Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CENTRE SPATIAL GUYANAIS

Le 26 novembre 1965, la France devenait la troisième puissance spatiale en mettant sur orbite avec le lanceur Diamant A, à partir de la base d'Hammaguir située dans le Sahara algérien, son premier satellite : la capsule technologique A1, plus connue sous le nom d'Astérix. Les accords de 1962 avec le Front de libération national (F.L.N.), relatifs à l'indépendance de l'Algérie, autorisaient toutefois la France à poursuivre ses lancements de satellites et ses essais de missiles jusqu'en 1967. La recherche d'un nouveau lieu s'engagea dès 1963 et quatorze sites furent étudiés en métropole et outre-mer.

Choix et construction du site de Kourou

C'est en avril 1964 que le gouvernement français a entériné le choix de Kourou, en Guyane, qui cumulait plusieurs avantages :

– une ouverture sur l'océan Atlantique vers l'est permettant de bénéficier de la vitesse de rotation de la Terre et où pourraient retomber sans risque les étages propulsifs des lanceurs ;

– sa proximité de l'équateur, là où cette vitesse de rotation de la Terre est maximale ;

– une région exempte de séismes et de cyclones.

– l'existence d'excellentes conditions d'observation pour le suivi de la trajectoire des lanceurs après leur décollage.

De 1964 à 1968, de gigantesques travaux d'aménagement sont entrepris : réseau routier, construction d'un pont sur le fleuve Kourou, fourniture en eau, en énergie, en moyens de télécommunications, stations radar et logements pour les personnels du C.N.E.S. (Centre national d'études spatiales), hôtels, etc. Deux pas de tir sont aménagés : l'un pour les fusées-sondes ; l'autre pour le lanceur Diamant B (succédant au Diamant A).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Centre spatial guyanais - crédits : Arianespace/ CSG Service Optique, 2006/ ESA/ CNES

Centre spatial guyanais

Fusée-sonde Véronique - crédits : CNES, 1968

Fusée-sonde Véronique

Centre spatial guyanais : premiers lancements - crédits : Encyclopædia Universalis France

Centre spatial guyanais : premiers lancements

Autres références

  • CAYENNE

    • Écrit par Emmanuel LÉZY
    • 456 mots
    • 1 média

    Cayenne est la préfecture du département-région d'Outremer (D.O.M.-R.O.M.) de Guyane. La ville compte près de 63 000 habitants en 2006, mais l'agglomération regroupe près de la moitié de la population du département estimée à 200 000 habitants en 2006. La ville a été construite sur un marécage, sur...

  • CNES (Centre national d'études spatiales)

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 4 273 mots
    • 4 médias
    ...quarante-huit lancements intervenus à Hammaguir et à Kourou de 1959 à 1969. Une Véronique A.G.I. sera d'ailleurs la première fusée lancée du tout nouveau Centre spatial guyanais (C.S.G.) de Kourou, le 9 avril 1968. Ce fut aussi avec une Véronique A.G.I. que, le 22 février 1961, le rat Hector effectua un...
  • ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'Europe spatiale

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 2 969 mots
    • 5 médias
    ...indépendance en matière de lancement de satellites, l'Europe procède le 24 décembre 1979 au tir du premier exemplaire de son lanceur Ariane, à partir du Centre spatial guyanais de Kourou, en Guyane française. D'abord prévu le 15 décembre, le lancement ne peut avoir lieu ce jour-là : les quatre moteurs...
  • OUTRE-MER FRANCE D'

    • Écrit par Jean-Christophe GAY
    • 6 561 mots
    • 7 médias
    ...nombreux Polynésiens, dont les pathologies radio-induites (cancers de la thyroïde, leucémies...) ont été reconnues par le Parlement en 2009. De même, la construction, en 1964, du Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou a été dictée par son éloignement des grands foyers de peuplement, ainsi que par sa...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi