Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) Les arts de la Grèce

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Le sort de l'art grec à partir de la fin de l'Antiquité est des plus étranges. C'est un art qui n'est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n'a cessé des siècles durant de se recommander, qu'on s'est efforcé d'imiter, qu'on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà les riches Étrusques faisaient à grand prix venir la vaisselle décorée par les Rhodiens, les Corinthiens ou les Athéniens. Les statues pillées par les Romains dans les villes conquises figuraient à la place d'honneur dans le défilé triomphal des généraux vainqueurs, et, plus tard, les collectionneurs s'arrachèrent les pièces qui venaient d'un pays dont ils pensaient avoir tout à apprendre.

Après l'éclipse du Moyen Âge, qui cependant ne l'ignora pas autant qu'on le prétend parfois, l'art grec connaît à partir de la Renaissance une faveur nouvelle, mais en fait il vit alors sur sa réputation, aucun des monuments qui font aujourd'hui sa gloire n'étant encore mis au jour. On le découvrit peu à peu et, par une heureuse chance, les œuvres qu'on exhumait se trouvaient correspondre au goût de chaque époque. Ce furent d'abord des œuvres hellénistiques transcrites par des copistes romains, et pendant très longtemps on ne sut les distinguer des originaux ; la fin du xviiie siècle révèle le classicisme, qu'on n'accepte d'ailleurs pas sans réticence : lorsque les plaques du Parthénon arrivèrent à Londres, elles passèrent aux yeux de certains pour des répliques médiocres et tardives ; c'est à la fin du xixe siècle que l'archaïsme, sans cesse enrichi par de nouvelles trouvailles, est devenu familier à notre civilisation qui se penche avec amour vers toutes les créations de caractère plus ou moins primitif.

Malgré bien des lacunes et des incertitudes, on a aujourd'hui sous les yeux le développement complet de l'art grec depuis ses premiers balbutiements à l'aube du Ier millénaire avant J.-C. jusqu'au jour où, vieilli, il sombra dans l'académisme et la médiocrité, avant de se renouveler complètement sous l'influence de l'idéal chrétien et de donner naissance à l'art byzantin.

Il nous est dès lors loisible de l'examiner de façon plus objective, de renoncer à certaines idées qu'on avait de lui lorsqu'il était encore mal connu, telles que celle du « miracle grec ». On sait maintenant que Phidias n'a pas créé à partir du néant le décor du Parthénon, mais que les chefs-d'œuvre du ve siècle avaient été préparés par trois ou quatre cents ans d'efforts lents et patients. On sait aussi que l'art grec n'aurait jamais été ce qu'il fut en réalité si ne l'avait précédé celui d'autres civilisations. Depuis le IIIe millénaire au moins, l'Égypte et le Moyen-Orient avaient inventé et perfectionné des moyens d'expression graphiques et plastiques d'une inégalable valeur ; entre le xviiie et le xiie siècle, les Crétois, puis ceux que l'on appelle les Mycéniens avaient à leur tour développé un art de très haute qualité. De ce passé lointain, les Grecs ont profité. De plus, même dans les périodes les plus brillantes, leur art s'est tenu en contact avec ceux de l'Asie et de la vallée du Nil, il leur a emprunté des idées, des formules, des ambitions. On peut dire que les artistes grecs n'ont créé que sous le souffle d'inspirations étrangères.

Et pourtant, leur art resta profondément original. Il exprime toujours une pensée grecque, un idéal grec ; il ne se sert de ses emprunts que pour lancer plus haut son esprit. À l'instar des philosophes grecs, c'est en approfondissant toujours les mêmes thèmes que les artistes eux aussi progressent.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre DEVAMBEZ et Agnès ROUVERET. GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Cavalier et cheval - crédits :  Bridgeman Images

Cavalier et cheval

Œnochoé en argent - crédits : Peter Willi/  Bridgeman Images

Œnochoé en argent

Amphore funéraire, art grec - crédits :  Bridgeman Images

Amphore funéraire, art grec

Autres références

  • BLASPHÈME

    • Écrit par
    • 7 019 mots
    • 5 médias
    Dans la Grèce antique, le manque de respect envers les dieux pouvait conduire à la mort. Le procès de Socrate et sa condamnation à la peine capitale en sont l’illustration la plus connue. Si les Grecs ne parlaient pas à cet égard de « blasphème », mais d’« asébie » – άσέβεια, l’incrimination retenue...
  • L'ÂGE DES CASERNES (Michel Auvray) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 953 mots

    « La conscription est bel et bien morte, prête à être rangée au musée militaire, aux côtés de l'arbalète, du sabre ou de l'ost féodal. » Par ces mots, Michel Auvray prend acte de la décision radicale annoncée par Jacques Chirac le 22 février 1996, programmant la suspension du ...

  • LES GRECS EN OCCIDENT (exposition)

    • Écrit par
    • 1 364 mots

    Après Les Phéniciens en 1988 et Les Celtes en 1991, Les Grecs en Occident (du 23 mars au 8 décembre 1996) a constitué la troisième exposition archéologique du Palazzo Grassi – la fondation culturelle de Fiat à Venise. Le thème avait été choisi plusieurs années auparavant ; des aléas divers,...

  • RÖMER THOMAS (1955- )

    • Écrit par
    • 1 061 mots
    • 1 média
    ...depuis 2010 d’explorer plusieurs thématiques anthropologiques, historiques et sociales de toute première importance (Les Vivants et leurs morts, 2012). La Grèce antique et le monde hellénistique représentent un autre versant majeur de cette approche comparatiste, ainsi qu'en témoignent les travaux réalisés...