FOLIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de folie, bien antérieur à l'institution du langage scientifique de la psychiatrie moderne, n'a jamais eu vraiment cours dans celui-ci. Cette relative incompatibilité a une très grande signification. L'idée d'assimiler la folie à une maladie, de vouloir coûte que coûte qu'elle soit semblable en son principe aux autres maladies, en dépit de différences qui demeurent irréconciliables envers et contre tout, cette idée, quoique fort ancienne, n'a jamais pu s'imposer absolument. Même l'emprise décisive que la pensée scientifique exerce sur la culture occidentale n'a pu parvenir à opérer cette complète assimilation. Le concept de maladie mentale ne recouvre donc pas purement et simplement celui de folie.

Le Fou, Victor Hugo

Le Fou, Victor Hugo

photographie

«.Il se tient tout entier hors de l'écume, et, s'il y a à l'horizon des navires en détresse, blême dans l'ombre, la face éclairée de la lueur d'un vague sourire, l'air fou et terrible, il danse..»Les Travailleurs de la mer, Victor Hugo (1802-1885). Dessin à la plume et aquarelle,... 

Crédits : AKG

Afficher

Bien que l'idée que l'Occident s'est faite de la folie ait connu de très importantes variations, elle n'a jamais cessé d'apparaître en liaison avec celle de la raison. La folie est l'autre de la raison, mais un autre dont le rapport à celle-ci varie selon les époques. La folie peut être un autre qui conteste la raison à l'intérieur d'elle-même. Elle peut être encore ce visage de ténèbres, cette certitude de mort, cette bête de désir, que la raison s'efforce de vaincre mais sur lesquels il n'y a pas de victoire définitive. Il y a donc une vérité de la folie, vérité tragique et d'avertissement. De là, l'extrême ambiguïté qui caractérise l'attitude de toutes les sociétés et de toutes les cultures vis-à-vis des fous. On les chasse, ou on les exhibe comme l'image de ce qui menace chacun. Ou encore, on leur donne la parole là où elle est retirée à tous les autres : les bouffons des princes et des rois. Elle témoigne de la perpétuelle illusion de l'homme, mais aussi de son contraire : « la folie de la croix ». Le sage, tel Érasme, peut la regarder de loin et s'en divertir.

De l'âge classique à la Révolution

Folie, déraison et société

On distinguera donc en elle, comme le fait Michel Foucault dans son Histoire de la fol [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie royale de Belgique, membre associé à l'université de Louvain

Classification


Autres références

«  FOLIE  » est également traité dans :

ALIÉNISME

  • Écrit par 
  • Jean GARRABÉ
  •  • 1 573 mots

d'aliénation, a surtout été utilisé par la suite pour désigner rétrospectivement la nouvelle spécialité médicale qui s'est développée au xixe siècle par l'application à l'étude et au traitement de la folie des méthodes de la médecine moderne née de la philosophie des Lumières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alienisme/#i_22417

ANTIPSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Robert LEFORT
  •  • 2 415 mots

Dans le chapitre « Origine du mouvement »  : […] substance même d'une tentative de reconstruction qui constitue la psychose elle-même. C'était reprendre par la psychogenèse la folie au compte de la psychologie en ouvrant en même temps le champ clos de celle-ci, ainsi que l'exprime Michel Foucault : « Jamais la psychologie ne pourra dire la vérité sur la folie puisque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antipsychiatrie/#i_22417

ART BRUT

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 2 831 mots

L'art des « fous », ancêtre de l'art brut, a connu un bouleversement, dans son acception et son impact, que ses premières manifestations n'auguraient pas. Si l'expression du trouble mental a d'abord suscité un intérêt médical, celui-ci n'a ensuite cessé d'évoluer, notamment vers ses aspects sociologique et artistique. La figure de l'artiste brut a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-brut/#i_22417

ASILE, psychiatrie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 182 mots
  •  • 1 média

Le terme asile vient du grec asulon qui signifie lieu inviolable ou encore refuge. Il désigne principalement les établissements où sont soignés les malades mentaux. Les premiers asiles ont vu le jour en France au début du xixe siècle. C'est le psychiatre français Esquirol, élève et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asile-psychiatrie/#i_22417

BONNAFÉ LUCIEN (1912-2003)

  • Écrit par 
  • Yves THORET
  •  • 871 mots

les mécanismes d'inhumanité qui invalident, humilient, stigmatisent le malade mental. À ses yeux, « la folie est un avatar malheureux dans la juste protestation de l'esprit contre une injuste contrainte ». C'est dire à quel point le psychiatre doit sans cesse résister aux idées de toute-puissance, aux schémas présentant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-bonnafe/#i_22417

BRANT SÉBASTIEN (1458-1521)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 134 mots

Humaniste alsacien, principalement célèbre comme auteur de la Nef des fous. Issu d'une modeste famille de Strasbourg, le jeune Sébastien Brant n'en reçoit pas moins une excellente éducation, d'abord à Sélestat puis, à partir de 1475, à la toute nouvelle université de Bâle, au cœur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-brant/#i_22417

COOPER DAVID (1931-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Odile SUPLIGEAU
  •  • 1 171 mots

Sortant des limites étroites de la psychiatrie, ces communautés en vinrent à préconiser « une complète réévaluation historique de tous les actes humains attribués jusqu'ici à la folie », à dé-hiérarchiser leur fonctionnement interne, à briser la structure binaire opposant les soignants aux soignés, à exempter de diagnostic et de traitement nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-cooper/#i_22417

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 191 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Suicidées de la société »  : […] effet vécu et sont morts dans des conditions tragiques, traversés et détruits par cette « folie » qui n'est jamais qu'un bord assigné par le système social. Virginia Woolf, divisée toute sa vie entre l'écriture et la maladie mentale, se noie dans la rivière proche de sa maison en mars 1941, à l'âge de cinquante-neuf ans. Sylvia Plath, poète ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-le-feminisme-des-annees-1970-dans-l-edition-et-la-litterature/#i_22417

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'archéologie des savoirs »  : […] qu'il convient d'épaissir, pour en prendre la mesure et en dénoncer les limites. Par exemple, tenter une « archéologie de la folie », comme il le fait avec Histoire de la folie à l'âge classique (à l'origine sa thèse, soutenue en 1961 sous la direction de Georges Canguilhem), ne consiste pas à montrer comment, après des siècles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-foucault/#i_22417

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

image inverse du précédent, selon lequel le génie et la folie ont une frontière commune, l'écrivain étant trop habile à manier les mots pour les maîtriser totalement, et le fou toujours un peu inspiré. Nos sociétés connaissent bien ce mythe-là sous ses versions romantique et/ou psychanalytique. Cependant, si l'expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_22417

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-jean-georget/#i_22417

INSPIRATION (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Luc BRISSON
  •  • 2 323 mots

Dans le chapitre « La folie poétique »  : […] un discours qui développe le même thème. Mais le signal divin se fait entendre. Socrate se ravise et prononce, en guise de palinodie (chant de rétractation) adressée à Éros, un second discours qui est un éloge de la folie, d'une certaine espèce de folie du moins. Car, pour Platon, il faut distinguer entre une folie d'origine humaine, qui résulte d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inspiration/#i_22417

ISOLEMENT, psychiatrie

  • Écrit par 
  • Dominique FRIARD
  •  • 1 664 mots

Dans le chapitre « Origine de la question »  : […] Au Moyen Âge, le recours aux moyens de contention semble traduire la sollicitude des proches, qui veillent à protéger le fou de lui-même tout en préservant la sécurité de chacun. Il ne s'agit pas d'isoler mais de maintenir le fou dans sa famille ou dans la communauté. Il en ira différemment au xviie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isolement-psychiatrie/#i_22417

KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 546 mots

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-kraepelin/#i_22417

LAING RONALD DAVID (1927-1989)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 278 mots

révolutionnaire comme des explorateurs mystiques au sein d'un monde mécanique et haineux. La folie serait une réaction rationnelle face à un monde qui a perdu la raison ; l'homme « normal » serait un malade qui s'ignore, alors que l'homme véritablement « sain » est le fou qui a dépassé la folie, afin de pouvoir continuer à vivre dans la société des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-david-laing/#i_22417

MALADES MENTAUX ŒUVRES DES

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 021 mots

Dans le chapitre « Musée imaginaire de la folie et sélection des œuvres »  : […] et enfin le privilège accordé à l'expression de l'angoisse. Pourtant, comme l'a écrit G. Schmidt dans Petits Maîtres de la folie, « à côté de visions issues de l'angoisse, on rencontre aussi [dans l'univers des malades] des tableaux exprimant tantôt l'indifférence, tantôt l'apaisement et la sérénité, parfois même l'allégresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-des-malades-mentaux/#i_22417

MALADIES MENTALES

  • Écrit par 
  • Paul SIVADON
  • , Universalis
  •  • 5 762 mots

Dans le chapitre « Le sort des malades mentaux avant le XXe siècle »  : […] Le malade mental, par la mise en question de la réalité commune à laquelle il se livre, par les comportements imprévisibles et les transgressions à la règle qu'il se permet, peut provoquer des réactions de rejet. Dans une société où la personnalité humaine est mal individualisée, cette réaction se traduit tout simplement par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-mentales/#i_22417

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] celle des mots et celle de la maladie. La première est d'ordre sémantique. Le mot « manie » est resté longtemps synonyme de « folie », de l'Antiquité jusqu'à Philippe Pinel (1745-1826), qui désigne ainsi tout « délire général ». Son élève Jean Esquirol (1772-1840) vient obscurcir le débat en étiquetant « monomanies » une série de délires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_22417

MANIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 204 mots

Du mot grec mania, qui signifie « folie furieuse », l'ancienne médecine avait fait le nom technique de la folie en général (les modernes en ont tiré les composés mégalomanie, érotomanie, kleptomanie, etc.). Dans la langue commune, la notion s'atténua considérablement et en vint à désigner de petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manie/#i_22417

MÉLANCOLIE. GÉNIE ET FOLIE EN OCCIDENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Hélène PRIGENT
  •  • 912 mots

Annoncée comme l'une des dernières expositions de Jean Clair, celle du moins qui couronnait sa carrière de directeur du musée Picasso à Paris, Mélancolie. Génie et folie en Occident, au Grand Palais du 13 octobre 2005 au 16 janvier 2006, condensait les thématiques de ses précédentes expositions. Qu'il s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie-genie-et-folie-en-occident/#i_22417

MERCER DAVID (1928-1980)

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 955 mots

Né dans le Yorkshire, fils d'un cheminot très attaché aux traditions du combat syndical, David Mercer incarne toutes les contradictions du théâtre engagé anglais des années soixante et soixante-dix. Comme un Thomas Hardy ou un D. H. Lawrence, Mercer s'est arraché à sa classe d'origine par son éducation et en conservera toujours un problème d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-mercer/#i_22417

MOREAU DE TOURS JACQUES (1804-1884)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 665 mots

Psychiatre français. Moreau fit ses études de médecine à Tours puis à Paris, où il apprit la psychiatrie dans le service d'Esquirol dont il fut l'interne. Il soutient sa thèse en 1830 sur « L'Influence du physique relativement au désordre des facultés intellectuelles et en particulier dans cette variété de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-moreau-de-tours/#i_22417

MOREL BENEDICT AUGUSTIN (1809-1873)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 334 mots

Psychiatre français. Après des études classiques et religieuses à Luxembourg, Morel commence sa médecine à Paris, où il a comme condisciples Claude Bernard et Ernest Lasègue. Il apprend la psychiatrie avec J.-P. Falret et G. Ferrus. Il est nommé médecin-chef de l'asile de Maréville près de Nancy en 1848, puis de l'asile de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedict-augustin-morel/#i_22417

PANIZZA OSKAR (1853-1921)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 627 mots

Écrivain maudit s'il en fut, Panizza n'a cessé de mener un combat solitaire contre les préjugés qu'entretiennent les diverses formes de tyrannies civile et religieuse. Dès son enfance à Bad Kissingen (Bavière), où il est né le 12 novembre 1853, il fait l'objet d'une bataille juridique et religieuse entre les autorités catholiques, qui entendent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-panizza/#i_22417

PAPIN LES SŒURS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 696 mots

« Crime paranoïaque », monstrueux passage à l'acte, l'assassinat par leurs deux servantes, les sœurs Papin, de la femme d'un avoué du Mans et de sa fille, au soir du 2 février 1933, provoqua une grande émotion dans la presse, chez les magistrats et les psychiatres, ainsi que dans le monde littéraire. Jérôme et Jean Tharaud suivirent le procès des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-soeurs-papin/#i_22417

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Le mot « paranoïa » (du grec παρ́α, contre, et νο̃υς, esprit) est synonyme de «   folie » dans le langage populaire allemand depuis le xviiie siècle ; en France, l'équivalent de ce mot est « paranoïe » (Larousse, 1874), terme beaucoup moins employé. « Paranoïa » prend la signification psychiatrique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paranoia/#i_22417

PINEL PHILIPPE (1745-1826)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 581 mots

Aliéniste français à qui est attribuée la « libération », sous la Révolution, des malades à l'intérieur des asiles. Après des études classiques au collège de Lavaur (Tarn) puis ecclésiastiques au collège de l'Esquille à Toulouse, Pinel quitte la soutane pour préparer dans cette ville son doctorat de médecine, auquel il est reçu en 1773. L'année […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-pinel/#i_22417

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

pathologie mentale, mais ne s'y substitue que vers la fin du xixe siècle et désigne alors une branche particulière de la médecine, celle qui concerne cette partie de la « folie », dont la médecine estime pouvoir rendre compte, en y envisageant clinique, diagnostic et thérapeutique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_22417

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Médecine et traditions »  : […] de laquelle le consultant est renvoyé à lui-même, à ce qu'il cherche, à ce qu'il veut. Au contraire, les représentations collectives du fou s'appuient sur une connaissance positive des normes sociales, à partir de laquelle elles définissent négativement l'anomalie. Et, comme seul un comportement peut être soumis à des normes, l'opinion publique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_22417

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 584 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sens ou non-sens ? »  : […] Or cette ignorance touche à la folie, grand thème de la geste rabelaisienne, et dont la critique a pu constater l'importance dans la littérature et dans l'art de la Renaissance. Dans le Tiers Livre, Panurge, ce demi-fou, finit par consulter le fou Triboulet. L'œuvre abonde en dialogues de fous, en divagations cousues de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rabelais/#i_22417

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 401 mots

Dans le chapitre « La liberté de l'esprit »  : […] déterminisme dont, d'autre part, la vie quotidienne accepte le poids. La folie elle-même semble pouvoir être utilisée en ce sens, contribuer à assurer le triomphe du principe de plaisir sur le principe de réalité. Breton signale l'influence qu'eut sur le développement de sa pensée un malade mental, rencontré au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_22417

TRAITÉ DU DÉLIRE, APPLIQUÉ À LA MÉDECINE, À LA MORALE ET À LA LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « Délire et folie »  : […] Fodéré distingue soigneusement folie et délire. La folie est un état relativement répandu consistant dans l’excitation partielle, temporaire et parfois même volontaire des facultés de l’esprit, sans qu’elle entraîne la corruption de la sensibilité et des sensations, lesquelles demeurent accessibles au raisonnement. Le délire implique au contraire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-du-delire-applique-a-la-medecine-a-la-morale-et-a-la-legislation/#i_22417

Voir aussi

Pour citer l’article

Alphonse DE WAELHENS, « FOLIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/