HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyage en France

Le voyage de Hölderlin en France n'a cessé de fasciner les historiens de la littérature et les écrivains de tous les pays. L'imagination s'est emparée du silence de Hölderlin sur ces six mois pour conforter d'inventions diverses l'imagerie romantique du poète halluciné, inspiré, hagard. Ces projections ont longtemps obnubilé la lecture du célèbre poème Souvenir, qui décrit la rive droite de la Garonne, depuis laquelle le poète contemple et salue la ville de Bordeaux. Ces incompréhensions concrètes font système avec le refus de considérer que Hölderlin a rencontré en France un pays réel, autre que fantasmatique. Il est de même vraisemblable que l'étonnant détour fait par Lyon en janvier 1802 pour rejoindre Bordeaux ainsi que le temps assez long passé à Strasbourg avant qu'il obtienne un passeport autorisant ce détour furent motivés par le désir de voir de loin, sinon de rencontrer, le grand homme Bonaparte, annoncé dans cette ville où devait se tenir, en janvier 1802 précisément, la consulta par laquelle il accorda aux Italiens une sorte de première indépendance nationale républicaine. Quand on sait la fascination de Hölderlin (et de nombreux Allemands de cette époque) pour Bonaparte, ce geste n'est guère surprenant. Le même refus de considérer l'arrière-plan réel de son séjour semble marquer aussi la réception et l'interprétation du grand hymne intitulé Fête de la paix : commencé pour célébrer la paix de Lunéville, en 1801, puis abandonné, Hölderlin le reprend après son retour de France pour célébrer cette fois la paix d'Amiens et la signature des lois concordataires en mars-avril 1802 : la réconciliation universelle du ciel, de la mer et de la terre, et la gloire du prince de cette paix, Bonaparte, convoquant même Jésus et l'esprit du christianisme à cette célébration. Mais cette paix, au lieu d'ouvrir le millénaire de bonheur espéré, fut bien vite rompue par l'Angleterre, et Hölderlin retira de la réalité ce poème entièrement achevé, et même déjà préfacé en vue d'une publication. On ne devait le retrouver qu'en 1954. Il ne semble pas, en revan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, docteur, maître de conférences à l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_877

ÉLÉGIES ET HYMNES, Friedrich Hölderlin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Parus parfois de son vivant dans quelques revues, mais en grande partie inédits au moment où débuta la seconde « moitié de sa vie » marquée par la folie (1806-1843), les poèmes de Friedrich Hölderlin (1770-1843) ne furent pas d'emblée rassemblés en un recueil ou un cycle achevé. Les difficultés de publication que connut leur auteur, aggravées par son propre destin, mettent d'emblée en évidence un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elegies-et-hymnes/#i_877

Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le Vénitien Luigi Nono s'affirme comme un compositeur engagé, conscient des inégalités et des injustices sociales: ses recherches sur l'essence du son, constitutives de sa pensée musicale, sont indissociables de son engagement politique. Son œuvre manifeste sa passion pour la voix, dont témoignent Il Canto sospeso (1956) – pièce entièrement sérielle dont le texte est tiré de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragmente-stille-an-diotima-nono-luigi/#i_877

HYPÉRION

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 283 mots

L'un des Titans, père d'Hélios (le Soleil), de Séléné (la Lune) et d'Éos (l'Aurore), identifié parfois lui-même avec le Soleil (son nom signifie en grec « celui qui va au-dessus [de la Terre] »), Hypérion n'occupe dans la mythologie ancienne qu'une place secondaire. C'est au temps du romantisme que John Keats lui confère la valeur et la beauté d'un mythe majeur en écrivant son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperion/#i_877

LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

  • Écrit par 
  • Sergio SOLMI
  •  • 2 844 mots

Dans le chapitre « Le poète de la douleur maîtrisée »  : […] Comme pour beaucoup de grands esprits, la poésie et la pensée de Leopardi naissent sous le signe de la contradiction. Poète, il apparaît lié à la tradition néo-classique de son temps et prévenu contre les nouveautés romantiques. Le classicisme gréco-romain se présente au jeune Leopardi comme un « surmonde » mythique, caractérisé par des perfections à jamais disparues, et dont les modernes ne pourr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/#i_877

Pour citer l’article

Jean-Pierre LEFEBVRE, « HÖLDERLIN FRIEDRICH - (1770-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/