KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions successives de son Traité de psychiatrie (Psychiatrie : ein Lehrbuch für Studierende und Aerzte, 1re éd. 1883, 9e éd. 1927, en collaboration avec Lange), ainsi que par son Einführung in die psychiatrische Klinik (1900 ; éd. française partielle sous le titre de Leçons cliniques sur la démence précoce et la psychose maniaco-dépressive, Toulouse, 1970), Kraepelin a marqué profondément la psychiatrie européenne en imposant une classification nosologique des maladies mentales, fondée sur des critères essentiellement évolutifs. Il distingue, dans le groupe des psychoses : la démence précoce (terme repris à Morel), affection chronique de l'adulte jeune évoluant progressivement vers une démence complète ; et la psychose périodique, dans laquelle alternent des accès d'excitation maniaque et des moments de dépression mélancolique. Malgré les études anatomo-pathologiques du cerveau des aliénés s'inspirant des travaux de Virchow, Kraepelin ne peut mettre en évidence des lésions cérébrales bien spécifiques et maintient cependant le dogme d'une organogenèse des psychoses, en insistant sur leur nature « endogène » (en particulier d'ordre héréditaire). Cette position théorique est, en fait, une rationalisation permettant de dégager totalement la responsabilité du milieu extérieur et de la société dans la genèse des maladies mentales. Ainsi, l'aliéné est un individu malade, qu'on ne peut réellement traiter puisque sa maladie est endogène, et qu'il faut isoler définitivement de la société dans la mesure où il est dangereux pour elle. Le renfermement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRAEPELIN EMIL (1856-1926)  » est également traité dans :

DÉMENCE PRÉCOCE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 328 mots

Ancien nom de la schizophrénie. Kraepelin (1855-1926) choisit cette expression en 1883 pour désigner des « démences » observées chez des jeunes gens ; en 1896, il rapporta ces cas à l'hébéphrénie de Kahlbaum-Hecker ; enfin, en 1899, il reprit le terme pour nommer une maladie mentale incurable, évolutive, vaguement parallèle à la paralysie générale, et dont il proposa de faire une entité opposée po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/demence-precoce/#i_11604

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

Connue depuis l'Antiquité, la survenue chez un même sujet d'états de dépression et d'états d'excitation a inspiré au cours des siècles la veine descriptive et classificatoire des médecins et des psychiatres. En 1899, E. Kraepelin fait la synthèse des travaux consacrés à ce trouble de l'humeur : la psychose maniaco-dépressive est née. Il l'oppose à la démence précoce (bientôt dénommée schizophréni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_11604

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La persistance de la théorie des révulsions »  : […] « Pourquoi, s'interrogent les péripatéticiens au livre XXX des Problèmes attribués à Aristote, tous les hommes qui ont particulièrement brillé en philosophie, en politique, en poésie ou dans les arts sont-ils mélancoliques ? Et certains d'entre eux à tel point qu'ils ont souffert des troubles provenant de la bile noire, ainsi qu'on le dit d'Héraklès parmi les héros ? » Si le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_11604

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Dans le chapitre « Histoire nosographique »  : […] En France, la paranoïa correspondait au délire de persécution décrit par C. Lasègue. Cette entité nosologique, apparue en 1852, trouvait son origine dans certaines formes de «   mélancolies » ou délires partiels de P. Pinel, et se situait dans le cadre des «   monomanies » créé par J. E. Esquirol pour bien distinguer la mélancolie, ou lypémanie (délire triste), des délires monomaniaques dont la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paranoia/#i_11604

PARAPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 398 mots

Variété de délire chronique caractérisée par la préservation d'un secteur important de la personnalité (structure paralogique) et par la prédominance du mécanisme imaginatif (thèmes fantastiques). Si le mot « paranoïa » appartient à la nosologie hippocratique, celui de paraphrénie fut créé à son imitation, en 1882, par K. Kahlbaum pour désigner, conformément à l'étymologie, un désordre des fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paraphrenie/#i_11604

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_11604

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Une percée vers « plus de réalité » »  : […] C'est curieux, comme l'on ramène le schizophrène à des problèmes qui ne sont pas les siens, de toute évidence : père, mère, loi, signifiant ; le schizophrène est ailleurs, et ce n'est certes pas une raison pour conclure qu'il manque de ce qui ne le concerne pas. Sur ce point Beckett et Artaud ont tout dit : résignons-nous à l'idée que certains artistes ou écrivains ont eu sur la schizophrénie plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_11604

Pour citer l’article

Jacques POSTEL, « KRAEPELIN EMIL - (1856-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-kraepelin/