GRÈCE ANTIQUE (Civilisation)Les arts de la Grèce

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sort de l'art grec à partir de la fin de l'Antiquité est des plus étranges. C'est un art qui n'est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n'a cessé des siècles durant de se recommander, qu'on s'est efforcé d'imiter, qu'on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà les riches Étrusques faisaient à grand prix venir la vaisselle décorée par les Rhodiens, les Corinthiens ou les Athéniens. Les statues pillées par les Romains dans les villes conquises figuraient à la place d'honneur dans le défilé triomphal des généraux vainqueurs, et, plus tard, les collectionneurs s'arrachèrent les pièces qui venaient d'un pays dont ils pensaient avoir tout à apprendre.

Après l'éclipse du Moyen Âge, qui cependant ne l'ignora pas autant qu'on le prétend parfois, l'art grec connaît à partir de la Renaissance une faveur nouvelle, mais en fait il vit alors sur sa réputation, aucun des monuments qui font aujourd'hui sa gloire n'étant encore mis au jour. On le découvrit peu à peu et, par une heureuse chance, les œuvres qu'on exhumait se trouvaient correspondre au goût de chaque époque. Ce furent d'abord des œuvres hellénistiques transcrites par des copistes romains, et pendant très longtemps on ne sut les distinguer des originaux ; la fin du xviiie siècle révèle le classicisme, qu'on n'accepte d'ailleurs pas sans réticence : lorsque les plaques du Parthénon arrivèrent à Londres, elles passèrent aux yeux de certains pour des répliques médiocres et tardives ; c'est à la fin du xixe siècle que l'archaïsme, sans cesse enrichi par de nouvelles trouvailles, est devenu familier à notre civilisation qui se penche avec amour vers toutes les créations de caractère plus ou moins primitif.

Malgré bien des lacunes et des incertitudes, on a aujourd'hui sous les yeux le développement complet de l'art grec depuis ses premiers balbutiements à l'aube du Ier millénaire avant J.-C. jusqu'au jour où, vieilli, il sombra dans l'académisme et la médiocrité, avant de se renouveler complètement sous l'influence de l'idéal chrétien et de donner naissance à l'art byzantin.

Il nous est dès lors loisible de l'examiner de façon plus objective, de renoncer à certaines idées qu'on avait de lui lorsqu'il était encore mal connu, telles que celle du « miracle grec ». On sait maintenant que Phidias n'a pas créé à partir du néant le décor du Parthénon, mais que les chefs-d'œuvre du ve siècle avaient été préparés par trois ou quatre cents ans d'efforts lents et patients. On sait aussi que l'art grec n'aurait jamais été ce qu'il fut en réalité si ne l'avait précédé celui d'autres civilisations. Depuis le IIIe millénaire au moins, l'Égypte et le Moyen-Orient avaient inventé et perfectionné des moyens d'expression graphiques et plastiques d'une inégalable valeur ; entre le xviiie et le xiie siècle, les Crétois, puis ceux que l'on appelle les Mycéniens avaient à leur tour développé un art de très haute qualité. De ce passé lointain, les Grecs ont profité. De plus, même dans les périodes les plus brillantes, leur art s'est tenu en contact avec ceux de l'Asie et de la vallée du Nil, il leur a emprunté des idées, des formules, des ambitions. On peut dire que les artistes grecs n'ont créé que sous le souffle d'inspirations étrangères.

Et pourtant, leur art resta profondément original. Il exprime toujours une pensée grecque, un idéal grec ; il ne se sert de ses emprunts que pour lancer plus haut son esprit. À l'instar des philosophes grecs, c'est en approfondissant toujours les mêmes thèmes que les artistes eux aussi progressent.

L'étude de l'art grec ne se suffit évidemment pas à elle-même, l'art n'est pas indépendant des autres formes de la vie, de la littérature, de la science aussi, dans ce pays où la mathématique et la géométrie sont si fort prisées. L'hellénisme forme un tout : on peut admirer pour son interne beauté telle statue, telle peinture de vase, on ne peut les pénétrer si l'on ignore l'histoire et la civilisation grecques.

Pour les Grecs, l'homme est la mesure de toute chose. Rien n'est plus beau que son corps lorsqu'il est développé par l'athlétisme, rien n'est plus adroit que sa main, plus subtil que son esprit. Et si les dieux jouissent de l'immortalité et d'une puissance presque sans bornes, c'est pourtant à l'image de l'homme qu'ils ont été conçus. Est-ce à cause de la pureté de leur ciel, de l'harmonie de leur paysage, les Grecs n'ont ni le sens ni le goût du mystère et du mysticisme. S'ils apprécient la nature, elle ne leur paraît digne d'intérêt, dans leur littérature comme dans leur art, que dans la mesure où elle est peuplée d'êtres humains, domestiquée par eux. La raison partout domine, et les aspects les plus violents du culte de Dionysos, le dieu de l'extase, restent pendant longtemps réprouvés par l'opinion publique. Il faut attendre le ive siècle et l'établissement de rapports suivis avec le monde asiatique pour que la passion s'introduise dans l'art.

Autre trait : le goût de l'universel. « Il n'est de science que du général », disait Aristote, et pendant des siècles les artistes eux aussi ont évité tout ce qui, dans leurs représentations, offrait un caractère trop particulier, disons même trop actuel : deux jeunes gens partent-ils pour la guerre, le peintre inscrit à côté de leur image les noms de Castor et Pollux et la scène quotidienne prend ainsi plus de poids, et les combats entre les Grecs et les légendaires Amazones, sculptés sur les frises des temples, évoquent les batailles récentes que les Athéniens ont livrées aux Perses pendant les guerres médiques.

On comprend mieux dès lors pourquoi l'art grec paraît si vivant. Il s'adresse à des hommes, dans ce que leur tempérament comporte de plus foncier, de plus éternel. De nos jours encore, le champion sportif peut se reconnaître dans l'athlète qu'a sculpté Polyclète ; de nos jours encore, la lumineuse clarté des figures du Parthénon garde toute sa valeur ; de nos jours encore, une coupe peinte au vie siècle avant notre ère n'a rien perdu de son actualité, parce qu'universel est l'esprit de l'hellénisme.

Cependant, nulle œuvre ne peut survivre à tant de siècles si son exécution n'est pas parfaite. Or, les anciens Grecs ont de tout temps attaché le plus grand prix à l'exécution. L'artiste, pour eux, c'est celui qui connaît parfaitement une technique, et l'on a noté que ce qu'ils appelaient les Sept Merveilles du monde les frappaient moins par leur beauté que par le talent et la science avec lesquels leurs auteurs avaient triomphé de difficultés matérielles à première vue insurmontables.

Les artistes grecs ont pratiqué maintes techniques : ils ont su dessiner et peindre, selon des procédés dont certains nous déconcertent, ils ont modelé la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages

Médias de l’article

Cavalier et cheval

Cavalier et cheval
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Œnochoé en argent

Œnochoé en argent
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Principales formes de vases grecs

Principales formes de vases grecs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Amphore funéraire, art grec

Amphore funéraire, art grec
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRÈCE ANTIQUE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Rien ne semblait a priori destiner la péninsule grecque à être le centre d'une des plus brillantes civilisations de l'histoire, de la première surtout qui sut poser les problèmes auxquels l'homme n'a pas encore fini de chercher des réponses. Le pays est en effet aride, le relief compartimenté, le climat rude l'hiver, chaud l'été. Peu de grandes plaines, sauf dans le Nord (Macédoine, Thessalie). Ai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La colonisation grecque

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 2 793 mots
  •  • 1 média

Les Grecs qui s'étaient établis dans la péninsule des Balkans au début du IIe millénaire commencèrent à émigrer dans le bassin de la Méditerranée à partir du viiie siècle avant J.-C. Ce mouvement de colonisation devait avoir des conséquences extrêmement importantes sur l'évolution des […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 3 358 mots

Le nom de Grande-Grèce apparaît pour la première fois dans l'œuvre de l'historien Polybe. Mais il est probable que les Grecs l'employèrent dès une époque plus ancienne pour désigner la partie méridionale de la péninsule italienne, où, depuis le milieu du viiie siècle, les Grecs venus du continent avaient établi d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

« La cité grecque (polis) est une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard). Cette définition vaut pour l'époque classique (ve-iv […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

La civilisation occidentale est fondée sur un petit nombre de principes qui donnent à la vie humaine son sens et sa valeur. Ces principes ont été formulés en Occident, pour la première fois et de façon définitive, par des Grecs. C'est ce qu'il importe de rappeler : après un demi-siècle de terribles vicissitudes, et alors que l'homme occidental est attaqué de toutes parts, il n'est peut-être pas ma […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Les caractères dominants de la religion grecque apparaissent d'emblée : il s'agit d'un polythéisme qui s'est enrichi par l'adjonction progressive de nouvelles divinités ; les dieux sont conçus sous forme anthropomorphisée, encore que les traces de vieux cultes animistes de la pierre, de la plante, de l'animal soient […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Si abondante qu'elle soit par les œuvres conservées, si étendue qu'elle ait été dans le temps, puisqu'elle s'étale du viiie siècle avant J.-C. au vie siècle de notre ère, la littérature grecque ancienne s'est concentrée essentiellement – à une exception majeure près, celle d'Homère – sur une courte périod […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Parmi les créations les plus remarquables de la Grèce figure celle du genre théâtral, tragique et comique. Les premiers, les Grecs ont imaginé de produire devant le peuple assemblé, dans un dialogue réglé, des acteurs incarnant des héros des anciens mythes ou de simples hommes de la société contemporaine et de les int […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Symbole des mouvements de colonisation qui amenèrent, au viiie siècle avant notre ère, l'installation des Grecs en Sicile et en Italie méridionale, les villes grecques de Sicile illustrent encore, par l'ampleur et la beauté de leurs ruines, par la qualité de leurs œuvr […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 759 mots
  •  • 1 média

On a pu décrire la civilisation grecque comme une civilisation de la parole politique, et bien des auteurs, en particulier Platon, insistent sur la primauté du logos, de la parole vivante, opposée à l'écrit, inerte, et à l'image, muette. Mais la Grèce est en même temps à nos yeux, et déjà aux yeux des Romains qui l'ont conquise, la terre de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DEVAMBEZ, Agnès ROUVERET, « GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/