GAIA MISSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le traitement des données

Les données reçues sont d’abord acheminées à l’ESOC (European Space Operations Centre) – centre des opérations spatiales de l'ESA, localisé à Darmstadt (Allemagne) – avant d’être remises quelques heures plus tard à un consortium de scientifiques européens sélectionnés par l’ESA. Les premiers traitements informatiques en temps réel débutent avec un contrôle journalier permettant de s’assurer du bon fonctionnement du satellite, de la qualité des mesures et de mettre en forme les données pour les traitements plus globaux effectués sur des cycles de six mois.

Quelque quatre cent cinquante chercheurs et ingénieurs de vingt-cinq pays sont réunis dans le Consortium de traitement et d’analyse des données appelé DPAC (Data Processing and Analysis Consortium). Créé en juin 2006, ce dernier a pour rôle de transformer les mesures brutes (photons collectés dans telle direction du ciel à un instant donné) en un ensemble cohérent de données utilisables par les astronomes (positions, distances, éclats, etc.).

Les premiers résultats (GDR 1 pour Gaia Data Release 1) ont été présentés le 14 septembre 2016, soit 1 000 jours après le lancement de Gaia. Ils concernent le traitement de quatorze mois de données acquises de la fin juillet 2014 à septembre 2015. Il a fallu près de deux années (le travail ayant débuté peu après l’acquisition des premières données) pour effectuer et valider ce premier traitement, organiser l’accès à la base de données pour la communauté scientifique et documenter l’ensemble. En plus du recensement de plus d’un milliard d’étoiles, limité à leur position sur la sphère céleste et leur luminosité, un plus petit catalogue – concernant plus de deux millions d’étoiles brillantes – donne, pour chacune d’elles, sa position, son déplacement annuel sur le plan du ciel et sa distance avec une précision typique de 0,3 millième de seconde de degré. Par rapport à Hipparcos, avec ce petit catalogue, on a multiplié par un facteur vingt le nombre d’étoiles dont la distance a été directement mesurée par la méthode trigonométrique, et par trois la précisi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Parallaxe trigonométrique

Parallaxe trigonométrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le satellite Gaia

Le satellite Gaia
Crédits : ATG medialab; ESO/ S. Brunier/ ESA

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, observatoire de la Côte d'Azur, Nice

Classification

Autres références

«  GAIA MISSION  » est également traité dans :

EXOPLANÈTES - Méthodes de détection

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE
  •  • 2 907 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Méthode astrométrique  »  : […] La méthode la plus intuitive est la mesure de la position (coordonnées) de l’étoile sur une carte du ciel (astrométrie), avec la très grande précision requise pour déterminer de très faibles déplacements (de l’ordre de quelques fractions de seconde d’angle). La présence d’une exoplanète entraîne un mouvement périodique de l’étoile autour du centre de masse du système. Après analyse, les lois de K […] Lire la suite

HIPPARCOS MISSION

  • Écrit par 
  • Catherine TURON
  •  • 1 376 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’avènement de l’astrométrie spatiale »  : […] Dès 1965, soit seulement huit ans après le lancement de Spoutnik-1 – premier satellite artificiel –, l’astronome Pierre Lacroute, alors directeur de l’observatoire de Strasbourg, expose l’idée très originale d’effectuer ces mesures depuis l’espace. Il propose ce projet au Centre national d’études spatiales (CNES) deux ans plus tard. Trois des principes de base de la future mission Hipparcos étaien […] Lire la suite

Pour citer l’article

François MIGNARD, « GAIA MISSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaia-mission/