Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAVITATION

Les Principia de Newton et la formulation des lois de la gravité

Page de titre des <em>Philosophiae naturalis principia mathematica </em>

Page de titre des Philosophiae naturalis principia mathematica

Publiés en 1686, les trois livres qui forment les Philosophiaenaturalisprincipiamathematica (Principes mathématiques de la philosophie naturelle) sont écrits en dix-huit mois par un Isaac Newton (1642-1727) si captivé par son travail qu’il oublie, dit-on, souvent de manger. Il est d’autant plus pressé d’exposer au monde les résultats qu’il a obtenus sur les mouvements des planètes qu’il est aiguillonné par son inimitié avec Robert Hooke (1635-1703) qui prétend le surpasser dans la compréhension des lois de Kepler. Vingt ans plus tôt, Newton a contribué de manière décisive à la naissance du calcul différentiel et intégral par sa méthode « des fluxions et des fluxions inverses » qui lui permet de résoudre les problèmes de courbure des courbes, étape indispensable à la description mathématique des orbites elliptiques des planètes.

Newton distingue d’abord soigneusement la force d’inertie inspirée de Galilée, par laquelle tout corps résiste au changement d’état – de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite – de la force imprimée qui peut avoir diverses origines –  choc, pression, force centripète. La force centripète « qui fait tendre les corps vers quelque point » peut être la gravité qui fait tendre tous les corps lorsqu’ils tombent vers le centre de la Terre ou la force « quelle qu’elle soit, qui fait circuler les planètes dans des courbes ». Il pose ensuite trois axiomes qui fondent ses lois du mouvement :

– En l’absence de forces agissantes, un corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite.

– Les changements dans le mouvement sont proportionnels à la force motrice.

– L’action est égale et opposée à la réaction.

Grâce à sa technique mathématique « des premières et dernières raisons » (ou des « quantités divisibles évanouissantes »), Newton démontre les relations entre les caractéristiques des cercles parcourus par un corps et l’intensité des forces centripètes qu’ils subissent. Il remarque en particulier que les observations astronomiques ayant démontré que « les temps périodiques des corps célestes sont en raison sesquiplée des rayons » impliquent mathématiquement que la force centripète qui s’exerce sur eux décroît « réciproquement comme les carrés de rayons », c’est-à-dire, en langage moderne, comme l’inverse du carré de la distance au Soleil.

Dans le Livre II, l’étude mathématique des mouvements des corps, et en particulier des corps oscillants (les pendules), éventuellement soumis à des forces diverses de résistance, permet ensuite à Newton d’affiner les propriétés de la gravité, que Galilée avait beaucoup étudiée expérimentalement sans pour autant pouvoir la définir.

Le « Système du Monde » exposé dans le livre troisième, utilise la règle selon laquelle « les effets du même genre doivent toujours être attribués, autant qu’il est possible, à la même cause ». Rappelant que toutes les expériences et observations astronomiques montrent que les corps situés près de la surface de la Terre, et aussi la Lune, pèsent selon leur quantité de matière, mais aussi que toutes les planètes pèsent mutuellement les unes sur les autres, et que les comètes pèsent sur le Soleil, Newton conclut « que tous les corps gravitent mutuellement les uns vers les autres ». Afin de distinguer physique et métaphysique, Newton précise que « cette force de gravitation vient de quelque cause qui pénètre jusqu’au centre du Soleil et des planètes, sans rien perdre de son activité ; elle n’agit point selon la grandeur des superficies, mais selon la quantité de la matière ; et son action s’étend de toutes parts à des distances immenses, en décroissant toujours dans la raison doublée des distances ».

Newton définit donc la phénoménologie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée

Système de Copernic

Système de Copernic

Le système de Tycho Brahe

Le système de Tycho Brahe

Autres références

  • GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

    • Écrit par Brandon CARTER
    • 8 922 mots
    • 3 médias

    Si l'on excepte la théorie classique de l'électromagnétisme, introduite bien plus tard par James Clerk Maxwell (1865), aucune théorie physique d'expression aussi simple que la loi du carré inverse de la distance, de Newton (1687), n'a jamais été aussi féconde. Si on laisse de côté quelques...

  • INTERACTIONS (physique) - Interaction gravitationnelle

    • Écrit par Alain KARASIEWICZ, Marie-Antoinette TONNELAT
    • 1 968 mots
    • 2 médias

    La gravitation est responsable de phénomènes aussi différents que la pesanteur ressentie par tout un chacun, le mouvement des planètes ou l'expansion de l'Univers. Cette force de gravitation est extrêmement faible entre particules élémentaires, mais ses effets deviennent importants si...

  • ACTION & RÉACTION, physique

    • Écrit par Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
    • 1 498 mots
    ...s'agit ici d'un usage plus conforme au sens courant du terme, puisque la question est celle de la capacité des corps à agir l'un sur l'autre sans contact –  telle la force de gravitation du Soleil attirant la Terre à cent cinquante millions de kilomètres de distance. L'attraction universelle de Newton, sous...
  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par Bernard PIRE, Jean-Marc RICHARD
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    Indirectement, cette mesure de masse inerte, test de la symétrie matière-antimatière CPT, est aussi sensible aux effets gravitationnels. En effet, selon les principes qui sont à la base de la relativité générale, le temps propre ou, si l'on veut, l'horloge interne du proton et de l'antiproton...
  • ASTÉROÏDES

    • Écrit par Christiane FROESCHLÉ, Claude FROESCHLÉ, Patrick MICHEL
    • 10 700 mots
    • 13 médias
    ...Au début des années 1980, une modélisation particulière du problème dynamique permit à Jack L. Wisdom de faire une avancée décisive en direction de l'hypothèse gravitationnelle. Il réussit à montrer que des astéroïdes fictifs placés dans la lacune 1/3 pouvaient être déstabilisés sur quelques centaines...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    ...à partir des lois de Kepler, Newton remonte à la cause première, la loi initiale qui provoque le mouvement des planètes et aboutit à la loi de la gravitation universelle : « Deux corps quelconques s'attirent en raison directe de leurs masses, et en raison inverse du carré de la distance de leur...
  • Afficher les 73 références

Voir aussi