HOOKE ROBERT (1635-1703)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Microscope de Hooke

Microscope de Hooke
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Première observation microscopique d’une mouche

Première observation microscopique d’une mouche
Crédits : Wellcome Library, London

photographie

Cellules végétales (illustration de 1665)

Cellules végétales (illustration de 1665)
Crédits : Bettmann/ Corbis

photographie


Savant anglais qui fut l'un des esprits les plus féconds du xviie siècle. Élève à Oxford, Robert Hooke attire, par sa remarquable dextérité et son esprit inventif, l'attention de Robert Boyle qui l'engage comme assistant dans son laboratoire (1655) et avec lequel il construit sa machine pneumatique. Cette machine permit à Boyle d'effectuer des expériences sur le rôle de l'air : il constata, en effet, qu'un combustible aussi actif que le soufre ne s'enflamme pas s'il est placé dans une enceinte vide ; de même, dans ces conditions, un animal ne peut vivre bien longtemps. Hooke essayera par la suite d'interpréter ces résultats. À partir de 1665, il est professeur de géométrie à Gresham College.

Membre (1663) puis secrétaire (1678) de la Royal Society de Londres, il y présente de nombreuses communications sur les sujets les plus divers, tels que les taches du Soleil et celles de la Lune, les propriétés des cristaux et la composition de la lumière (il pressentit l'hypothèse, reprise par Fresnel, suivant laquelle la lumière est formée de vibrations transversales). Sa controverse avec Newton a entraîné celui-ci à préciser ses idées sur la nature de la lumière et sur son hypothétique support, l'éther. Il invente un régulateur pour le balancier des montres (1658), un système de télégraphie optique (1684), plusieurs moyens de voler dans les airs, le baromètre à roue, l'hélioscope (A Description of Helioscopes and Some Others Instruments, 1676), le thermomètre à alcool, le joint universel. Il perfectionne le télescope et propose de choisir, pour le degré zéro du thermomètre, le point de fusion de la glace. En 1676, il formule la loi qui porte son nom sur l'élasticité des corps solides. Il a reproché à Newton d'avoir puisé dans ses travaux, sans les citer, pour énoncer la loi de la gravitation universelle qu'il avait entrevue.

Microscope de Hooke

Microscope de Hooke

Photographie

Le microscope conçu par l'Anglais Robert Hooke (1635-1702). Savant inventif, Hooke fit progresser la science dans de nombreux domaines. Il propose notamment de retenir, pour le degré zéro du thermomètre, le point de fusion de la glace. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Chimiste, il s'intéresse aux premières théories de la combustion. Il désigna sous le no [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOOKE ROBERT (1635-1703)  » est également traité dans :

MICROGRAPHIA (R. Hooke)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Lapublication de Micrographia, or SomePhysiological Descriptions of Minute Bodies Made by Magnifying Glasses, en 1665, a été une étape fondamentale dans l’initiation des recherches fondées sur l’usage du microscope, et a largement servi la réputation de la jeune Royal Society fondée en 1660. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/micrographia/#i_2157

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Les Anciens liaient de façon significative les notions d'âmes, de vie, avec celles de souffle, d'haleine, et employaient le même mot pour les désigner : ψυχ́η chez les Grecs, spiritus chez les Latins. Il fut très tôt évident que la vie des hommes et des animaux était liée aux mouvements de la cage thoracique. Mais ce n'est qu'en 1663 que Robert Ho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aerobiose-et-anaerobiose/#i_2157

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 537 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et les théories de la Terre jusqu'en 1729 »  : […] La mentalité change complètement dès le début du xvii e siècle. La doctrine mécaniste dévalorise la Nature. L'étude du contenu du sous-sol est au plus bas jusque vers 1660 (et en France jusqu'en 1710). Durant la première moitié du siècle, un seul auteur majeur est à signaler : il s'agit de Descartes, avec ses Principia philosophiae (1644). Il éch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_2157

GREGORY JAMES (1638-1675)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 432 mots

Mathématicien et opticien écossais, James Gregory naît en novembre 1638 près d’Aberdeen, en Écosse, fils cadet d’un prêtre anglican. Sa mère puis son frère David l’initient à la géométrie et en particulier à la lecture des É léments d’Euclide pendant son adolescence. Il entre ensuite à l’université d’Aberdeen. Il y étudie l’optique et s’intéresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-gregory/#i_2157

MICROSCOPE, en bref

  • Écrit par 
  • Danielle FAUQUE
  •  • 264 mots

Il est difficile de dater avec précision la naissance du microscope. En 1615, Galilée (1564-1642) utilise un instrument à deux lentilles pour observer de petits objets et, en 1625, l'Accademia dei Lincei, à Rome, propose le mot microscopium . Les premiers microscopes présentent de graves défauts et les résultats sont décevants. Ils s'améliorent à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscope-en-bref/#i_2157

NEWTON ISAAC (1642-1727)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 663 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gravitation universelle et les « Principia » »  : […] Si Newton conçut l'idée d'une gravitation universelle et la loi de l'inverse carré des distances pour sa force dès ses « années merveilleuses », quand il s'intéressait déjà aux mouvements curvilignes et au problème de la Lune, il ne donna cependant tout leur développement à ses conceptions que dans la période décisive qui va de 1679 à 1684, sous l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-newton/#i_2157

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les différentes échelles thermométriques »  : […] Le thermomètre de Florence avait révélé aux physiciens la faculté de mesurer la température en repérant la variation du volume d'un fluide emprisonné dans une enceinte de verre. Les premiers thermomètres étaient surtout destinés à des mesures météorologiques. Le souci d'utiliser un instrument qui ne fût pas trop encombrant conduisit à prendre pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_2157

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution technique du microscope »  : […] Les observations permises par le microscope (un appareil qui n'est, à ses débuts, qu'une simple lentille) ouvrent toute une série de champs entièrement nouveaux en zoologie et contribuent à lui donner un statut de véritable science. Avec cet outil, on découvre avec étonnement que l'anatomie d'animaux très petits est aussi complexe que celle des plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_2157

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « HOOKE ROBERT - (1635-1703) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-hooke/