HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hölderlin est devenu une sorte d'emblème de la poésie allemande, et son nom, comme ceux de Paul Celan ou de Rilke, auxquels il est associé par des liens contradictoires, est employé dans le monde entier comme le shibboleth, le signe de reconnaissance et de connivence qu'échangent ceux qui ont décidé de ne parler que de la poésie, de choses essentielles. Si l'opinion omniprésente qu'il est “le plus grand poète allemand” est parfois combattue, notamment par les admirateurs de Goethe, l'idée qu'il est “le plus poète” des grands de la littérature allemande n'est guère contestée. Enfin, il fut aussi peut-être “le plus allemand” des grands poètes, et cette qualité qu'il n'aurait pas reniée, au moins comme un idéal, mais qu'il faut penser dans ses circonstances historiques particulières, lui a valu au xxe siècle l'hommage actif des idéologues du national-socialisme : le centenaire de sa mort, peu après Stalingrad, a donné lieu à des célébrations “appropriatrices” dont l'écho trouble encore la lecture de ses œuvres. Tübingen fut “déjudéisé”. Trois vers entiers du poème La Mort pour la patrie furent gravés dans le marbre du stade olympique de Berlin. Dans les musettes des soldats de la Wehrmacht en train de mettre l'Europe à feu et à sang, on glissa une petite anthologie spéciale des poèmes de Hölderlin, dite Feldauswahl.

Friedrich Hölderlin

Friedrich Hölderlin

Photographie

L'œuvre de Friedrich Hölderlin (1770-1843) est tout entière traversée par la nostalgie: de la Grèce, de la Révolution, d'un réveil de l'Allemagne, d'une communion avec la nature et avec «Diotima». Ses hymnes, odes et élégies n'ont cessé d'alimenter la réflexion sur ce que peut la... 

Crédits : AKG

Afficher

Inimaginable récupération pour qui connaît un peu la vie et l'œuvre d'un auteur qui avait eu dans Hypérion des mots si durs pour les Allemands, repris dès 1843 en quasi-exergue des Annales franco-allemandes des trois proscrits, Ruge, Engels et Marx.

Le récit de sa vie ne suffit pas à dénoncer les images déformées que la postérité a produites. Elle fut dominée par l'échec, assombrie par des deuils, engloutie par la maladie, frappée de solitude, ternie d'incompréhensions, seulement éclairée par quelques moments d'enthousiasme, une intense histoire d'amour, et la lumière d'œuvres prodigieusement réussies et reconnues.

Nürtingen

Hölderlin est souabe. On imagine [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, docteur, maître de conférences à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_877

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Parus parfois de son vivant dans quelques revues, mais en grande partie inédits au moment où débuta la seconde « moitié de sa vie » marquée par la folie (1806-1843), les poèmes de Friedrich Hölderlin (1770-1843) ne furent pas d'emblée rassemblés en un recueil ou un cycle achevé. Les difficultés de publication que connut leur auteur, aggravées par son propre destin, mettent d'emblée en évidence un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_877

Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le Vénitien Luigi Nono s'affirme comme un compositeur engagé, conscient des inégalités et des injustices sociales: ses recherches sur l'essence du son, constitutives de sa pensée musicale, sont indissociables de son engagement politique. Son œuvre manifeste sa passion pour la voix, dont témoignent Il Canto sospeso (1956) – pièce entièrement sérielle dont le texte est tiré de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragmente-stille-an-diotima-nono-luigi/#i_877

HYPÉRION

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 283 mots

L'un des Titans, père d'Hélios (le Soleil), de Séléné (la Lune) et d'Éos (l'Aurore), identifié parfois lui-même avec le Soleil (son nom signifie en grec « celui qui va au-dessus [de la Terre] »), Hypérion n'occupe dans la mythologie ancienne qu'une place secondaire. C'est au temps du romantisme que John Keats lui confère la valeur et la beauté d'un mythe majeur en écrivant son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperion/#i_877

LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

  • Écrit par 
  • Sergio SOLMI
  •  • 2 844 mots

Dans le chapitre « Le poète de la douleur maîtrisée »  : […] Comme pour beaucoup de grands esprits, la poésie et la pensée de Leopardi naissent sous le signe de la contradiction. Poète, il apparaît lié à la tradition néo-classique de son temps et prévenu contre les nouveautés romantiques. Le classicisme gréco-romain se présente au jeune Leopardi comme un « surmonde » mythique, caractérisé par des perfections à jamais disparues, et dont les modernes ne pourr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/#i_877

Pour citer l’article

Jean-Pierre LEFEBVRE, « HÖLDERLIN FRIEDRICH - (1770-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/