Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAVITATION

La relativité générale : une nouvelle théorie de la gravitation

La théorie de la relativité générale proposée en 1915 par Albert Einstein est une nouvelle théorie de la gravitation. Elle adopte un point de vue fondamentalement différent, en ne mettant pas les notions de force et d’attraction au centre de la description des effets gravitationnels comme le fait la physique newtonienne. Einstein propose de considérer que les objets massifs structurent l’espace, qui perd alors son caractère absolu. Dépassant les idées introduites quelques années plus tôt dans la construction mathématique de la « relativité restreinte », et qui unifiaient l’espace et le temps en un espace-temps quadridimensionnel (trois dimensions d’espace et une dimension de temps), Einstein donne un rôle dynamique à la géométrie de cet espace. S’appuyant sur les travaux que le mathématicien allemand Bernhard Riemann (1826-1866) avait développés dans sa thèse en 1854, il remplace l’espace euclidien – caractérisé par la propriété que le plus court chemin entre deux points est un segment de droite – par une structure « riemannienne », dont la métrique ressemble davantage à celle d’une surface sphérique qu’à celle d’une portion de plan. Selon cette approche, ce sont les corps massifs présents dans l’Univers qui modèlent et sculptent l’espace. Il s’ensuit que les « géodésiques » de cet espace, les courbes de « plus court chemin » parcourues par les rayons lumineux, ne sont plus des droites : la courbure acquise ainsi par l’espace fait que les rayons lumineux ne se déplacent pas en ligne droite à proximité des corps massifs. L’observation de la déviation des rayons lumineux issus d’étoiles alignées avec le Soleil lors des éclipses totales a démontré l’intérêt de cette description. Le phénomène de mirage gravitationnel, qui multiplie les images d’un astre lointain, est une autre conséquence de la déviation des rayons lumineux.

La théorie de la relativité générale ne contredit pas la théorie de Newton, mais la complète plutôt en ne la modifiant de façon significative que dans des situations exceptionnelles. Sa complexité mathématique ne la rend accessible qu’à une petite fraction des physiciens. Par ailleurs, les difficultés inhérentes à toute étude expérimentale d’un effet gravitationnel se conjuguent aux incertitudes liées à l’usage d’un formalisme qui se plie difficilement à l’art des approximations successives grâce auxquelles un physicien théoricien prédit habituellement le résultat d’une mesure.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Système de Ptolémée

Système de Ptolémée

Système de Copernic

Système de Copernic

Le système de Tycho Brahe

Le système de Tycho Brahe

Autres références

  • GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

    • Écrit par Brandon CARTER
    • 8 922 mots
    • 3 médias

    Si l'on excepte la théorie classique de l'électromagnétisme, introduite bien plus tard par James Clerk Maxwell (1865), aucune théorie physique d'expression aussi simple que la loi du carré inverse de la distance, de Newton (1687), n'a jamais été aussi féconde. Si on laisse de côté quelques...

  • INTERACTIONS (physique) - Interaction gravitationnelle

    • Écrit par Alain KARASIEWICZ, Marie-Antoinette TONNELAT
    • 1 968 mots
    • 2 médias

    La gravitation est responsable de phénomènes aussi différents que la pesanteur ressentie par tout un chacun, le mouvement des planètes ou l'expansion de l'Univers. Cette force de gravitation est extrêmement faible entre particules élémentaires, mais ses effets deviennent importants si...

  • ACTION & RÉACTION, physique

    • Écrit par Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
    • 1 498 mots
    ...s'agit ici d'un usage plus conforme au sens courant du terme, puisque la question est celle de la capacité des corps à agir l'un sur l'autre sans contact –  telle la force de gravitation du Soleil attirant la Terre à cent cinquante millions de kilomètres de distance. L'attraction universelle de Newton, sous...
  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par Bernard PIRE, Jean-Marc RICHARD
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    Indirectement, cette mesure de masse inerte, test de la symétrie matière-antimatière CPT, est aussi sensible aux effets gravitationnels. En effet, selon les principes qui sont à la base de la relativité générale, le temps propre ou, si l'on veut, l'horloge interne du proton et de l'antiproton...
  • ASTÉROÏDES

    • Écrit par Christiane FROESCHLÉ, Claude FROESCHLÉ, Patrick MICHEL
    • 10 700 mots
    • 13 médias
    ...Au début des années 1980, une modélisation particulière du problème dynamique permit à Jack L. Wisdom de faire une avancée décisive en direction de l'hypothèse gravitationnelle. Il réussit à montrer que des astéroïdes fictifs placés dans la lacune 1/3 pouvaient être déstabilisés sur quelques centaines...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    ...à partir des lois de Kepler, Newton remonte à la cause première, la loi initiale qui provoque le mouvement des planètes et aboutit à la loi de la gravitation universelle : « Deux corps quelconques s'attirent en raison directe de leurs masses, et en raison inverse du carré de la distance de leur...
  • Afficher les 73 références

Voir aussi