Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCLIPSES

Éclipses - crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Éclipses

Tous les corps du système solaire tiennent leur luminosité du Soleil. Un corps est éclipsé totalement ou partiellement si tout ou partie de ce corps est plongé dans l'ombre projetée par un autre corps. Ainsi, la Terre engendre un cône d'ombre à l'opposé du Soleil ; quand la Lune ou un satellite artificiel s'y trouvent complètement plongés, ils cessent d'être éclairés : il y a éclipse totale de ces corps.

Quand la Lune passe entre le Soleil et la Terre, elle peut masquer tout ou partie du Soleil, car leurs diamètres apparents sont voisins (0,50). Il ne s'agit évidemment pas d'une éclipse au sens où nous l'avons définie (le Soleil ne cesse pas d'être éclairé !), mais d'une occultation du Soleil par la Lune. Cependant, la tradition – suivie dans cet article – donne à ce phénomène le nom d'éclipse de Soleil.

Possibilité des éclipses

Supposons que l' orbite de la Lune autour de la Terre soit dans le plan de l'écliptique, plan de l'orbite de la Terre autour du Soleil. Au moment de la pleine Lune, la Terre s'interpose devant le Soleil, mais il faut calculer si, compte tenu des dimensions de la Terre et du Soleil ainsi que de leur distance mutuelle, le cône d'ombre formé est assez allongé pour que la Lune s'y trouve plongée.

Éclipses de Lune - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éclipses de Lune

R (6 378 km) et r (696 000 km) étant les rayons de la Terre et du Soleil, respectivement, et D (de l'ordre de 149 597 800 km) la distance Terre-Soleil, la distance x entre le centre de la Terre et le sommet du cône d'ombre est égale à RD/(r — R) = D/108, soit environ 1 384 000 kilomètres. La Lune, dont la distance à la Terre est en moyenne égale à 380 000 kilomètres, peut donc bien être plongée dans le cône d'ombre.

À chaque nouvelle Lune, la Lune est alignée avec le Soleil et la Terre, et située entre eux. Soit r′ (1 738 km) le rayon de la Lune, D′ la distance Lune-Soleil (149 220 000 km environ) ; la distance x′ du centre de la Lune au sommet du cône d'ombre formé par le Soleil et la Lune est égale à rD′/(r — r′), soit environ 374 000 kilomètres.

La distance de la Terre à la Lune pouvant varier de 364 000 à 405 900 kilomètres, la Terre peut se trouver en partie dans le cône d'ombre projeté par la Lune mais elle ne peut pas y être plongée totalement ; elle peut aussi se trouver au-delà du sommet du cône. Si la Terre se trouve entre la Lune et le sommet du cône, il y a une éclipse totale de Soleil en certains points de la Terre ; si elle se trouve au-delà du sommet du cône, le diamètre apparent de la Lune étant inférieur à celui du Soleil, on observe une éclipse annulaire en certains points de notre planète (cf. infra).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, astronome au Bureau des longitudes

Classification

Pour citer cet article

Bruno MORANDO. ÉCLIPSES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Éclipses - crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Éclipses

Éclipses de Lune - crédits : Encyclopædia Universalis France

Éclipses de Lune

Éclipse lunaire - crédits : M. S. Jurgielewicz/ Shutterstock

Éclipse lunaire

Autres références

  • ÉCLIPSE SOLAIRE DU 11 AOÛT 1999

    • Écrit par
    • 346 mots

    L'étude du halo de gaz ionisé – la couronne – qui entoure notre étoile n'a longtemps été possible que durant une occultation totale de l'astre du jour par la Lune, phénomène qui est improprement qualifié d'éclipse totale de Soleil. Mais, depuis l'invention du coronographe...

  • ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919

    • Écrit par
    • 1 335 mots
    • 2 médias

    L’éclipse solaire totale du 29 mai 1919 est restée célèbre, en astronomie comme en physique, car elle a permis de montrer, par l’observation et pour la première fois, que les rayons lumineux sont déviés lorsqu’en se propageant dans l’Univers ils passent à proximité d’astres de masse importante...

  • ASTROLOGIE

    • Écrit par
    • 13 311 mots
    ...autres phénomènes sont perceptibles immédiatement et le furent de tout temps, relevant ainsi d'une préastrologie se perpétuant, à cette différence près que l'on connaît le cycle des éclipses depuis l'Antiquité, alors que la comète a résisté, jusqu'à l'identification du passage de la comète de Halley – celle...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    ...500-428 av. J.-C.), qui eut l'intuition de génie que les planètes et la Lune étaient des corps solides analogues à la Terre et lancés dans l'espace comme des projectiles. Il en déduisit la première explication exacte des éclipses de Lune, par immersion de celle-ci dans l'ombre de la Terre.
  • CALENDRIERS

    • Écrit par
    • 9 907 mots
    • 4 médias
    ...avec les succès du gouvernement. Les responsabilités de l'astronome impérial, dont la charge est héréditaire, sont étendues et malheur aux échecs. Une éclipse de soleil était considérée comme un signe adressé à l'empereur, qui devait alors expier ses fautes. Le jour prévu, l'empereur battait du tambour...
  • CONJONCTION, astronomie

    • Écrit par
    • 226 mots
    • 1 média

    Position de deux astres dont les longitudes célestes géocentriques ou héliocentriques sont égales. La conjonction est dite conjonction vraie lorsque les deux astres ont également même latitude et se trouvent donc sur un même rayon visuel. L'astre médian provoque alors, le plus souvent, une éclipse....

  • Afficher les 11 références