HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

“La Mort d'Empédocle”, “Odes”, “Hymnes”, “Élégies”

Il est vraisemblable que cette “histoire” influença indirectement le développement de son unique projet dramatique “propre”, La Mort d'Empédocle : tragédie politique de l'homme qui refuse le trône que lui offrent ses concitoyens, mais aussi tragédie de l'homme fasciné par l'engloutissement dans la mort et le retour à l'élémentaire. Hölderlin y travailla pendant son premier séjour à Homburg, cette “colonie d'aventuriers”, où il devait retrouver plusieurs intellectuels fortement politisés : Isaac von Sinclair, Siegfried Schmid, Ulrich Böhlendorff...

D'Empédocle, il existe trois versions fragmentaires, inégalement longues, qui montrent la lutte que mène l'auteur avec le sens même de l'histoire d'Empédocle d'Agrigente, médecin, philosophe “pré-socratique”, archétype du révolutionnaire renversant un roi pour instaurer la république, qui se jeta dans l'Etna, d'où ne serait revenue que sa sandale... Dans ces trois fragments, Hölderlin “travaille” les raisons mêmes du suicide d'Empédocle, “ennemi mortel de toute existence bornée...” : châtiment d'un coupable sentiment de supériorité par rapport à la nature, retour volontaire et libre à l'origine, enfin, plus près de la légende, sacrifice allégorique censé contraindre les citoyens d'Agrigente à devenir “politiquement adultes”. Car “ce n'est plus le temps des rois”. Il est temps de devenir citoyen, de savoir s'affranchir du passé, de la tradition, de lever les yeux vers “la divine nature”. La genèse de cette tragédie jamais achevée est peut-être liée indirectement à l'observation à distance de la carrière de Bonaparte en France. Elle reprend les questions politiques du temps. Il semble aussi que l'influence de Jean-Jacques Rousseau (y compris de sa biographie d'homme persécuté) joue un rôle très important dans la genèse des trois versions.

Avec le départ de Homburg s'achève une période de l'existence de Hölderlin encore ouverte sur des sens différents, des voies nouvelles. Commence alors une sorte d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, docteur, maître de conférences à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_877

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Parus parfois de son vivant dans quelques revues, mais en grande partie inédits au moment où débuta la seconde « moitié de sa vie » marquée par la folie (1806-1843), les poèmes de Friedrich Hölderlin (1770-1843) ne furent pas d'emblée rassemblés en un recueil ou un cycle achevé. Les difficultés de publication que connut leur auteur, aggravées par son propre destin, mettent d'emblée en évidence un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_877

Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le Vénitien Luigi Nono s'affirme comme un compositeur engagé, conscient des inégalités et des injustices sociales: ses recherches sur l'essence du son, constitutives de sa pensée musicale, sont indissociables de son engagement politique. Son œuvre manifeste sa passion pour la voix, dont témoignent Il Canto sospeso (1956) – pièce entièrement sérielle dont le texte est tiré de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragmente-stille-an-diotima-nono-luigi/#i_877

HYPÉRION

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 283 mots

L'un des Titans, père d'Hélios (le Soleil), de Séléné (la Lune) et d'Éos (l'Aurore), identifié parfois lui-même avec le Soleil (son nom signifie en grec « celui qui va au-dessus [de la Terre] »), Hypérion n'occupe dans la mythologie ancienne qu'une place secondaire. C'est au temps du romantisme que John Keats lui confère la valeur et la beauté d'un mythe majeur en écrivant son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperion/#i_877

LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

  • Écrit par 
  • Sergio SOLMI
  •  • 2 844 mots

Dans le chapitre « Le poète de la douleur maîtrisée »  : […] Comme pour beaucoup de grands esprits, la poésie et la pensée de Leopardi naissent sous le signe de la contradiction. Poète, il apparaît lié à la tradition néo-classique de son temps et prévenu contre les nouveautés romantiques. Le classicisme gréco-romain se présente au jeune Leopardi comme un « surmonde » mythique, caractérisé par des perfections à jamais disparues, et dont les modernes ne pourr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/#i_877

Pour citer l’article

Jean-Pierre LEFEBVRE, « HÖLDERLIN FRIEDRICH - (1770-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/