GRÈCE ANTIQUE (Civilisation)Langue et littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature

Poésie archaïque

Au commencement, il y eut Homère : tel fut, en général, l'avis des Anciens sur la genèse de leur littérature, tel était aussi jusqu'à une époque récente celui des Modernes ; née de rien, la littérature grecque donnait le jour à un chef-d'œuvre. Aujourd'hui, grâce à une série de recoupements, on s'accorde à dire qu'Homère, loin d'être le premier, est, sinon le dernier, du moins le plus illustre représentant d'une lignée d'aèdes itinérants, tel celui qu'il met lui-même en scène au livre VIII de L'Odyssée, Démodocos, qui, à la cour des Phéaciens, chante la querelle d'Achille et d'Ulysse et les amours d'Arès et d'Aphrodite. De plus, la récurrence dans l'œuvre homérique de formules stéréotypées, composées en une langue différente, la matière même des récits et les éléments de civilisation de loin antérieurs à l'époque de la rédaction des poèmes, tout cela prouve que l'auteur disposait d'un stock de sujets et d'expressions légué par une longue tradition orale. Enfin, le déchiffrement de tablettes « mycéniennes » a révélé la langue et le moment de civilisation où avaient pris naissance les récits qui allaient aboutir à L'Iliade et à L'Odyssée. Ainsi, la littérature grecque prend sa source non plus au viiie siècle où vécut Homère, mais dès le milieu du IIe millénaire avant notre ère. Il n'y a pas de génération spontanée, mais, sans pour autant dénier un rôle important à Homère lui-même, un développement long et enrichissant au cours des siècles.

Comme Démodocos, Homère chante dans L'Iliade une querelle d'Achille, celle qui l'oppose à Agamemnon, roi de Mycènes, lors du siège de Troie entrepris par une coalition de princes grecs. Achille, indigné d'une injustice commise à son égard, se retire sous sa tente ; il ne reviendra au combat que pour venger la mort de son ami Patrocle et tuer Hector. À partir de ce mince épisode se déploie une vaste fresque où alternent les mêlées héroïques, auxquelles les dieux eux-mêmes ne dédaignent pas de participer, et des scènes familières, aussi bien dans l'Olympe que dans les deux camps.

Au thème de la guerre se rattache le thème des « retours » ; celui d'Ulysse, on le sait, est le sujet de L'Odyssée. Plutôt que des combats, il vit des aventures plus merveilleuses qu' épiques, où la magie, le fantastique, le bouffon même tiennent une place importante. Ces éléments ne vont pas sans impliquer un changement de ton dans la narration : ce n'est plus la geste où le héros met son idéal à se couvrir de gloire, dût une mort hâtive le frapper – tel Achille préférant une vie brève et glorieuse à une vieillesse obscure –, mais une suite de péripéties d'où le héros se tire toujours à son avantage grâce à son astuce et avec l'aide de la divinité.

Au total, ces deux œuvres, si elles n'échappent pas toujours à la monotonie et aux répétitions, présentent des personnages extrêmement vivants et nuancés dont les réactions tantôt frustes, tantôt raffinées, nous paraissent souvent profondément humaines. Quoi qu'il en soit, l'œuvre d'Homère est devenue pour tous les Grecs le texte de base, la bible à laquelle ils se réfèrent sans cesse ; et, au bout de tant de siècles, quel potache, quel lecteur peut rester insensible à la violente altercation d'Achille et d'Agamemnon, aux adieux simples et émouvants d'Hector et d'Andromaque, aux retrouvailles d'Ulysse et de son vieux père, au spectacle d'Achille et de Priam pleurant de concert sur le cadavre d'Hector ? Plus que dans les contes de fées de L'Odyssée, c'est dans L'Iliade surtout qu'apparaît pour la première fois le sens tragique de la destinée, lucidement acceptée par des hommes qui se savent pourtant les jouets de divinités aveugles ou partisanes.

À la même époque qu'Homère, poète ionien, apparaît en Béotie l'aède Hésiode, poète didactique qui, non content de classifier les généalogies des dieux dans La Théogonie, énonce à l'intention de son frère une série de sentences prosaïques sur les devoirs et travaux journaliers de la vie d'un petit paysan. Les formules et le mètre sont bien dans la tradition homérique, mais à l'idéal de gloire de l'épopée et aux aventures heureuses de L'Odyssée se substitue le goût du travail et de la vie humble dans le respect de la justi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Eschyle - Athènes

Eschyle - Athènes
Crédits : Araldo de Luca/ Corbis/ Getty Images

photographie

Socrate - Athènes

Socrate - Athènes
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Louvain
  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, membre de l'Institut, professeur au Collège de France

Classification

Autres références

«  GRÈCE ANTIQUE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Rien ne semblait a priori destiner la péninsule grecque à être le centre d'une des plus brillantes civilisations de l'histoire, de la première surtout qui sut poser les problèmes auxquels l'homme n'a pas encore fini de chercher des réponses. Le pays est en effet aride, le relief compartimenté, le climat rude l'hiver, chaud l'été. Peu de grandes plaines, sauf dans le Nord (Macédoine, Thessalie). Ai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La colonisation grecque

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 2 793 mots
  •  • 1 média

Les Grecs qui s'étaient établis dans la péninsule des Balkans au début du IIe millénaire commencèrent à émigrer dans le bassin de la Méditerranée à partir du viiie siècle avant J.-C. Ce mouvement de colonisation devait avoir des conséquences extrêmement importantes sur l'évolution des […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 3 358 mots

Le nom de Grande-Grèce apparaît pour la première fois dans l'œuvre de l'historien Polybe. Mais il est probable que les Grecs l'employèrent dès une époque plus ancienne pour désigner la partie méridionale de la péninsule italienne, où, depuis le milieu du viiie siècle, les Grecs venus du continent avaient établi d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

« La cité grecque (polis) est une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard). Cette définition vaut pour l'époque classique (ve-iv […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

La civilisation occidentale est fondée sur un petit nombre de principes qui donnent à la vie humaine son sens et sa valeur. Ces principes ont été formulés en Occident, pour la première fois et de façon définitive, par des Grecs. C'est ce qu'il importe de rappeler : après un demi-siècle de terribles vicissitudes, et alors que l'homme occidental est attaqué de toutes parts, il n'est peut-être pas ma […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Les caractères dominants de la religion grecque apparaissent d'emblée : il s'agit d'un polythéisme qui s'est enrichi par l'adjonction progressive de nouvelles divinités ; les dieux sont conçus sous forme anthropomorphisée, encore que les traces de vieux cultes animistes de la pierre, de la plante, de l'animal soient […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Parmi les créations les plus remarquables de la Grèce figure celle du genre théâtral, tragique et comique. Les premiers, les Grecs ont imaginé de produire devant le peuple assemblé, dans un dialogue réglé, des acteurs incarnant des héros des anciens mythes ou de simples hommes de la société contemporaine et de les int […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Symbole des mouvements de colonisation qui amenèrent, au viiie siècle avant notre ère, l'installation des Grecs en Sicile et en Italie méridionale, les villes grecques de Sicile illustrent encore, par l'ampleur et la beauté de leurs ruines, par la qualité de leurs œuvr […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Le sort de l'art grec à partir de la fin de l'Antiquité est des plus étranges. C'est un art qui n'est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n'a cessé des siècles durant de se recommander, qu'on s'est efforcé d'imiter, qu'on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà les riches Étru […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image

  • Écrit par 
  • François LISSARRAGUE
  •  • 4 759 mots
  •  • 1 média

On a pu décrire la civilisation grecque comme une civilisation de la parole politique, et bien des auteurs, en particulier Platon, insistent sur la primauté du logos, de la parole vivante, opposée à l'écrit, inerte, et à l'image, muette. Mais la Grèce est en même temps à nos yeux, et déjà aux yeux des Romains qui l'ont conquise, la terre de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph MOGENET, Jacqueline de ROMILLY, « GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-langue-et-litterature/