TITANS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Titans sont les six fils de la Terre (Gaia) et du Ciel (Ouranos) : Océan, Coios, Crios (Bélier), Hypérion (« qui va au-dessus », Soleil ou père du Soleil), Japet et Cronos « aux pensers courbes » (Hésiode, Théogonie, I, 134 sqq.). Le dernier-né mutile son père, qui les maintenait tous au sein de leur mère ; c'est, dit Hésiode, le Ciel qui les nomma alors Titans : « Il dit qu'en tendant (titainontas) [peut-être le bras, comme Cronos pour saisir le sexe du père, ou peut-être en se tendant eux-mêmes comme lui] dans leur présomption ils avaient accompli un grand acte, dont ensuite il y aurait en second vengeance (tisin) » (Ibid., I, 207 sqq.). Ils ont six sœurs titanides, Théia (la Divine), Rhéa, Thémis (le Droit), Mnémosyne (la Mémoire), Phoebé (la Brillante) et Téthys, à qui ils se peuvent unir : ainsi Cronos à Rhéa. C'est de cette seconde génération que vint, avec les Olympiens, la vengeance prédite. Zeus, le fils soustrait aux dents de Cronos, l'obligea à vomir ses enfants engloutis et triompha des Titans avec l'aide de leurs propres frères — Cyclopes forgeurs de foudre et Hécatonchires aux cent bras — et parfois de leurs propres fils, Prométhée notamment (Eschyle, Prométhée enchaîné, 214 sqq. ; mais il fait de Prométhée un Titan, et non pas, comme Hésiode, le fils de Japet), sinon d'eux-mêmes (l'Océan se serait rangé, lui aussi, aux côtés de Zeus, ou Japet et Mnémosyne, selon les traditions). La lutte, « titanomachie » divinement violente, durait alors depuis dix années (Hésiode, op. cit., 630 sqq.). Avec cette première génération était peut-être ensevelie une première orientation de la religion grecque : part la plus nocturne, comme la première religion perse avant Zarathoustra, ou juive avant Moïse (Walter Otto, Les Dieux de la Grèce, IV), représentée par ces Titans chthoniens — nés de la Terre, enfermés en son sein par leur père céleste, y enfermant leurs frères Cyclopes et Hécatonchires, enfin renfermés par leur propre fils en ce Tartare, loin au-dessous des Enfers —, forts plus que rusés, et plus familiers à la mort que les dieux lumineux de la neigeuse Olympe.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TITANS LES  » est également traité dans :

ATLAS, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 132 mots
  •  • 1 média

Fils du Titan Japet et de l'océanide Clyméné, frère de Prométhée. Chez Homère, Atlas apparaît comme un être d'origine marine, chargé de maintenir les piliers séparant le ciel et la terre et qui, pensait-on, reposaient au fond de la mer, juste au-delà de l'horizon, dans la direction de l'ouest. Plus tard, le nom d'Atlas fut attribué à une chaîne de montagnes du nord-ouest de l'Afrique. Selon Hésio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atlas-mythologie/#i_8716

ESCHYLE (env. 525-456 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dieux »  : […] Même si l'on considère la tragédie des Perses , qui est sans doute la plus proche de la réalité vécue, cette présence divine est essentielle. Le véritable auteur de la défaite perse est en effet un dieu : chacun le sait, chacun le dit. Et ce dieu ne peut que punir quelque faute passée. C'est bien pourquoi le chœur, dès le début, s'inquiète. Il revit en pensée l'orgueil de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschyle/#i_8716

HÉSIODE (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 2 495 mots

Dans le chapitre « La Théogonie : un mythe de souveraineté »  : […] Dès les premiers vers de la Théogonie (Θεογονία, généalogie des dieux), Hésiode s'affirme comme un poète inspiré, que les Muses ont choisi pour dire « ce qui sera et ce qui fut », et pour célébrer « la race de bienheureux toujours vivants ». Si l'on voulait ne voir dans cette affirmation qu'une référence banale à la vocation poétique, on commettrait le plus grave des contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hesiode/#i_8716

HYPÉRION

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 283 mots

L'un des Titans, père d'Hélios (le Soleil), de Séléné (la Lune) et d'Éos (l'Aurore), identifié parfois lui-même avec le Soleil (son nom signifie en grec « celui qui va au-dessus [de la Terre] »), Hypérion n'occupe dans la mythologie ancienne qu'une place secondaire. C'est au temps du romantisme que John Keats lui confère la valeur et la beauté d'un mythe majeur en écrivant son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperion/#i_8716

KRONOS ou CRONOS

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 417 mots

Kronos, fils de Terre et de Ciel, appartient à la deuxième génération divine : « Puis vint le plus jeune d'entre [les Titans], Kronos aux pensers courbes, le plus terrible des enfants ; et il prit en haine son géniteur florissant » (Hésiode, Théogonie ). La légende de Kronos est d'abord placée sous le signe de la haine et de son redoublement, la vengeance : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kronos-cronos/#i_8716

OCÉAN, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 102 mots

Personnification de l'eau, l'aîné des Titans, Océan ou Océanos, est représenté comme un fleuve coulant autour de la Terre, qu'on croyait être un disque plat. Sur l'autre rive de ce fleuve, du côté de l'ouest, on situa plus tardivement la patrie des Cimmériens où le soleil ne brillait jamais, le pays des rêves et l'entrée des Enfers. Suivant la Théogonie d'Hésiode, Océanos es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-mythologie/#i_8716

ORPHISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 1 640 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une religion des livres »  : […] Le refus prend d'autres formes. Il s'exprime en particulier dans un système de pensée de type cosmogonique, tout entier construit contre la tradition d'Hésiode et la « théologie » officielle des Grecs. Ces cosmogonies et théogonies orphiques ont souvent été tenues pour des constructions tardives, élaborées dans des milieux néo-platoniciens. La découverte, en 1962, à Derveni, près de Thessalonique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme/#i_8716

OURANOS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 694 mots

Premier fils de la Terre (Gaia) qui l'enfanta, Ouranos est « égal à elle-même et capable de la couvrir tout entière, Ciel étoilé, qui devait offrir aux dieux bienheureux une assise sûre à jamais » (Hésiode, Théogonie , 126 sqq.) Mais, avant de devenir le séjour privilégié des Olympiens, de voir son nom se changer en un nom commun, Ouranos fut leur ancêtre à tous, bien malgré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouranos/#i_8716

PROMÉTHÉE

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 713 mots

Titan, fils de Japet, Prométhée est le « prévoyant » : il connaît tout d'avance, il a tout prévu, contrairement à son frère, Épiméthée, qui ne comprend qu'après. Dans un des mythes de la souveraineté, la puissance de Zeus est tenue en échec par le savoir de Prométhée qui en sait plus que tout dieu ou tout homme mortel. Zeus a triomphé des Titans, mais il est menacé par un mariage avec une femme do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/promethee/#i_8716

THÉMIS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 257 mots

Fille d'Ouranos et de Gaia, avec laquelle elle se confond parfois (Eschyle, Prométhée , 209), Thémis est, parmi les Titanides, la déesse de la Loi. Elle est, après Mêtis, la seconde des épouses divines de Zeus (Hésiode, Théogonie , 901 sq.). Avec ce dernier, elle engendre les trois Heures (Eunomia, Dikè et Eirènè) qui veillent sur les actions des hommes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/themis/#i_8716

THÉOGONIE, Hésiode - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 772 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Toute-puissance divine et faiblesses humaines »  : […] Les principaux mythes du patrimoine grec sont évoqués dans la Théogonie . Mais, dans la multitude des divinités, Hésiode se limite parfois à une simple présentation généalogique. Il accorde toutefois davantage de place aux unions entre déesses et mortels, ou dieux et mortelles, qui enfantent la race des héros, promise à occuper une place centrale dans la littérature grecque d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theogonie-hesiode/#i_8716

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « TITANS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-titans/