ANTÉCHRIST

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est dans un texte du Nouveau Testament — la première Épître de Jean (fin ier/déb. iie s.) — qu'apparaît pour la première fois le mot grec antichristos, dont le français « antéchrist » est le calque imparfait. Cependant, on voit se former l'idée d'un antimessie — c'est ce que signifie proprement antichristos — bien avant l'apparition du christianisme. En effet, les espérances eschatologiques qui grandissent dans le judaïsme après le retour d'exil s'accompagnent fréquemment de l'attente d'un affrontement suprême entre Dieu et les forces du mal. Or ces dernières semblèrent à plusieurs reprises s'incarner dans un personnage historique, notamment lorsque Antiochus IV Épiphane affecta le Temple de Jérusalem au culte des idoles et défendit aux Juifs l'observation de la Loi. Un personnage bien différent de cet étranger et de ce païen paraît avoir fourni d'autres traits à l'image de l'antimessie : c'est l'« homme de mensonge », la « créature de Bélial » des écrits de Qumrān, le persécuteur cruel et perfide du « maître de justice » et de ses fidèles. Cette figure maléfique dissimule un des représentants de la dynastie — juive et sacerdotale — des Hasmonéens. De fait, l'imposture du mauvais prêtre côtoiera la fureur du tyran dans le portrait classique de l'Antéchrist.

Ces données, empruntées à l'actualité, mais projetées sur l'horizon eschatologique, se mêlent parfois à des mythes issus d'un lointain passé. Dans les récits de visions du livre de Daniel, composés juste avant la révolte des Maccabées, les quatre empires qui ont dominé successivement l'Orient sont représentés par quatre bêtes monstrueuses. La quatrième symbolise la monarchie séleucide. Cette bête porte plusieurs cornes dont la dernière figure le plus impie des souverains, Antiochus Épiphane (Dan., vii, 23-25). Cette imagerie est reprise dans le chapitre xiii de l'Apocalypse. Les puissances mauvaises y forment une sorte de trinité démoniaque qui sévira à la fin des temps. Le grand dragon, c'est-à-dire Satan, transmettra alors son trône et son empire à une bête sortie de la mer. Cette bête monstrueuse, portant sept têtes et dix cornes, sera la contrefaçon de l'agneau, qui, dans l'Apocalypse, figure le Christ : elle singera sa mort et sa résurrection, tout en combattant ses fidèles. Une seconde bête, venue cette fois de la terre, organisera le culte de la première en se servant d'artifices magiques qui séduiront les foules. Les hommes qui refuseront d'adorer l'image de la première bête seront mis à mort. Mais ce règne diabolique n'aura qu'un temps, et le Christ viendra dans sa gloire pour y mettre fin. Ici encore, des réalités historiques précises renouvellent l'antique imagerie : les conquérants romains venus de la mer, l'obligation de rendre un culte à Rome et à l'empereur, l'attente d'une réapparition miraculeuse de Néron après son suicide.

Scène de l'Apocalypse

Photographie : Scène de l'Apocalypse

Scène de l'Apocalypse : mise à mort de la Bête à sept têtes. Manuscrit enluminé anglo-normand du XIIIe s. Trinity College, Cambridge, Grande-Bretagne 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Bien que le mot d'Antéchrist ne se rencontre jamais dans l'Apocalypse, il est facile de reconnaître le personnage dans la bête sortie de la mer. On peut, il est vrai, s'interroger sur la véritable signification de cette dernière : représente-t-elle un individu ou un groupe ? Selon une tradition attestée par les évangiles synoptiques (Matt., xxiv, 24 ; Mc., xiii, 22), et par la première Épître de Jean (ii, 18), il y aura beaucoup de pseudochrists ou d'antéchrists, et ils sévissent même déjà dans les communautés chrétiennes : ce sont les premiers hérétiques. Mais la deuxième Épître aux Thessaloniciens — dont on conteste aujourd'hui l'attribution à saint Paul — évoque l'« homme d'iniquité », le « fils de perdition », qui viendra porter l'impiété à son comble avant d'être anéanti par le Christ : les termes employés semblent bien désigner un individu unique.

Telles sont les données qui vont alimenter pendant des siècles les spéculations sur l'Antéchrist. Dès la Didaché (1re moitié iie s.), la venue de cet imposteur, qui égarera le monde par ses miracles, dominera la terre, se fera passer pour le Fils de Dieu et commettra des forfaits inouïs, apparaît comme une donnée bien établie de la catéchèse. L'Antéchrist fait l'objet d'un traité entier d'Hippolyte (vers 200). Irénée (vers 1 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  ANTÉCHRIST  » est également traité dans :

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le personnage historiquement absent »  : […] Il existe des cas où le phénomène messianique repose soit sur une historicisation subséquente, soit sur une sublimation perspective ou rétroactive. Souvent alors, le personnage messianique ne se laisse définir et désigner que par la présence de l'antipersonnage ou Antimessie (Antichrist) ou même par l'imminence et la surabondance des événements qui constituent un antitype du royaume messianique ( […] Lire la suite

MILLÉNARISME

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 426 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Contenu et potentialités »  : […] Des liens étroits unissent millénarisme et messianisme. Le millénarisme, attente d'un Royaume qui serait le Paradis retrouvé, se place souvent sous la direction d'un chef charismatique, un messie ; ainsi, au Moyen Âge, Tanchelm, Fra Dolcino, François d'Assise pour certains franciscains « spirituels ». Mais il peut y avoir des millénarismes sans messie, celui des flagellants aux xiii e et xiv e  s […] Lire la suite

SATAN

  • Écrit par 
  • Hervé ROUSSEAU
  •  • 2 881 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Satan dans l'économie du salut »  : […] Réfléchissant sur ces données scripturaires, les théologiens ont donné des interprétations variées, parmi lesquelles on ne peut retenir ici que la doctrine dite traditionnelle. Il existe, selon celle-ci, des esprits purs, les anges, créatures de Dieu ; les uns sont bons, les autres mauvais. Étant créés par un Dieu qui est essentiellement bon, les anges mauvais ne peuvent être tels par nature : il […] Lire la suite

THESSALONICIENS ÉPÎTRES AUX

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 992 mots

On attribue à saint Paul deux lettres aux Thessaloniciens. La première, à notre connaissance, est aussi la première des Épîtres de l'apôtre. Elle est, par ailleurs, le plus ancien texte du Nouveau Testament. Envoyée au début de 51 par Paul, qui se trouvait à Corinthe, elle fut destinée à l'Église de Thessalonique (Salonique), capitale de la province romaine de Macédoine et cité devenue libre par u […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé SAVON, « ANTÉCHRIST », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antechrist/