BERLIN (foyer culturel)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’originalité culturelle de Berlin s’ébauche à la fin du xixe siècle. Elle s’affirme dans les années 1920, après la formation du Grand Berlin résultant de l’annexion d’une partie de la banlieue. La capitale de la République de Weimar (1919-1933) s’impose alors comme un des pôles artistiques de l’Europe. S’y développent (avec l’agonie de l’expressionnisme dans l’entourage de la revue Der Sturm, la Nouvelle Objectivité, le réalisme social) les avant-gardes littéraire, théâtrale, photographique et ‒ notamment avec les films confusément catalogués « expressionnistes » ‒ cinématographique. Ce bouillonnement est étouffé en 1933, dès qu’Adolf Hitler occupe le poste de chancelier auquel il a été appelé par le président de la République, le maréchal Hindenburg. Le gouvernement nazi veut voir en Berlin le lieu représentatif de la politique du IIIe Reich. Après la défaite de l’Allemagne en 1945, la ville est scindée en quatre « zones d’occupation ». Elle est séparée en deux par un mur à partir de 1961. De chaque côté, urbanisme et vie culturelle vont être organisés conformément aux positions idéologiques réciproques des instances officielles. La « chute » du Mur en 1989 signifie pour la ville un redémarrage, tant dans l’Allemagne réunifiée que dans la Communauté européenne. L’urbanisme de la nouvelle capitale est réaménagé fondamentalement, et les traces de la mémoire historique de Berlin suscitent de nombreux débats.

Une ville en constante transformation

À la suite de l’avènement de la République de Weimar en 1919, Berlin a été réorienté par ses édiles vers une « métropole » à l’américaine structurée par de grands axes, avec un centre-ville et une grille de quartiers disposés tout autour. Son dynamisme d’alors a été transposé dans Berlin, symphonie d’une grande ville (1927) [Die Sinfonie der Großstadt], film muet de Walter Ruttmann, ou dans le roman d’Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz (1929). Ce fut le rayonnement de ses théâtres, avec des pièces de Bertolt Brecht, d’Ernst Toller, de Carl Zuckmayer, et les mises en scène d’Erwin Piscator. Les peintres de la Nouvelle Objectivité, ou soucieux d’un « réalisme social », comme Otto Dix et George Grosz, y trouvèrent de nombreux sujets d’inspiration. Les amateurs de musique affluèrent pour écouter les compositions de Paul Hindemith, d’Arnold Schönberg, de Kurt Weill. Tournés dans les studios de l’U.F.A. (Universum-Film AG) à Babelsberg, un quartier de Potsdam, les films de Fritz Lang, Fritz Wilhelm Murnau, Georg Wilhelm Pabst et Josef von Sternberg hissèrent le cinéma allemand à une place de choix.

Vue aérienne de Berlin

Photographie : Vue aérienne de Berlin

Au XXe siècle, notamment de 1912 à 1920, la ville de Berlin s'étend en intégrant un nombre important de communes adjacentes. Elle devient alors la plus grande ville industrielle du continent européen et un important foyer de création artistique. À nouveau capitale politique et... 

Crédits : S. Diemer/ Imagebroker/ Age Fotostock

Afficher

Dès 1933, les gouvernants nazis entreprennent de balayer cette culture qu’ils jugent délétère et, à partir de 1937, de démanteler la ville, au profit d’un urbanisme exaltant l’omnipotence du IIIe Reich, à travers des édifices gigantesques de style néo-classique. Hitler, qui avait choisi l’architecte Albert Speer comme planificateur, assignait à Berlin le rôle de «capitale du monde», sous le nouveau nom de Germania. Mais, en 1945, les bâtiments qui restent debout sont rares au milieu des 75 millions de mètres cubes de décombres.

La fin de la Seconde Guerre mondiale donne naissance en juillet-août 1945 à un découpage de Berlin en quatre « zones d’occupation » (américaine, britannique, française et soviétique), fruit des négociations entre les Alliés. Un plan de reconstruction de la ville est confié par l’administration soviétique à un maître de l’architecture moderne, Hans Scharoun, qui préconise en 1946, dans un « plan collectif » pour l’Ouest et l’Est, un urbanisme aéré, facilitant la circulation, avec des avenues imposantes.

Malheureusement, les divergences entre les trois gouvernements occidentaux et celui de l’Union soviétique, à partir de 1946-1947, se transforment en oppositions ouvertes. La restructuration de l’espace urbain est entravée. En juin 1948, les autorités occidentales instituent dans les territoires qu’elles administrent en Allemagne, Berlin compris, une monnaie nouvelle, le deutsche Mark. L’Union s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Vue aérienne de Berlin

Vue aérienne de Berlin
Crédits : S. Diemer/ Imagebroker/ Age Fotostock

photographie

Alexanderplatz, Berlin

Alexanderplatz, Berlin
Crédits : Lucien Levy/ AKG-Images

photographie

Alte Nationalgalerie, Berlin

Alte Nationalgalerie, Berlin
Crédits : A. Popov/ Shutterstock

photographie

Potsdamer Platz, Berlin

Potsdamer Platz, Berlin
Crédits : Mato/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 20, un nouveau décompte du HCR chiffre à dix millions le nombre d’Ukrainiens qui ont quitté leur foyer du fait de la guerre, soit plus du quart de la population, dont près de trois millions quatre cent mille exilés. Le 21, un tribunal de Moscou interdit les activités en Russie des réseaux sociaux Facebook et Instagram qui sont identifiés comme des « organisations extrémistes ». […] Lire la suite

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Volodymyr Zelensky décrète la mobilisation générale pour quatre-vingt-dix jours, tandis que des dizaines de milliers d’Ukrainiens quittent leur foyer et des milliers d’autres tentent de fuir le pays. Le 25 également, la Russie oppose son veto au projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui « déplore » l’agression de l’Ukraine par la Russie – onze États votent pour, la Chine, l’Inde et les Émirats arabes unis s’abstiennent. […] Lire la suite

27 janvier 2003 Allemagne. Signature d'un concordat entre l'État et la communauté juive

Le jour anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, le chancelier Gerhard Schröder et le président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Paul Spiegel, signent un concordat par lequel l'État s'engage à participer financièrement à « la préservation et au développement du patrimoine culturel juif allemand ». Ce geste, qui traduit la reconnaissance de la communauté juive allemande, en forte augmentation depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, place les organisations juives au même niveau que leurs homologues protestantes et catholiques dans le cadre de leurs activités extrareligieuses (notamment la gestion d'infrastructures sociales et hospitalières). […] Lire la suite

22-29 août 1992 Allemagne. Flambée de violence xénophobe à Rostock

Le 29, environ quinze mille personnes, dont beaucoup viennent de la partie occidentale de l'Allemagne ou de Berlin, défilent sur les lieux mêmes des émeutes pour protester contre le fascisme, le racisme et la xénophobie. D'autres foyers de demandeurs d'asile sont victimes d'attaques similaires, dans l'ex-R.D.A., durant le mois.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « BERLIN (foyer culturel) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-foyer-culturel/