l'Association internationale des travailleurs, qui sera dissoute douze ans plus tard, le 15 juillet 1876. 2-7 septembre 1872 Le congrès de La Haye exclut les anarchistes de Michel Bakounine et décide le transfert de l'Internationale à New York. 14-21 juillet 1889 Naissance d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/internationales-socialistes-et-syndicales-reperes-chronologiques/#i_13940

JDANOV ANDREÏ ALEXANDROVITCH (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 412 mots
  •  • 1 média

Responsable de l'idéologie du Parti communiste d'Union soviétique à la veille et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Andreï Jdanov est le promoteur d'une ligne dure désignée sous le terme de jdanovisme. Fils d'un inspecteur d'école, Jdanov adhère au bolchevisme en 1915. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, président du soviet de soldats de son régiment après la révolution de févr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-alexandrovitch-jdanov/#i_13940

LONGO LUIGI (1900-1980)

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES
  •  • 1 058 mots

Un des fondateurs du Parti communiste italien. Luigi Longo, fils de paysans pauvres du Piémont (il est né à Fubine Monferrato le 15 mars 1900), appartient à l'aile scissionniste du Parti socialiste qui, en 1921, créa le Parti communiste d'Italie. Il est le premier secrétaire de la Fédération des jeunes et sa vie se confond avec celle du parti dont il représenta longtemps la tendance la plus dure e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-longo/#i_13940

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre). 1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars). 1947 Discours de Truman définissant sa « doctrine » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-en-place-d-un-monde-bipolaire-reperes-chronologiques/#i_13940

P.C.F. (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 066 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] Durant les années 1920 et au début des années 1930, tout se passe comme si la formation d'un parti de type nouveau occupait l'essentiel des énergies militantes et n'avait pu s'opérer que dans une relative indifférence aux enjeux électoraux et à ceux du champ politique lui-même. À partir de 1933-1934, après l'échec historique du Parti communiste allemand (K.P.D.), l'arrivée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-francais/#i_13940

PROCÈS POLITIQUES DANS LES DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 990 mots

Les procès politiques qui se sont déroulés dans les démocraties populaires de l'Europe de l'Est prennent leur origine dans le tournant de la guerre froide qui poussa Staline à intégrer celles-ci plus complètement à l'Union soviétique. On y passe de l'expérience nationaliste et gradualiste à la « dictature du prolétariat » en adoptant la thèse stalinienne de l'exacerbation de la lutte de classes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-politiques-dans-les-democraties-populaires/#i_13940

TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

  • Écrit par 
  • Marie-Paule CANAPA
  •  • 2 926 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chef des Partisans et le chef de l'État yougoslave »  : […] Le 6 avril 1941, quand l'Allemagne attaque la Yougoslavie, Tito se trouve à Zagreb. Sous sa direction, le P.C.Y. envisage un soulèvement, mais ne le déclenche qu'après l'invasion de l'U.R.S.S. par l'Allemagne en juin 1941. Tito devient le chef de l'état-major des unités de Partisans (juill. 1941) et va créer une véritable armée de libération (1942) ; il sera maréchal en 1943. Passé à Belgrade en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/#i_13940

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS dans les relations internationales de l'après-guerre »  : […] La situation internationale de l'URSS à l'issue d'une guerre dont elle sort meurtrie et victorieuse est paradoxale. D'un côté, elle s'est affirmée comme une grande puissance, dont l'armée, numériquement la plus forte du monde, occupe une moitié de l'Europe ; d'un autre côté, elle est largement surclassée dans la technologie militaire par les États-Unis, qui viennent d'expérimenter l'arme atomique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_13940

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La rupture Tito-Staline »  : […] La rupture entre Tito et Staline reflète une situation extrêmement complexe et ambiguë. Belgrade, d'une part, opposait une résistance à l'hégémonie soviétique et, d'autre part, adoptait des mesures draconiennes traduisant le durcissement du monopole politique du Parti communiste et l'absence de changement fondamental de son cadre idéologique. Il semble que la rupture de 1948 ne soit pas le fruit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_13940

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « KOMINFORM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kominform/