JEAN LIVRE SECRET DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance de l'écrit gnostique qu'est l'Apokryphon (ou Livre secret) de Jean se mesure au nombre des versions antiques qu'on en a retrouvées : trois dans la bibliothèque de Nag Hammadi (Codex II, III et IV) et celle du papyrus copte de Berlin no 8502. Ce texte, qui était connu par des citations et des allusions d'Irénée (Adv. haereses, I, xxix et xxx), se présente comme une révélation faite par le Sauveur à Jean, fils de Zébédée, et développe des thèmes judéo-chrétiens, mais repensés par les gnostiques de manière à répondre à la double question qui les préoccupait essentiellement : d'où vient le mal ? et comment échapper à ce monde pour retrouver la demeure céleste primordiale ?

Après avoir déclaré à Jean qu'il est « le Père, la Mère et le fils », le Sauveur lui promet de lui enseigner « ce qui est, ce qui était et ce qui sera ». Suit alors une énumération des qualités (négatives) de la Monade qui, seule, mérite le nom de « Dieu ». Vient ensuite la révélation proprement dite. La première partie de ces récits cosmogoniques contient une généalogie des éons qui constituent le Plérôme (Barbélo, Connaissance, Vérité, Christ [...] et, le dernier : Sagesse). Le mal ? Il vient du fait que l'éon Sophia (Sagesse) veut produire un être, sans le consentement de l'esprit, et sans son parèdre. Ce sera Ialdabaoth, le dieu créateur des anges et de l'homme. C'est dans cette seconde partie, qui est un commentaire du chapitre i de la Genèse, qu'intervient le plus l'optique gnostique, notamment à propos de la chute d'Adam et d'Ève qui mangent de l'arbre (c'est-à-dire « la gnose »). L'ouvrage se termine par la déclaration du Christ, envoyé pour sauver l'humanité, ce dont il s'acquitte en rappelant à celle-ci son origine lumineuse et céleste où elle doit revenir.

—  Michel PEZIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  JEAN LIVRE SECRET DE  » est également traité dans :

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « L'égyptophilie »  : […] Des Égyptiens traduisirent, copièrent et recopièrent ce que leurs compatriotes hellénisés des villes avaient écrit. Si ces textes sont nés précisément là, si leur va-et-vient d'un bout à l'autre de la vallée du Nil fut constant, même aux plus beaux jours de la christianisation, c'est qu'un lien étroit unit ces textes à l'Égypte. Un sursaut de nationalisme face à l'omniprésence civile et religieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_80254

Pour citer l’article

Michel PEZIN, « JEAN LIVRE SECRET DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-secret-de-jean/