FOYERS DE CULTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers un universalisme chrétien : le cénacle de La Chênaie

Le mouvement humaniste n'était certes pas majoritaire dans le pays ni dans l'Université du xvie siècle, mais il représentait une minorité active, soutenue par le roi et la cour. Il s'agissait d'un foyer de culture privilégié, alors qu'il arrive souvent que les contours soient moins nets, l'institution plus précaire. Le cénacle de La Chênaie est marqué dès le début par le sentiment d'appartenir à une minorité qui ne peut se défendre qu'en soutenant une guerre de siège contre un environnement hostile, à la manière de Port-Royal deux cents ans plus tôt.

À l'origine, il y a le grand projet de Lamennais : fonder un nouvel ordre qui utiliserait toutes les formes de la culture moderne pour orienter les sociétés du xixe siècle vers un universalisme chrétien. Cette congrégation de Saint-Pierre entendait restaurer côte à côte la théologie et la philosophie chrétiennes, en s'appuyant sur une vaste enquête sur les sociétés modernes étudiées à travers leurs littératures. Le noviciat du futur ordre, localisé à Malestroit, était confié à Jean-Marie de Lamennais, le frère de Félicité, qui ouvrait à La Chênaie une sorte de vestibule de l'ordre, où il recevait et commençait à former des jeunes gens. Projet strictement religieux à l'origine, mais qui, du fait de la personnalité du réalisateur, va prendre tout de suite une orientation culturelle. La correspondance du plus célèbre des pensionnaires de La Chênaie, Maurice de Guérin, permet de suivre pas à pas le déroulement du programme : l'un des moniteurs fait des recherches sur Dante, un autre sur Calderón, d'autres sur Milton, sur les poètes lakistes anglais, sur les romantiques allemands, sur Mickiewicz... Tout se passe comme si Lamennais avait voulu, en prouvant le mouvement par la marche, valider les théories du Génie du christianisme sur les classiques chrétiens qui, dans l'avenir, devraient faire contrepoids aux classiques de l'Antiquité païenne. Chacun était mis à contribution pour mener à bien cette ambitieuse enquête qui devait éveiller chez ceux qui la menaient un sentiment d'appartenance à la civilisation de l'Europe chrétienne, grâce à l'exploration de littératures étrangères rattachées à un tronc commun.

À une époque où seules les langues anciennes étaient réellement enseignées, on s'attaquait aussi à l'étude des langues modernes pour mieux comprendre les auteurs. À Malestroit, on allait jusqu'à interdire l'usage du français pendant les promenades en utilisant les connaissances de quelques novices ou d'étrangers de passage, pour en faire des moniteurs d'exercices pratiques de langues. Le fait d'avoir travaillé avec les moyens du bord ne diminue pas le mérite de ces pionniers de la réconciliation des cultures. Nous sommes en effet en présence d'un des premiers programmes de littérature comparée jamais expérimentés en Europe, lié à une profonde prise de conscience de l'identité européenne. Ajoutons que Lamennais élargissait encore le cercle à l'œcuménisme culturel prôné par Chateaubriand en l'étendant jusqu'à l'Extrême-Orient. C'est à l'un de ses disciples les plus proches, Eugène Boré, étudiant en langues orientales avant de devenir rédacteur du Journal asiatique, qu'il allait confier l'étude des littératures et religions d'Asie.

La courte durée du cénacle mennaisien, la dispersion des disciples après sa condamnation par Rome, la confusion qui s'est ensuivie, tout pouvait faire croire à une extinction pure et simple. Le temps du phalanstère était passé. Mais il suffit de regarder de près les carrières des survivants de La Chênaie pour trouver deux supérieurs d'ordres, des prêtres, un évêque, des journalistes, des enseignants, un poète, sans parler des amis qui, tout en réprouvant la rupture de Lacordaire avec Rome, n'en ont pas moins conservé une impulsion et des idées maîtresses qui ont gouverné leurs vies : c'est le cas de Montalembert, de Lacordaire lui-même, de Gerbet. Quant aux complices politiques du Lamennais « dernière manière », les Victor Hugo, les Michelet, les Lamartine, ils sont porteurs d'une synthèse culturelle universaliste et pacifiste, hostile aux hiérarchies et aux cloisonnements nationaux, qui va dans le droit fil de l'enseignement de La Chênaie. Si l'on remontait les filières d'origine du christianisme social, de l'univers de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier

Une lecture chez Madame Geoffrin, A.C.G. Lemonnier
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L'Atelier de Bazille, F. Bazille

L'Atelier de Bazille, F. Bazille
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Théâtre d’ombres au cabaret du Chat noir

Théâtre d’ombres au cabaret du Chat noir
Crédits : Musée Carnavalet/ Leemage/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à l'université de Berkeley, professeur émérite à l'université de Manchester, fondateur de l'Institut collégial européen

Classification

Autres références

«  FOYERS DE CULTURE  » est également traité dans :

BEACH SYLVIA (1887-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Sylvia Beach fut, avec Adrienne Monnier, l'une des grandes figures de la vie littéraire parisienne, en particulier dans les années 1920, lorsque sa librairie offrait aux écrivains expatriés un lieu de rencontre et accueillait les auteurs français qui découvraient un nouveau continent, la littérature américaine. Née le 14 mars 1887 à Baltimore (Maryland), Sylvia Woodbridge Beach fréquente peu l'éc […] Lire la suite

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 404 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Berlin, capitale des arts ? »  : […] Parmi les experts, l’idée en vogue, dans les années 1990, voulait que Berlin, située géographiquement à mi-chemin entre Stockholm et Rome, entre Paris et Moscou, soit vouée à s’imposer comme le point de rencontre des gens de culture de toute l’Europe et à se révéler comme un « tremplin vers l’Est ». Mieux encore, avec son millier d’hectares de réserves foncières pouvant être affectées à l’industri […] Lire la suite

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce aux expositions universelles qui l'ont consacrée Ville Lumière, Paris repr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert GADOFFRE, « FOYERS DE CULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/