GRÉGOIRE Ier LE GRAND saint (540 env.-604)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans une Église d'Occident désormais « passée aux barbares », alors que l'Italie est ravagée par toutes sortes de calamités, Grégoire Ier apparaît à la fois comme le pape qui eut à défendre et à reconstituer les structures ecclésiastiques et comme l'auteur avec lequel est né le Moyen Âge. Quoique venant à la fin de la grande période patristique, il sera l'écrivain le plus souvent cité par les théologiens et spirituels médiévaux. Selon une liste qui remonte au viiie siècle, il est considéré, avec Ambroise, Jérôme et Augustin, comme un des quatre « docteurs » de l'Église latine. Et il est, avec saint Léon, le seul pape auquel la postérité ait donné le surnom de « grand », sans doute à cause de l'autorité de son pontificat dans le domaine des rapports entre l'Église et la cité temporelle. Mais c'est surtout comme pasteur et maître de vie spirituelle que ce contemplatif, devenu pape, a marqué le Moyen Âge latin et tout le christianisme occidental.

Grégoire Ier

Grégoire Ier

photographie

Carlo Saraceni (1585 env.-1620), Grégoire Ier le grand, vers 1610. Huile sur toile, 102 cm x 73 cm. Palazzo Barberini, Rome. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Haut fonctionnaire, moine et pontife

Grégoire naît à Rome d'une vieille famille patricienne, apparentée à la gens Anicia et dès longtemps chrétienne : le pape Félix II (mort en 492) était son trisaïeul ; sa mère Sylvia est honorée comme sainte, ainsi que deux sœurs de son père, Tharsilla et Aemiliana. Il reçoit une formation intellectuelle qui peut lui valoir la réputation d'homo litteratus, mais il n'est que de comparer son latin, d'ailleurs correct et limpide, avec celui de Léon le Grand (mort en 461) pour constater le déclin de la culture classique en ce temps. Au reste, son refus d'« assujettir les paroles de l'oracle céleste aux règles de Donat » (dédicace des Moralia) n'est qu'un lieu commun familier aux écrivains chrétiens. Grégoire, entré dans la carrière administrative, parvient, dès avant 573, à la très haute charge de praefectus Urbis ; il acquiert dans cette fonction l'expérience des affaires, le sens de l'ordre, de l'autorité, du service d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE I er LE GRAND saint (540 env.-604)  » est également traité dans :

ANTÉCHRIST

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 187 mots
  •  • 1 média

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin ier/déb. iie s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos, dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antechrist/#i_4017

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Extension de la forme humaine à des domaines non humains »  : […] Mais il n'en fut pas toujours ainsi. Saint Grégoire écrit : « L'homme possède en lui quelque élément de toute créature. En effet, être lui est commun avec les pierres, vivre lui est commun avec les arbres, sentir lui est commun avec les animaux, comprendre lui est commun avec les anges. Si l'homme a quelque chose de commun avec toute créature, sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropomorphisme/#i_4017

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] à l'art qu'une histoire, une iconographie ou une pédagogie. Telle est la position héritée d'une fameuse lettre écrite par Grégoire le Grand en l'an 600, où la peinture, vouée à l'historia, est dite raconter aux « idiots » et aux « ignorants » (idiotis... ignorantes) tout ce qu'ils sont incapables de lire dans l'Écriture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_4017

AUGUSTIN DE CANTERBURY saint (mort en 604)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots

Augustin est prieur du monastère bénédictin de Saint-André à Rome lorsque le pape Grégoire Ier le Grand (590-604) le choisit pour diriger une mission de près de 40 moines pour évangéliser l'Angleterre, alors majoritairement païenne. Augustin et ses compagnons quittent Rome au mois de juin de l'an 596. Arrivés en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-de-canterbury/#i_4017

BÉNÉDICTINS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 5 517 mots

Dans le chapitre «  Saint Benoît et la diffusion de sa règle »  : […] La vie de Benoît n'est connue que par le récit qu'en a donné Grégoire le Grand (590-604) au IIe livre de ses Dialogues. Son but étant de montrer qu'il y avait encore des saints qui accomplissaient des miracles, ce pape ne rapporte de saint Benoît que des « merveilles » ; on peut cependant par son récit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedictins/#i_4017

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 041 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une sensibilité nouvelle : le culte des reliques »  : […] comme relevant de l'idolâtrie envers les saints, et non comme adoration de Dieu. La montée sur le trône pontifical, en 590, de Grégoire Ier, dit le Grand, docteur de l'Église, allait changer fondamentalement les rapports entre l'institution et les fidèles. Il devait canaliser le sentiment en le structurant par la parole, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/#i_4017

EXEMPLUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 818 mots

Outre le sens habituel d'« exemple », le mot latin exemplum désigne une ressource de la rhétorique utile à qui veut susciter la persuasion. Aristote rapproche l'exemple, qui repose sur une inférence implicite, (raisonnement inductif) du syllogisme incomplet (déductif) ; après lui, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exemplum/#i_4017

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « La mutation chrétienne de l'idée de justice »  : […] et préciser que ceux qui sont investis d'une autorité doivent mériter leur situation par leurs vertus. Ainsi Grégoire le Grand fera dériver l'inégalité entre les hommes de l'inégale distribution du mérite parmi eux et de la mystérieuse intervention de la divine providence. Mais il fera d'abord de l'égalité une exigence morale. Surtout, l'Église […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_4017

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Histoire ecclésiastique des Francs où s'affirmait une nouvelle vision de l'histoire, hagiographique et ouverte au miracle. Le pape saint Grégoire le Grand (540-604) oriente vers la conversion des Barbares l'universalisme romain. Ses admirables Moralia in Job allaient jouer un rôle décisif dans l'élaboration de la pensée religieuse au Moyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_4017

SCHOLA CANTORUM, Rome

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 356 mots
  •  • 1 média

Écoles de chantres, fondée à Rome, selon la tradition, par le pape Sylvestre Ier, au début du ive siècle. Elle préfigure l'œuvre effectuée par saint Grégoire Ier (540-604 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schola-cantorum-rome/#i_4017

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « GRÉGOIRE Ier LE GRAND saint (540 env.-604) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-ier-le-grand/