GAIA MISSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Parallaxe trigonométrique

Parallaxe trigonométrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le satellite Gaia

Le satellite Gaia
Crédits : ATG medialab; ESO/ S. Brunier/ ESA

photographie


Une mission au service de l’astrométrie

L’objectif principal de la mission Gaia est de recenser environ 1,5 milliard d’étoiles de la Voie lactée, en donnant leurs positions précises, leur distance par rapport au Soleil, la valeur de leur déplacement annuel sur le ciel et bien d’autres caractéristiques physiques (température de surface, luminosité, âge, composition chimique, etc.). Ces informations seront fort précieuses pour la communauté astronomique mondiale, en raison de la nature fondamentale des données recueillies, de la précision des mesures, du nombre d’objets concernés et de la présence de toutes les catégories d’étoiles (jusqu’à la magnitude 20,5 – soit une luminosité 600 000 fois plus faible que celle des dernières étoiles visibles à l’œil nu).

La pratique de l'astrométrie remonte à l’Antiquité avec la réalisation des premiers catalogues stellaires en Chine et dans le monde méditerranéen, la description du mouvement des planètes et de la Lune, du mouvement apparent du Soleil et la prédiction des éclipses. Cette branche de l’astronomie a constitué l'activité majeure des observatoires astronomiques (et la raison de leur création) jusqu'à la fin du xixe siècle, avant d'être supplantée par l'astrophysique, qui s’est imposée au xxe siècle. L’astrométrie renaît dans les années 1960, grâce à l’accès à l’espace, avec le tout premier projet de mission spatiale pour l’astrométrie qui est proposé en 1967 au Centre national d'études spatiales (CNES) par l’astronome français Pierre Lacroute et qui sera baptisé plus tard Hipparcos. C’est à l’astrométrie que l’on doit la preuve du mouvement de la Terre autour du Soleil, de la mise en évidence du mouvement des étoiles et donc de l’affirmation que la sphère céleste, qui semble immuable à l’échelle d’une vie humaine, est en fait le théâtre de changements au cours des siècles.

Les obje [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, observatoire de la Côte d'Azur, Nice

Classification


Autres références

«  GAIA MISSION  » est également traité dans :

EXOPLANÈTES - Méthodes de détection

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE
  •  • 2 907 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Méthode astrométrique  »  : […] La méthode la plus intuitive est la mesure de la position (coordonnées) de l’étoile sur une carte du ciel (astrométrie), avec la très grande précision requise pour déterminer de très faibles déplacements (de l’ordre de quelques fractions de seconde d’angle). La présence d’une exoplanète entraîne un mouvement périodique de l’étoile autour du centre de masse du système. Après analyse, les lois de K […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exoplanetes/#i_55723

HIPPARCOS, mission

  • Écrit par 
  • Catherine TURON
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’avènement de l’astrométrie spatiale »  : […] Dès 1965, soit seulement huit ans après le lancement de Spoutnik-1 – premier satellite artificiel –, l’astronome Pierre Lacroute, alors directeur de l’observatoire de Strasbourg, expose l’idée très originale d’effectuer ces mesures depuis l’espace. Il propose ce projet au Centre national d’études spatiales (CNES) deux ans plus tard. Trois des principes de base de la future mission Hipparcos étaien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hipparcos-mission/#i_55723

Voir aussi

Pour citer l’article

François MIGNARD, « GAIA MISSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaia-mission/