HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tübingen

Le Stift, un ancien monastère des moines augustiniens, était – est encore – une sorte d'école normale supérieure avant la lettre, avec certes des finalités plus théologiques et ecclésiastiques que républicaines, mais avec un mode de fonctionnement fondé sur le recrutement des meilleurs élèves du pays, l'apprentissage avec des tuteurs, la pratique intensive de la philosophie et des langues anciennes, la perspective offerte à quelques-uns de sortir des finalités spécifiques de l'établissement (former des pasteurs), pour devenir précepteur, puis professeur, homme de lettres... De grands anciens avaient suivi ce chemin gratifiant : Kepler, notamment. De grands contemporains allaient faire de même : Hegel, Schelling. Il y avait là surtout de nombreux jeunes intellectuels anonymes, frottés de culture, ouverts à l'esprit du temps, politisés. Les “séminaristes” (ou Stiftler) dévoraient Kant et Rousseau. Ceux de la “promotion 1788” – celle de Hölderlin – avaient dix-neuf ans le 14 juillet 1789 : l'âge, à peu près, de Bonaparte, Beethoven, Chateaubriand, Alexandre von Humboldt... Ils devinrent adultes en chantant La Marseillaise, La Carmagnole, en renversant les tyrans de la terre dans des dédicaces aux amis (“les amis”, une notion phare de cette période). Le Stift n'est pas vraiment une bastille : ils s'y sentent et savent libres malgré la discipline de prison. Le dur apprentissage intellectuel, bien souvent bridé par le dogme, que Hölderlin identifie encore aux “galères de la théologie”, est plus ou moins consciemment assimilé à la constitution des savoirs nécessaires à la vie libre. Les amis du Stift sont aussi des compagnons de voyage, d'excursions lointaines, de marches à travers champs rythmées par des récitations de poèmes. La poésie de Hölderlin y éclôt, dans le triangle, la fédération des comparses Magenau, Neuffer. Ils imitent Matthison, Klopstock et Schiller.

C'est l'époque des premiers hymnes, dits “Hymnes de Tübingen”. Ils sont rimés, strophés, cadencés, conventionnels et parfois traversés d'éclairs étonnants. Les sujets sont “réflexifs” comme ceux du mo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, docteur, maître de conférences à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent aussi leur vie, à l'écart et quelque peu aigris, deux témoins du passé : Wieland et Herder. Pas si loin […] Lire la suite

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Parus parfois de son vivant dans quelques revues, mais en grande partie inédits au moment où débuta la seconde « moitié de sa vie » marquée par la folie (1806-1843), les poèmes de Friedrich Hölderlin (1770-1843) ne furent pas d'emblée rassemblés en un recueil ou un cycle achevé. Les difficultés de publication que connut leur auteur, aggravées par son propre destin, mettent d'emblée en évidence un […] Lire la suite

Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le Vénitien Luigi Nono s'affirme comme un compositeur engagé, conscient des inégalités et des injustices sociales: ses recherches sur l'essence du son, constitutives de sa pensée musicale, sont indissociables de son engagement politique. Son œuvre manifeste sa passion pour la voix, dont témoignent Il Canto sospeso (1956) – pièce entièrement sérielle dont le texte est tiré de lettres d'adieu de ré […] Lire la suite

HYPÉRION

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 283 mots

L'un des Titans, père d'Hélios (le Soleil), de Séléné (la Lune) et d'Éos (l'Aurore), identifié parfois lui-même avec le Soleil (son nom signifie en grec « celui qui va au-dessus [de la Terre] »), Hypérion n'occupe dans la mythologie ancienne qu'une place secondaire. C'est au temps du romantisme que John Keats lui confère la valeur et la beauté d'un mythe majeur en écrivant son Hypérion  : la suppl […] Lire la suite

LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

  • Écrit par 
  • Sergio SOLMI
  •  • 2 844 mots

Dans le chapitre « Le poète de la douleur maîtrisée »  : […] Comme pour beaucoup de grands esprits, la poésie et la pensée de Leopardi naissent sous le signe de la contradiction. Poète, il apparaît lié à la tradition néo-classique de son temps et prévenu contre les nouveautés romantiques. Le classicisme gréco-romain se présente au jeune Leopardi comme un « surmonde » mythique, caractérisé par des perfections à jamais disparues, et dont les modernes ne pourr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre LEFEBVRE, « HÖLDERLIN FRIEDRICH - (1770-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/