CANTERBURY ou CANTORBÉRY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le baptême d'Ethelbert

Le baptême d'Ethelbert
Crédits : Hulton Archive/,Getty Images

photographie

Grande-Bretagne, 1000-1066

Grande-Bretagne, 1000-1066
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Sur un site occupé antérieurement, les Romains fondent, à un carrefour routier, la ville de Durovernum où l'on a découvert les vestiges d'un très vaste théâtre. Après la fin de l'occupation romaine et des invasions germaniques, elle prend le nom de Cantwarabyrig (le ville des hommes du Kent) et devient la capitale du royaume de Kent qui, à la fin du vie siècle, sous le roi Ethelbert, exerce son hégémonie sur le sud-est de l'Angleterre. Ce roi ayant épousé une princesse franque chrétienne, Berthe, accueille favorablement la mission envoyée par le pape Grégoire le Grand et dirigée par le moine romain Augustin pour convertir la Grande-Bretagne (597). Augustin fonde un monastère, convertit le roi et, après avoir reçu la consécration épiscopale en Gaule, établit à Canterbury le premier évêché puis archevêché d'Angleterre ; son premier évêché suffragant est Rochester en 604. Le déclin politique du Kent n'empêche pas le développement religieux et culturel de la ville ; des écoles s'organisent et, à la fin du viie siècle, l'arrivée de l'archevêque Théodore, d'origine grecque, donne un nouvel essor aux études. Si la cité souffre des raids danois, la conquête normande renforce la prééminence de Canterbury, Guillaume le Conquérant y appelle sur le siège archiépiscopal l'Italien Lanfranc, abbé du Bec en Normandie, un des plus savants clercs du temps, qui s'attache avec succès à réformer l'Église d'Angleterre ; lui succède l'éminent théologien Anselme (1033-1109). La ville est alors un des grands centres culturels et artistiques de l'Occident. Mais, dès l'époque d'Anselme, des conflits surgissent avec le pouvoir royal : entre 1093 et 1240, quatre archevêques sur onze connaissent l'exil. L'opposition culmine lorsque l'archevêque Thomas Beckett s'élève contre les prétentions de Henri II à régir le clergé anglais (Constitutions de Clarendon, 1164) ; il est exilé et, à son retour, après un semblant de réconciliation, il est assassiné dans la cathédrale par des chevaliers qui obéissen [...]

Le baptême d'Ethelbert

Le baptême d'Ethelbert

Photographie

Ethelbert, roi du Kent (560-610), fut le premier souverain anglo-saxon à se convertir au christianisme. 

Crédits : Hulton Archive/,Getty Images

Afficher

Grande-Bretagne, 1000-1066

Grande-Bretagne, 1000-1066

Dessin

L'évangélisation de la Grande-Bretagne : diocèses et monastères, 1000-1066 (d'après M. Gilbert, « British History Atlas », Weidenfeld & Nicolson). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  CANTERBURY ou CANTORBÉRY  » est également traité dans :

AUGUSTIN DE CANTERBURY saint (mort en 604)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots

Probablement né à Rome, mort le 26 mai 604 à Canterbury, dans le Kent (Angleterre), saint Augustin, parfois appelé Austin, est le premier archevêque de Canterbury, apôtre de l'Angleterre et fondateur de l'Église chrétienne d'Angleterre du Sud. De naissance sans doute aristocratique, Augustin est prieur du monastère bénédictin de Saint-André à Rome lorsque le pape Grégoire I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustin-de-canterbury/#i_14073

ETHELBERT (mort en 616) roi du Kent (560-616)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 266 mots
  •  • 2 médias

Un des premiers souverains saxons qui ait eu quelque importance après les invasions barbares. Ethelbert (ou Æthelberht) semble avoir réussi à établir sa suprématie sur d'autres branches des peuples conquérants et aurait été l'un des sept souverains ayant accédé au titre de Bretwalda, symbole de souveraineté sur l'Angleterre du Sud tout entière. Ayant épousé Berthe, fille du roi franc Caribert I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethelbert/#i_14073

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Thèmes et rôles des fresques »  : […] Sous leur forme purement ornementale, les peintures murales ont servi à imiter des revêtements de marbre (comme dans le premier et le second style pompéien) aussi bien que des étoffes et des mosaïques. Dans l'Antiquité, les ornements qu'on peignait sur les murs alternaient souvent avec des scènes à personnages , des vues d'architecture ou des paysages en trompe l'œil dont le but avoué était d'éla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_14073

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'architecture »  : […] L'architecte de Saint-Denis avait formulé d'emblée la nouvelle conception architecturale qui s'oppose à celle de l'époque romane. Celle-ci juxtapose les masses, additionne les volumes. L'architecte gothique cherche à unir les premières, à fondre les seconds. L' arc-boutant y joue un rôle tout aussi important que l'ogive. Il lie les masses entre elles et crée une dynamique verticale ; il permet de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_14073

GUILLAUME DE SENS (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Mort le 11 août 1180 en France. Guillaume de Sens est l'un des premiers architectes gothiques dont le nom soit parvenu jusqu'à nous. Une description précise de son activité est conservée dans le témoignage du moine Gervais qui décrit la destruction du chœur de la cathédrale de Canterbury dans un incendie (1174) et sa reconstruction par Guillaume. À l'époque, celui-ci est déjà reconnu comme l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-sens/#i_14073

STYLE 1200

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 3 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le facteur anglais »  : […] Il ne faut pourtant pas penser que le « style 1200 » ait été homogène. La peinture de cette période – c'est-à-dire l' enluminure des manuscrits, le vitrail et, tout à fait subsidiairement, la peinture monumentale – en offre la meilleure démonstration. L'Angleterre présente, dans ces domaines, une œuvre de signification exceptionnelle : l'ensemble des vitraux du chœur de Canterbury, peints entre 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-1200/#i_14073

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le XIIe et le XIIIe siècle »  : […] C'est en France, au cours du xii e  siècle, que l'on voit les séries les plus importantes et, sur le plan artistique, les plus achevées, comparables dans leur style aux peintures murales contemporaines ou à la miniature romane : sept fenêtres plus ou moins complètes à la nef de la cathédrale du Mans (vers 1135, 1160 et 1190), les trois verrières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_14073

Pour citer l’article

Paul BENOÎT, « CANTERBURY ou CANTORBÉRY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/canterbury-cantorbery/