BEACH SYLVIA (1887-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sylvia Beach fut, avec Adrienne Monnier, l'une des grandes figures de la vie littéraire parisienne, en particulier dans les années 1920, lorsque sa librairie offrait aux écrivains expatriés un lieu de rencontre et accueillait les auteurs français qui découvraient un nouveau continent, la littérature américaine.

Née le 14 mars 1887 à Baltimore (Maryland), Sylvia Woodbridge Beach fréquente peu l'école et reçoit, pour l'essentiel, ses leçons de divers précepteurs. En 1901, elle accompagne son père, pasteur presbytérien, à Paris, où il officie dans une église américaine. La jeune fille multiplie les œuvres bénévoles en France pendant la Première Guerre mondiale et, en 1918-1919, travaille au côté de la Croix-Rouge américaine en Serbie. C'est également durant ces années qu'elle fait la connaissance d'Adrienne Monnier, qui a ouvert en 1915 une librairie-bibliothèque de prêt, la Maison des amis du livre, qui accueille les grands noms de la littérature française – Gide, Valéry, Larbaud et Fargue notamment. Les deux femmes deviendront bientôt amies.

En 1919, Sylvia Beach ouvre la librairie Shakespeare and Company, dans la rue Dupuytren, en plein cœur du quartier Saint-Germain-des-Prés, avant de se transférer en 1921 rue de l'Odéon, en face de la librairie d'Adrienne Monnier. Elle se spécialise dans les ouvrages publiés au Royaume-Uni et aux États-Unis. L'ampleur de la communauté américaine expatriée dans la capitale française ainsi que l'intérêt grandissant pour la littérature américaine en France font bientôt de cette librairie un lieu de rencontre où se côtoient – outre Gide, Valéry, Jules Romains, Paulhan ou Lacan – Gertrude Stein, Ernest Hemingway, Ezra Pound, F. Scott Fitzgerald, Henry Miller.

En 1922, Sylvia Beach publie l'œuvre monumentale de James Joyce, Ulysses (dont la première traduction en français fut publiée par Adrienne Monnier en 1929). Le roman avait en effet été rejeté par plusieurs éditeurs ayant pignon sur rue certains extraits ayant été jugés obscènes lors de leur parution en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Sylvia Beach travaille en étroite collaboration avec Joyce pour venir à bout de la correction des épreuves, extrêmement ardue, ainsi qu'avec les protes français, généralement peu au fait des règles typographiques propres à la langue anglaise, et encore moins des savants jeux de mots et mots-valises élaborés par l'auteur. Sylvia Beach obtient l'exclusivité de la commercialisation de la première édition, tirée à 1 000 exemplaires. Au cours des onze années suivantes, elle vendra quelque 28 000 volumes des quatorze nouvelles réimpressions. Elle publie également un recueil de poésies de Joyce, Pomes Penyeach (1927), ainsi qu'un ouvrage collectif intitulé Our Exagmination Round His Factification for Incamination of Work in Progress (1929), qui comprend notamment un essai de Samuel Beckett sur l'œuvre de Joyce.

La librairie de Sylvia Beach demeura la « Mecque » de la littérature anglophone jusqu'à sa fermeture en 1941, pendant l'occupation de Paris. Deux ans plus tard, les Allemands internent Sylvia Beach pendant plusieurs mois. Elle publiera ses Mémoires, Shakespeare and Company, en 1959, avant de s'éteindre, le 5 octobre 1962, à Paris. En contrepoint, parut en 1960 Rue de l'Odéon, qui rassemblait des textes d'Adrienne Monnier sur une période entre toutes féconde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  BEACH SYLVIA (1887-1962)  » est également traité dans :

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« œuvre en cours » »  : […] En 1920, Joyce arrive à Paris, venant de Zurich où Dada avait inauguré, en 1916, une négation culturelle globale. Au même moment, le cubisme s'installe, Gertrude Stein épaulant Picasso. L'agression surréaliste s'affirme. Le rejet de la réalité favorise le mythe, l'écœurement face à l'art établi pousse à la parodie. Mythe et parodie, ces deux tendances de l'époque, culminent sans conteste en littér […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BEACH SYLVIA - (1887-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvia-beach/