KEPLER LOIS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Galilée, Johannes Kepler peut être considéré comme le premier chercheur moderne : ils n'accordent de confiance qu'à l'observation ou à l'expérience, quitte à rejeter les dogmes établis. La confrontation des observations très précises de la position de Mars faites par son maître Tycho Brahe avec les prédictions des Tables pruténiques convainc Kepler que l'orbite de la planète rouge ne peut être décrite ni par un cercle ni par une combinaison de cercles, mais qu'elle est elliptique, le Soleil occupant un des foyers de l'ellipse. Il publie ce résultat – qui constitue la première loi de Kepler – en 1609 dans son Astronomia nova (Astronomie nouvelle). Il généralise cette loi à d'autres planètes dans ses Epitome astronomiae copernicanae de 1618-1621, qui contiennent la première description correcte du système solaire et dans lesquelles est correctement formulée la deuxième loi : les aires balayées en des temps égaux par la droite joignant la planète au Soleil sont égales. La dernière loi – le carré de la période de révolution des planètes est proportionnel au cube de leur distance moyenne au Soleil – est énoncée en 1619 dans Harmonice mundi (L'Harmonie du monde). Kepler publiera en 1627 les Tables rudolphines du mouvement des planètes, qui remplaceront avantageusement les Tables pruténiques.

Harmonie du monde, Johannes Kepler

photographie : Harmonie du monde, Johannes Kepler

photographie

Illustration extraite de L'Harmonie du monde (1619), de Johannes Kepler. Les orbites des planètes occupent chacune une sphère circonscrite à un des cinq polyèdres réguliers (cube, tétraèdre, dodécaèdre, icosaèdre et octaèdre). 

Crédits : AKG

Afficher

—  James LEQUEUX

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KEPLER LOIS DE  » est également traité dans :

CONIQUES

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  • , Universalis
  •  • 5 117 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'ellipse »  : […] Une construction très simple permet d'obtenir autant de points de l'ellipse que l'on en désire. Donnons-nous deux droites perpendiculaires O x et O y , et un segment constant PQ dont les extrémités décrivent respectivement O x et O y . Un point M situé entre P et Q tel que MQ =  a et MP =  b décrit une ellipse de centre O, d'axe focal O x . La tangente en M est perpendiculaire à IM, où I est l […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier exposé complet de la physique céleste  »  : […] Epitom e est moins célèbre que d’autres œuvres de Kepler car il ne contient pas la première formulation d’une grande découverte, comme l’ Astronomia nova (1609) – qui démontre que les planètes parcourent des ellipses dont le Soleil occupe un des foyers et qu’elles ralentissent ou accélèrent en fonction de leur distance à ce Soleil (les deux premières lois de Kepler) – et l’ Harmonice mundi (1 […] Lire la suite

EXOPLANÈTES - Méthodes de détection

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE
  •  • 2 907 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Méthode vélocimétrique  »  : […] La méthode ayant permis de détecter les premières exoplanètes autour d’étoiles semblables au Soleil est celle des vitesses radiales ou vélocimétrie . Elle exploite le fait que les deux corps, étoile et exoplanète, tournent autour de leur centre de masse commun. Au cours de ces mouvements, la vitesse radiale, définie comme la vitesse de l’étoile projetée sur la ligne de visée (droite joignant l’ob […] Lire la suite

GALAXIES

  • Écrit par 
  • Danielle ALLOIN, 
  • André BOISCHOT, 
  • François HAMMER
  •  • 10 079 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Étude physique des galaxies »  : […] Les galaxies se différencient entre elles par leur forme, comme le traduit la séquence de Hubble. Mais elles se distinguent aussi les unes des autres par d'autres caractéristiques. En particulier, Herbert R. Morgan a montré qu'il y a une relation très nette entre la forme d'une galaxie et sa population stellaire telle qu'elle peut être déterminée à partir du spectre d'ensemble de la galaxie. Il a […] Lire la suite

HARMONICES MUNDI (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Claire BOUYRE
  •  • 676 mots
  •  • 1 média

Dans la prestigieuse université de Tübingen, dans le Wurtemberg, les cours de Michael Maestlin, mathématicien réputé, ont permis au jeune Johannes Kepler (1571-1630) de découvrir l’astronomie et de se familiariser avec le système héliocentrique de Nicolas Copernic (1473-1543) dans lequel l’ensemble des planètes tourne autour d’un Soleil fixe au centre du monde. Kepler renonce progressivement au pa […] Lire la suite

HÉLIOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 226 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Limites d'une révolution »  : […] S'il est vrai que l'œuvre scientifique de Copernic est déroutante – déroutante par sa minceur même, par les conditions de son apparition et, il faut bien l'avouer, par certaines de ses faiblesses –, s'il est vrai que Copernic a été ignorant de ses propres richesses, la simple objectivité oblige à cette constatation : avec Copernic, et avec lui seul, s'amorce un bouleversement d'où sortiront l'astr […] Lire la suite

KEPLER JOHANNES

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 3 455 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'« Astronomia nova » et la victoire sur Mars »  : […] Dix années séparent la tentative précédente du grand ouvrage qui ouvre bien, conformément à son titre, l'ère d'une astronomie nouvelle. Encore faudra-t-il trois ans de plus pour qu'il soit imprimé, en 1609. C'est que son épître dédicatoire à l'empereur Rodolphe II y est la seule page agréable à lire, pétillante et spirituelle, et que, malgré ce trésor de finesse, les subsides nécessaires pour vain […] Lire la suite

LOI, épistémologie

  • Écrit par 
  • Pierre JACOB
  •  • 6 839 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les lois universelles et le problème de l'induction »  : […] Plus une loi est générale, abstraite, éloignée des détails de l'observabilité, plus variés sont les phénomènes auxquels elle s'applique, plus est grand son pouvoir explicatif. Ainsi, la loi de la gravitation universelle a révélé aux hommes la parenté inattendue entre la chute des corps à la surface de la Terre, la trajectoire parabolique des projectiles à la surface de la Terre, la trajectoire el […] Lire la suite

MÉCANIQUE CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 6 163 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cas général »  : […] Le point B étant soumis à une force centrale constamment dirigée vers A, le mouvement se fait dans un plan passant par A et par le vecteur vitesse initiale V 0 ayant pour origine la position initiale B 0 . Ce mouvement se fait suivant la loi des aires , c'est-à-dire que le rayon AB balaie au cours du mouvement des aires égales en des temps égaux. Prenons, dans le plan de cette orbite plane, un s […] Lire la suite

MÉCANIQUE SPATIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CARROU
  •  • 6 668 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les perturbations »  : […] On s'intéressera ici au mouvement elliptique, qui est celui de la quasi-totalité des satellites d'application. Le mouvement d'un satellite artificiel autour d'un astre homogène et sphérique obéit aux trois lois de Kepler ; pour cette raison, il est qualifié de képlérien. En réalité, l'accélération du satellite subit des perturbations d'origines diverses mais de faibles amplitudes devant l'accélér […] Lire la suite

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « KEPLER LOIS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-de-kepler/